Conversion

Conversion

Quatrième de couverture :

Qu’arrive-t-il aux élèves du prestigieux lycée St Joan ? Une adolescente est prise de convulsions puis d’autres présentent à sa suite d’étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux… La presse s’empare de l’affaire, la rumeur enflé jusqu’à la panique. Seule Comme en remarque un détail qui a échappé à tous : St Joan se trouve à l’emplacement où, trois siècles plus tôt, des jeunes filles ont été touchées par des troubles similaires… Les époques se croisent, les drames se nouent : stress, simulation lu sorcellerie ?

Mon avis :
Ce que j’ai aimé dans ce livre, ce sont d’une part les récits croisés : celui de Colleen, en 2012, et celui de Ann en 1706 qui revient sur les faits s’étant déroulés à Salem en 1692 (qui menèrent à la chasse aux sorcières). D’autre part, j’ai aussi apprécié la critique faite dans le roman : en effet, il y a cette attente que la société a des enfants – bien travailler, avoir de bonnes relations sociales, ne pas s’écarter du droit chemin… et ce peu importe l’époque. On suit donc le quotidien de Colleen, lycéenne se préparant à entrer à l’université, et celui de Ann, qui travaille dur aux tâches ménagères de sa maison. Jusqu’au jour où une camarade de classe/une amie tombe mystérieusement malade… Et que la chasse aux sorcières soit lancée !
Quant au style d’écriture, il est assez simple, mais c’est vraiment ce qu’il y a derrière les histoires de Colleen et de Ann qui est intéressant. J’aimerais beaucoup en parler avec vous, mais cela reviendrait à vous raconter tout ce qui se passe dans Conversion, or ce n’est pas mon but. Donc je ne peux que vous inviter à lire ce roman et en parler avec vos ami.e.s, avec votre famille… En une journée, j’en ai lu la moitié ! Il est vraiment bien, à condition de ne pas s’attendre à un récit purement fictionnel et plein de surnaturel : l’histoire est basée sur des faits réels ; c’est un parallèle entre ce qui s’est déroulé à Salem, et ce qui s’est passé en 2012. Il s’agit avant tout d’une critique – selon moi. Et si le livre est destiné à un public jeune (lycée/université), il n’en reste pas moins intéressant et lisible par d’autres (cela fait bien longtemps que j’ai quitté les bancs de la fac, et pourtant le sujet qu’il aborde, les réflexions qu’il apporte, etc. sont très intéressants).
Enfin, parce qu’on ne peut pas passer à côté de la couverture : elle est sublime ! Je lis toujours la quatrième de couverture avant d’acheter un livre, mais ce qui m’attire avant tout, c’est la première de couverture et là, pour le coup, je savais avant d’avoir lu le résumé que j’allait acheter Conversion ! Bravo à Theresa Evangelista pour cette superbe couverture.

Conversion, Katherine Howe • Titre VO : Conversion •  traduction : Céline Alexandre • Albin Michel • 2014 • 480 pages • 18€ • Genre : jeunesse, critique sociale • EAN : 9782226257789

Publicités

Une réflexion sur “Conversion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s