Le Clan des Otori, IV – Le Vol du héron

Le Clan des Otori, IV : Le Vol du héron

Si vous n’avez pas lu les tomes précédents (Le Silence du RossignolLes Neiges de l’exil
et La Clarté de la lune), je vous invite à les lire avant de vous attarder sur cette chronique.

Quatrième de couverture :

Seize ans ont passé… Takeo et Kaede font régner sur les Trois Pays la paix et la prospérité. Leur fille aînée, la belle Shigeko, promet d’être une héritière digne d’eux. Mais cette harmonie est en danger. Certains membres de la Tribu n’ont pas renoncé à leur vengeance, des guerriers forts de l’appui de l’empereur convoitent le pouvoir, les étrangers arrivent avec leur religion et leurs armes à feu, et le fils caché de Takeo, que la prophétie désigne comme artisan de sa mort,a grandi. Les ressorts de la tragédie sont en place…

Mon avis :
Je me suis réveillée ce matin, prête à continuer ma lecture du Clan des Otori, IV. Mais lorsque j’ai posé mes yeux sur le livre, je me suis rappelée avec tristesse que je l’avais fini la veille ; ça y est, je ne vivrai plus les aventures de Takeo, Kaede, Shigeko, Shizuka… Mais commençons par le début plutôt que par la fin !

Les années ont passé et notre couple de jeunes héros a instauré paix et prospérité dans les Trois Pays. De plus, leur famille s’est agrandie : une très belle fille, Shigeko, et deux petites sœurs jumelles : Maya et Miki, qui possèdent les talents de la Tribu. Malheureusement, Araï Zenko en veut à Takeo pour la mort de son père, Akio désire toujours la mort du héros, et l’empereur voit d’un mauvais œil le pouvoir du couple formé par Takeo et Kaede.
La première partie du roman nous présente la famille Otori, la gestion des Trois Pays, leur prospérité, l’amour du peuple pour ce clan, sans oublier de nous parler des menaces pesant sur les Otori et sur la paix. Lian Hearn évoque aussi les relations entre les différents protagonistes, en rappelant des faits passés ; j’avais peur que ce soit raconté tel un résumé bête et méchant, mais non, c’est très bien fait, avec parcimonie, distillés par-ci, par-là, sans que ça occupe tout le récit.
Puis les événements s’enchaînent, d’abord doucement, avec les manigances, les morts, les trahisons, l’espoir… Et tout s’accélère durant la dernière partie du livre, avec notamment une nouvelle bataille. Mais contrairement à ce que j’ai déjà pu observer au cours de lectures précédentes, le début n’est pas lent et la fin bâclée. Pas du tout, même ! Si le début met bien les choses en places, cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien, bien au contraire ; si à la fin du roman tout s’enchaîne assez rapidement, c’est parce que c’est aussi le cas pour les héros. La narration est très bien maîtrisée.
En parlant de narration, alors que dans les tomes précédents le récit alternait entre Takeo (qui était narrateur de son propre récit) et Kaede, il est bon de noter que l’auteure a pris le parti cette fois-ci de suivre plusieurs personnages, et non plus seulement le couple : Shizuka, Maya, Shigeko… Des proches de nos deux héros, mais aux destins très différents. Et tout est désormais raconté à la troisième personne uniquement.
Quant aux protagonistes, j’ai été très agréablement surprise par leur évolution, notamment celle de Kaede. On voit beaucoup moins la jeune femme dans ce tome, mais on découvre à quel point sa vie a changé, qu’elle souffre de ne pas avoir de fils, qu’elle aime toujours autant son époux… Mais elle a beau être mariée à Takeo, elle a toutefois du mal à accepter ses pouvoirs, ses talents, et elle s’avère être tout de même quelqu’un de très proche des traditions, qu’elle respecte énormément. Je vais être honnête : Kaede m’a déçue. Mais ce n’est pas grave, car c’est une évolution comme une autre, et qu’elle apparaît de façon cohérente. Quant aux nouveaux personnages, tels que Shigeko, Taku, etc., ils ont eux aussi le temps d’évoluer au cours des 740 et quelques pages composant le roman.
J’ai presque été déçue que le roman prenne fin. Et réellement déçue qu’il n’y ait pas de suite ou qu’on ne nous raconte pas brièvement ce qu’il arrivera plus tard aux héros. Parce que je me suis attachée à Shigeko et aux jumelles, malgré les choix de Kaede je l’apprécie toujours, Hisao a trouvé une place quelque part dans mon cœur, etc. Le récit nous laisse suffisamment d’indices pour imaginer ce qu’il va se passer pour chacun d’entre eux, mais c’est vrai que j’aurais aimé que ce soit écrit. Mais bon, il est évident que c’est surtout parce que j’ai adoré cette saga et que je suis triste qu’elle se termine ; je n’avais pas envie qu’elle s’achève. Mais bon, il faut savoir passer à autre chose. Heureusement pour moi, je n’en ai pas tout à fait fini avec Le Clan des Otori, puisqu’il existe une préquelle, donc j’ai encore un moment de répit pour me faire à l’idée qu’ensuite, ce sera terminé pour de bon.

Avec Le Vol du héron, Lian Hearn nous signe-là un très bon roman qui met fin à cette superbe saga qu’est Le Clan des Otori ; des personnages attachants, détestables, de magnifiques descriptions – tellement bien écrites que j’avais l’impression non pas de les lire, mais de les regarder apparaître sous mes yeux – et une histoire très bien racontée, voilà pour moi le combo gagnant de ces romans. Je ne peux que vous en conseiller la lecture.

Le Clan des Otori, IV – Le Vol du héron, Lian Hearn • Titre VO : Tales of the Otori – The Harsh Cry of the Heron • traduction : Philippe Giraudon • Gallimard • 2008 • 749 pages • 10,40€ • Genre : historique, fiction, fantasy • ISBN : 9782070343409

Publicités

3 réflexions sur “Le Clan des Otori, IV – Le Vol du héron

  1. Pitiponks dit :

    Attention aux yeux innocents *SPOILER* : il n’y avait pas une histoire de trahison entre Takeo et Kaede dans ce tome? C’est Kaede qui trahit non? Je crois que c’est ça qui m’avait complètement dégoûtée!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s