Le Roi, le Sage et le Bouffon. Le grand tournoi des religions

Le Roi, le Sage et le Bouffon

Quatrième de couverture :

Suite à d’étranges rêves, le Roi d’un pays lointain, conseillé par son Sage et son Bouffon, décide de convoquer le premier Grand Tournoi de la Vérité. Les concurrents sont des athlètes de haut niveau ; leurs disciplines sont l’athéisme et les grandes religions du monde. A la recherche de la Beauté éternelle et de la Sagesse véritable, ils mettront tout en œuvre pour se dépasser et communiquer le meilleur d’eux-mêmes.
Mais que se passe-t-il quand un juif, un chrétien, un musulman, un hindou, un bouddhiste et un athée se rencontrent ?
Qui sortira vainqueur de cette compétition ?

Une fable brillante et pleine d’humour, où les religions sont au cœur d’un récit passionant.

Mon avis :
Le Roi, le Sage et le Bouffon est un livre que ma sœur m’a prêtée en me disant en gros ceci : « Ca parle des grandes religions ; je pense que tu vas aimer, en plus c’est assez drôle. » Et il s’avère qu’elle ne s’est trompée.

L’histoire débute comme dans un conte :
« Dans un pays lointain, vivait un peuple paisible. […]
Or, depuis un certain temps, quelque chose d’indéfinissable avait changé. Les fleurs n’avaient plus le même parfum et le miel avait perdu de sa douceur. »
Un pays idyllique, une chose néfaste qui y prend place (ou a déjà pris place)… Tout pareil, je vous dis ! Et il se finit un peu de la même façon, avec une morale, bien qu’ici elle ne soit pas aussi évidente et lourde ; ce roman est avant tout une fable philosophique sur les principales religions (bouddhisme, christianisme, hindouisme, islam et judaïsme) et l’athéisme. On y apprend -ou redécouvre – les similitudes et les divergences entre ces croyances, leurs rapports les unes aux autres, ainsi que leur histoire.
S’il arrive que le récit soit un peu complexe – il m’a parfois été nécessaire de relire certains passages pour les comprendre – il n’en reste pas moins intéressant et permet de les mettre toutes sur un pied d’égalité, le tout en toute objectivité.
A ce récit relativement sérieux s’ajoute une petite touche d’humour, dispensée notamment par le Bouffon, et qui est plus que bienvenue puisqu’elle allège l’ensemble.
Petit bémol : une seule femme est présente dans l’histoire, et comme par hasard elle pure et innocente. Même le Bouffon fait remarquer qu’il n’y a que des hommes présents pour ce tournoi ! Mais peut-être cela est-il justement fait pour soulever l’importance moindre donnée aux femmes…

Le Roi, le Sage et le Bouffon est un livre, très bien écrit, qui prône l’ouverture d’esprit ; il faut toutefois un certain calme afin de pouvoir apprécier et comprendre pleinement la lecture, ses tenants et ses aboutissants.
Un très bon roman de vulgarisation des principales religions.

Le Roi, le Sage et le Bouffon. Le grand tournoi des religions, Shafique Keshavjee • Seuil • 1998 • 272 pages • 15,20€ • Genre : religion, philosophie • ISBN : 2020399105

Publicités

3 réflexions sur “Le Roi, le Sage et le Bouffon. Le grand tournoi des religions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s