Les Vestiges de l’Aube

Les Vestiges de l’Aube

Quatrième de couverture :

Depuis les attentats du 11 septembre, Barry Donovan est dévoré par le désespoir. Et ce n’est pas son métier de flic, dans un New York accablé par la criminalité, qui lui remonte le moral.

Son seul réconfort ? Les conversations virtuelles qu’il entretient chaque soir sur Internet avec un certain Werner Von Lowinsky, aristocrate cultivé et plein d’humour. Peu à peu, sans s’être jamais rencontrés, ils deviennent amis.

Mais Barry ignore encore que Werner  n’est pas un homme comme les autres…

Mon avis :
Les Vestiges de l’Aube est le premier roman de l’auteur français David S. Khara ; la version que je vous présente ici est la deuxième. En effet, l’écrivain a ajouté des éléments et a entièrement ré-écrit certains passages.

Les Vestiges de l’Aube, c’est l’histoire d’un vampire, Werner, à la recherche de ce qu’il lui reste d’humanité, qui rencontre le policier Barry par le biais d’Internet.
L’auteur a écrit un récit basé avant tout sur l’amitié ; la première édition de ce roman ne parlait d’ailleurs que cette relation (ainsi que d’une enquête, qui est présente dans les deux versions), mais dans cette deuxième édition, David S. Khara a ajouté une amourette entre Barry et Lana, la légiste – vraisemblablement pour qu’il n’y ait aucun doute quant aux rapports qu’entretiennent le policier et le vampire. Pour ma part, je ne trouve pas que cela apporte grand chose à l’histoire, mis à part peut-être nous montrer que Barry est prêt à avancer, à passer à autre chose.
Pour fil conducteur de ce roman, une enquête lie le début et la fin. Elle est prenante, mais pour autant ne devient pas le point central du livre, ce qui pour moi est une très bonne chose. Comme je vous l’ai dit, l’élément important est l’amitié qui se tisse au fil des pages.

Dans Les Vestiges de l’Aube, David S. Khara nous écrit ici une belle histoire d’amitié, doublée d’une enquête assez bien menée. Le petit plus : on s’attache vite aux deux personnages principaux.
Un épilogue prépare le terrain pour un deuxième tome, mais en vérité ce premier livre se suffit à lui-même.
Il est probable que je lise aussi la BD adaptée du roman, publiée chez Dargaud.

Les Vestiges de l’Aube, David S. Khara • Michel Lafon • 2011 • 256 pages • 17,95€ • Genre : thriller, vampire • ISBN : 9782749914138

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s