Nos étoiles contraires

Nos étoiles contraires

Résumé de l’éditeur :

Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie.
Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.
Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis :

Après ma lecture de Qui es-tu Alaska ? au cours de l’été, j’appréhendais ma lecture de Nos étoiles contraires ; il y a un an, je suis allée au cinéma voir le film, et je l’ai adoré ! En revanche, le premier roman de John Green m’a déçue, les personnages et l’histoire ne m’avaient pas vraiment touchée… Alors je me demandais si l’adaptation cinématographique était meilleure, si elle était fidèle ou non au livre, etc.
Nos étoiles contraires, c’est l’histoire de Hazel, 16 ans, atteinte d’un cancer incurable. Un jour, durant une séance de soutien collective, elle fait la connaissance du beau Augustus, qui, lui, est en rémission. À partir de ce moment-là, une histoire d’amour, forcément tragique, va naître.

J’ai bien aimé la façon dont John Green aborde le cancer, d’autant plus que chacun des protagonistes du roman a sa propre manière d’aborder la maladie, qu’il s’agisse aussi bien de Hazel, d’Augustus, que de leurs parents ; ils réagissent tous différemment, et c’est en cela que c’est à la fois intéressant, et que l’on peut plus facilement s’identifier à un personnage.
D’ailleurs, qui sont-ils ? Il y a Hazel, l’héroïne, très lucide quant à sa maladie, et qui ne souhaite s’attacher à personne car elle ne veut surtout pas que quiconque se lie à elle, car la jeune fille ne veut blesser personne quand elle mourra. Il y a aussi Angus, très beau, drôle, charmeur… Sa vision des choses est très intéressante, et j’ai beaucoup aimé qu’il ait des cigarettes mais ne les allume pas, ainsi il ne leur donne pas le pouvoir de le tuer. Et il y a Isaac, qui m’a touchée, par son histoire, son amitié… Je ne peux pas vraiment en dire d’avantage si vous n’avez pas lu le livre, mais je peux en discuter avec vous dans les commentaires si vous le souhaitez.
Il y a aussi les parents, notamment ceux d’Hazel. Les enfants sont malades, et chaque famille tente d’être là pour leur progéniture, la soutenir tant bien que mal, et pourtant ces adultes souffrent de ne rien pouvoir faire de plus.
Et, bien sûr, il y a Van Houten, l’auteur préféré de notre héroïne ! Je comprends très bien ce protagoniste, son histoire, sa douleur, sa peine… mais quel connard tout de même ! Au moins, grâce à lui, nous n’avons pas là une histoire dans laquelle, malgré la maladie, tout est beau, tout est rose… Et je suis certaine que des gens comme lui existent réellement – et même si ce n’est pas le cas, j’ai apprécié que ce personnage soit là, comme il est.

Nos étoiles contraires est un très bon roman ; je connaissais l’histoire alors je n’ai pas pleuré comme j’aurais pu, comme je l’ai fait au cinéma, mais les pincements au cœur étaient tout de même nombreux.
John Green nous parle avec talent de la vie de ces adolescents vivant avec la maladie, et signe ici une très belle histoire, sans jamais tomber dans le mélodrame.

Nos étoiles contraires, John Green • Titre VO : The Fault In Our Stars •  traduction : Catherine Gibert • Nathan • 2013 • 336 pages • 16,90€ • Genre : drame, tranche de vie • ISBN : 9782092543030

Publicités

12 réflexions sur “Nos étoiles contraires

  1. La vie couleur Jade dit :

    OMG mais alors CE livre. CE livre est une perle! Je crois que je n’ai jamais autant pleuré et ris en même temps avec une seule histoire. Un raz-de-marée d’émotions en ce qui me concerne. J’ai adoré, et j’ai trouvé l’adaptation cinématographique assez fidèle, contrairement à ce que je craignais. Je crois que c’est l’un des livres qui m’a le plus touché depuis loooongtemps!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s