Le sang d’immortalité

 

Le sang d’immortalité

Résumé de l’éditeur :

Quand la peur s’empare des vampires, les mortels ont toute raison d’être terrifiés…

Londres, à la fin du siècle dernier…
Qui donc s’attaque aux vampires ? Qui donc fracasse leurs cercueils pour que la lumière du soleil les réduise en cendres ?
Ne pouvant traquer le meurtrier en plein jour, ceux-ci n’ont d’autre choix que de demander l’aide d’un mortel. C’est ainsi que James Asher, ancien espion de sa Gracieuse Majesté, se voit soumis à un odieux chantage sur la vie de sa jeune épouse et contraint de rechercher le tueur de vampires.
Mais, même s’il le trouve, que se passera-t-il ensuite ? Quel sera le sort de quelqu’un qui connaît les identités et les cachettes des morts vivants ? La réponse n’est que trop évidente.

Mon avis :
Dans ce roman, Barbara Hambly nous plonge à la fin de l’époque Victorienne, et nous fait voyager d’Oxford à Paris, en passant par Londres où se déroule une grande partie de l’intrigue. Là où beaucoup de romans laissent les choses s’installer avant de nous montrons des créatures de la nuit, notre héros du Sang d’immortalité en fait la rencontre dès la septième page du récit, mais il est confronté aux pouvoirs du vampire dès la première page. Ce vampire, c’est Ysidro, et il souhaite l’aide de Asher pour retrouver qui assassine les vampires, et ainsi mettre fin à ses méfaits.

Ce livre, dont je possède l’édition Pocket publiée en 1994, indiquant qu’il fait partie de la collection Terreur, est un thriller fantastique. Je tiens toutefois à noter que, même si certains passages étaient très palpitants, et que parfois le dégoût prenait place, ce roman ne fait pas peur, il ne devrait pas vous empêcher de dormir – sauf dans le cas où vous ne pouvez vous empêcher de lire ce roman, et cela est encore autre chose !
Ce que j’ai apprécié, c’est l’approche quelque peu différente du mythe du vampire ; bien sûr, nous retrouvons les pieux, l’argent… parmi leurs faiblesses, une forme d’emprise psychique, les canines démesurées, etc. pour ce qui est de leurs pouvoirs et aspects physiques. Mais il est un élément très intéressant dont je ne peux malheureusement pas vous parler, puisque cela serait vous révéler toute l’intrigue. Or, il s’avère que la réponse au problème n’apparaît qu’à la fin du roman…
Tout au long du récit, nous apprenons de plus en plus de choses sur les vampires, nous plongeons dans un mystère des plus obscurs… Alors que l’enquête devrait faire la lumière sur toute cette histoire, Asher et Ysidro sont de plus en plus perplexes, et le lecteur aussi. Et cela m’a plu, car il n’y a pas de réponse facile ou évidente.
Pour ce qui est des personnages, les principaux sont donc Asher et Ysidro ; on fait aussi la rencontre de Lydia, la femme de Asher, ainsi que de nombreux vampires tels que Grippen, Anthea, Anthony, etc. Bien qu’on voit peu Lydia, elle est quand même la motivation du héros, mais c’est aussi une femme très intelligente. Quant aux vampires, ils nous permettent d’entrevoir les enjeux de pouvoir, les différentes capacités des uns et des autres, mais surtout ils ont peur de cet ennemi inconnu : ces redoutables prédateurs redoutent quelqu’un qu’ils ne connaissent pas. Et s’ils sont terrifiés, pourquoi ne le serions-nous pas ?
Un petit mot concernant l’ambiance générale de l’histoire : si vous avez vu Sweeney Todd de Tim Burton, sachez que c’est exactement cette vision de Londres que j’avais en tête en lisant ce roman ! Sombre, brumeux, plus ou moins malfamé, entretenu… A noter que, peu importe si vous connaissez déjà ou non la ville, l’auteure en fait une description suffisamment bonne pour vous y plonger en plein cœur.
Si j’ai apprécié Le sang d’immortalité, je dois toutefois vous parler de quelque chose qui m’a un peu dérangée dans ma lecture : les phrases sont parfois très longues. Cela n’est pas très dérangeant, si ce n’est lors d’une conversation : parfois, Hambly insère un texte de plusieurs lignes entre parenthèses en plein milieu d’une phrase. J’étais alors obligée de revenir au début de ce que racontait le personnage et de sauter la parenthèse pour bien comprendre ce qu’il ou elle disait.
Quant au rythme de la narration, je l’ai trouvé vraiment très bien : on ne s’ennuie pas une seconde, et surtout on a à peine le temps d’échafauder des théories qu’elles sont déjà balayées ! L’enquête est palpitante, on craint pour les personnages auxquels on s’attache… Fantastique ou non, je ne vois pas ce qu’on peut demander de plus à un thriller !

J’ai très peu lu de littérature vampirique, mais je dois bien avouer que, malgré la narration, j’ai bien aimé Le sang d’immortalité, tant par ces personnages que par le rythme du récit, et la vision que Barbara Hambly nous propose du mythe du vampire. Je vous invite donc à lire ce live si vous appréciez le fantastique, les romans d’enquête, et/ou les récits qui prennent place au début du XXème siècle.

Une suite existe aux aventures de Asher : Voyage avec les morts, que vous trouverez dans l’édition de Mnémos (cf. le début de mon article, avec toutes les informations sur le roman). Je ne l’ai pas lu et ne sais pas si cette histoire est bien, mais si vous la connaissez, je vous invite à me dire ce que vous en avez pensé. A noter que vous pouvez lire Le sang d’immortalité sans en lire la suite : telle une aventure de Sherlock Holmes, les livres peuvent se lire indépendamment – en tout cas pour ce qui est de ce premier tome.

Je termine cette chronique en vous informant que Le sang d’immortalité a reçu le Prix Locus du meilleur roman d’horreur en 1989.

Le sang d’immortalité, Barbara Hambly • Titre VO : Those who hunt the night ; publié en Angleterre sous le titre : Immortal Blood •  traduction : Isabelle Glasberg • Pocket • 1988 (USA), 1994 (France) • 317 pages • grand format disponible aux éditions Mnémos : Le sang d’immortalité est suivi de Voyage avec les morts, le tout pour 24€ • Genre : thriller fantastique, vampire • ISBN : 9782354080761

Publicités

5 réflexions sur “Le sang d’immortalité

  1. chroniquesdepapiers dit :

    Ah la collection Pocket Terreur, ma préférée (plein de superbes couvertures 🙂 ) J’ai lu le Voyage des Morts, mais j’ai moyennement apprécié. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, et je dois avouer que je l’ai abandonné en cours de route ^^ Par contre je n’ai pas lu celui-ci, ça m’a un peu refroidi ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s