Civil War, t.2 : Vendetta

Civil War, t.2 : Vendetta

Pour retrouver la chronique du premier tome, Guerre Civile, c’est par ici.

Quatrième de couverture :

L’univers Marvel est en train de changer. Suite à une terrible tragédie, le congrès des Etats-Unis propose que les surhumains dévoilent leur identité officielle en se démasquant devant les membres du gouvernement. Les plus grands champions de la nation sont divisés. Ils doivent prendre chacun cette décision en leur âme et conscience, une décision qui pourrait bouleversera jamais le cours de leur existence.

Mon avis :
Alors que le premier tome de Civil War mettait en avant la scission entre les super-héros face au projet du Gouvernement, ce deuxième volume tourne autour de deux personnages. Tout d’abord, nous retrouvons Spider-Man, qui avait pris une décision surprenante. Dans Vendetta, Straczynski nous montre comment il en est venu à faire ce choix, quelles en ont été les conséquences par la suite. L’histoire autour de Spidey est très intéressante et m’a plu, bien qu’il n’y ait pas beaucoup d’action. En revanche, pour ce qui est des dessins… Honnêtement, je n’ai pas apprécié plus que ça le travail de Garney, ni les couleurs de Milla. Mais ça passe, d’autant plus que l’on se concentre surtout sur les dialogues.
Ensuite, on passe à Wolverine. Ce dernier, malgré les ordres d’Iron Man, part à la poursuite de Nitro, le vilain qui a tué tant de monde à Stamford. Malgré quelques réflexions et révélations sur la tragédie, il y a quand même plus d’action que dans la première partie consacrée à l’homme-araignée, et le récit écrit par Guggenheim est assez bon. Malheureusement, le travail de Ramos ne m’a guère enchantée. Je n’adhère pas à ses personnages aux yeux globuleux et complètement fous, ni à ses héros à la musculature improbable, avec des cous d’une longueur incroyable, et de même avec ses femmes aux poitrines démesurées et aux tailles de guêpes. A côté des dessins de Ramos, les héros de Jim Lee sont à peine musclés, et les héroïnes de ce dernier paraissent normalement proportionnées.

Civil War, t.2 : Vendetta se base donc sur deux super-héros très connus du grand public : Spider-Man et Wolverine. Si les récits sont plaisants, il n’en est pas de même pour ce qui est des dessins. Dommage, mais on ne peut pas toujours tout avoir. Néammoins, ce deuxième tome reste pour moi un incontournable, d’autant plus qu’il permet de mieux comprendre les choix et actions de ces deux héros.

Civil War, t.2 : Vendetta, J. Michael Straczynski et Marc Guggenheim (scénario), Ron Garney et Humberto Ramos (dessin) • traduction : Sophie Viérard (Spider-Man), Laurence Belingard et Nicole Duclos (Wolverine) • Marvel (Panini pour la France) • 2010 • 200 pages • 29,00€ • Genre : comics, super-héros, graphic novel • ISBN : 978-2809412819

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
challenge-litteraturedelimaginaire

.

Publicités

3 réflexions sur “Civil War, t.2 : Vendetta

    • malecturotheque dit :

      J’avoue que, même si j’aime bien le travail de divers auteurs de comics, il est vrai que c’est assez lassant, et là, c’était trop pour moi. Et encore je n’ai pas parlé de la chérie de Spidey, immense, hyper longiligne, et à la poitrine hyper développée. Elle ne m’a pas du tout envoyé du rêve (alors qu’une héroïne comme Batwoman, elle m’envoie toujours du rêve, même si elle est bien sûr idéalisée).

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s