Zombie Kebab

Zombie Kebab

Résumé de l’éditeur :

Au mauvais endroit, au mauvais moment : l’expression semble avoir été pensée pour Hakim, un banlieusard qui multiplie les petits boulots pour subvenir aux besoins des siens… jusqu’au jour où un accident fait basculer sa petite vie. Hakim devient alors le « patient zéro », le point de départ d’une apocalypse zombie. Malgré sa transformation — et une faim permanente —, Hakim conserve intactes ses facultés intellectuelles (ou presque) et s’en sert pour témoigner. Que fera-t-il de son nouvel état : protéger le monde, ou bien le dévaster ?

Mon avis :
Je vous avais déjà parlé des éditions Walrus Books quand j’avais fait ma chronique sur Mortal Derby X de Michael Roch. Cette maison d’édition publie pas mal de pulps, et j’ai eu la chance d’en gagner quelques uns à Noël, dont Zombie Kebab d’Olivier Saraja.
L’autre jour, quand j’ai dû prendre le train, j’ai pris ma liseuse, sans oublier de la remplir de mes cadeaux. Ma femme me parlant récemment de zombies, j’ai donc fini par jeter mon dévolu sur un récit qui parlerait de ces créatures.

Zombie Kebab, c’est l’histoire de Hakim qui, après avoir été oublié lors d’une évacuation, se retrouve à être le Patient 0, le zombie à l’origine de l’épidémie qui va suivre. Mais Hakim, c’est un gars bien, et il va quand même tout faire pour protéger sa famille.
Le récit se fait à la première personne, et nous suivons les aventures et mésaventures de ce zombie. C’est une chose qui m’a beaucoup plu dans cette histoire ; il est rare d’avoir des livres ou des films avec pour héros un mort-vivant de ce genre – en général, ce sont plutôt des vampires, exception faite avec Vivant d’Isaac Marion, qui a été adapté au cinéma sous le titre Warm Bodies (peut-être en existe-t-il d’autres, mais je ne les connais pas). Ce qui est chouette du coup, c’est que nous « entrons » vraiment dans la tête de Hakim, nous savons ce qu’il sait, à quoi il pense, etc. et il s’adresse parfois directement à nous: il brise la vitre qu’il y a généralement entre le personnage principal et le lecteur. C’est comme au cinéma, lorsque subitement, le héros regarde la caméra droit dans les yeux, et s’adresse au spectateur. Quand c’est bien fait, j’aime beaucoup, et c’est le cas avec Zombie Kebab : une phrase de temps en temps, un peu mais pas trop. A ce récit à la première personne s’ajoute un langage parlé. Un parlé courant, mais qui passe très bien à l’écrit.
Pour ce qui est de l’histoire, certaines questions de société sont abordées, mais l’essentiel est quand même centré sur Hakim, sa survie, et son désir de protéger certaines personnes.
Il y a de l’action, des tripes (pas trop, mais un peu quand même), et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde !

Vous voulez une histoire courte ? Avec des zombies ? Des rebondissements ? De l’action ? Zombie Kebab est pour vous !

Zombie Kebab, Olivier Saraja • Walrus Books • 2015 • 84 pages • 9,99€ (papier), 2,99€ (ebook) • Genre : pulp, zombi, zombicalypse • ISBN : 978-2363762610

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
challenge-litteraturedelimaginaire

Publicités

26 réflexions sur “Zombie Kebab

    • malecturotheque dit :

      J’ai eu l’occasion de gagner six ou sept de leurs pulps (mais j’avais déjà « Mortal Derby X » en papier) grâce au concours #MorsedeNoel sur Twitter. N’ayant jamais été par mes lectures, j’ai donc hâte de découvrir les autres livres que je n’ai pas encore lu 🙂
      Qu’as-tu lu des éditions Walrus ?

      J'aime

    • malecturotheque dit :

      Un pulp, ça vient de « pulp magazine » : c’était un type de publications littéraires du début du XXè siècle si je me souviens bien, qui ne coûtait vraiment pas cher. Comme ce n’était pas cher et qu’on pouvait y trouver de la SF, du western, du fantastique, de la romance aussi… c’était un genre très populaire !
      Je ne crois pas que ce type de publication existe encore aujourd’hui, mais du coup Walrus a repris l’idée d’un court récit, pas très cher.

      En tout cas, oui, je suis preneuse des livres dont le personnage principal est un zombie, pulp ou non 😉
      Merci, je ne savais pas du tout que ce roman parlait de zombies !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s