La nuit des temps

La nuit des temps

Quatrième de couverture :

Dans l’immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé du relief sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace…
Que vont découvrir les savant et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ?
La nuit des temps, c’est à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d’amour passionné. Traversant le drame universel comme un trait de feu, le destin d’Elea et de Païkan les emmène vers le grand mythe des amants légendaires.

Mon avis :
Le premier ouvrage de René Barjavel que j’ai acheté, c’est Ravage, et c’était l’an dernier. Depuis, je ne l’ai toujours pas lu, mais j’ai beaucoup entendu parler de La nuit des temps. L’autre jour, alors que je rendais visite à une amie, je n’ai pas pu m’empêcher de regarder les titres présents dans sa bibliothèque ; je suis tombée sur La nuit des temps, et quand elle a su que je ne l’avais encore jamais lu, elle m’a dit : « QUOI ?! Prends-le tout de suite ! »
Voilà pour la petite histoire. Passons maintenant à mon retour sur ce classique.

Lors d’une expédition au Pôle Sud, une unité de recherche française tombe sur des ruines, cachées sous l’épaisseur de la glace. Et dans ces ruines, la possibilité d’en apprendre plus sur le passé de l’humanité.
D’emblée, le récit alterne avec une narration à la première personne (que je vous présentais dans mon RDV Premières lignes, il y a quelques semaines déjà), et une à la troisième personne. Le récit alterne entre le Dr Simon, les équipes de recherche, et occasionnellement des quidams qui suivent l’affaire par le biais des journalistes. J’ai trouvé cela très intéressant car, d’un côté, nous avons une approche dramatique, qui nous laisse envisager une certaine fatalité, et de l’autre, nous avons une approche plus neutre. Enfin, les individus lambda, qui découvrent l’avancée des recherches, les interrogations des chercheurs, apportent un débat moins éclairé, mais néanmoins justifié et cohérent, permettant aussi de prendre de la distance vis-à-vis du reste du récit.
Aussi, le récit alterne entre ce futur plus ou moins proche imaginé par René Barjavel, mais aussi avec le passé, notre passé.
Dans La nuit des temps, la recherche occupe une place importante, et la politique n’est pas reste. Toutefois, au fil des pages, ce sont l’Histoire et l’amour qui prennent le pas.
Si, comme moi, vous saturez des romances, que vous retrouvez dans tous les livres que vous lisez, et que vous n’en pouvez plus, je vous rassure : ici, l’amour est beau, l’amour traverse le temps, l’amour est essentiel au récit, sans pour autant faire de l’ombre à tout le reste. L’amour est beau, il est pur, et parfois il est érotique. Mais je peux vous assurer que vous ne pourrez rester indifférents au destin d’Elea et de Païkan.
Mais dans ce roman, il est aussi question des guerres passées, des tensions présentes, et de ce qui est à venir. Ce sont aussi ces gens qui s’insurgent contre les décisions prisent par un petit groupe. La nuit des temps est une révolte.

Je pourrai parler de l’écriture de Barjavel, que j’ai aimé, je pourrai vous parler encore de bien d’autres choses sur la narration, la tournure que prend l’histoire, je pourrai vous parler des personnages, principaux ou secondaires, que j’ai apprécié, et dont certains m’ont vraiment touchée. Mais voilà, je pense qu’il n’y a pas de mots assez forts pour vous dire à quel point j’ai aimé cette œuvre.
Je me rends compte avec le recul que j’ai presque eu un coup de cœur.

Que vous aimiez ou non la science-fiction, La nuit des temps est un roman que je vous recommande vivement.

Belle lecture à vous.

La nuit des temps, René Barjavel • Pocket • 1971 (première édition) ; 2012 (présente édition) • 410 pages • 7,60€ • Genre : science-fiction, tragédie, amour • ISBN : 

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
challenge-litteraturedelimaginaire

Publicités

24 réflexions sur “La nuit des temps

  1. eibhileen dit :

    J’avais adoré « La nuit des temps » lors de sa lecture il y a quelques années ! Un véritable coup de cœur ! Et-ce malgré les critiques qui pointaient la figure de la femme proposée par Barjavel dans ce récit. J’ai également lu « Ravages », qui a un côté dystopique très actuel : j’avais également beaucoup apprécié.

    Aimé par 1 personne

    • malecturotheque dit :

      Est-ce par rapport à son physique que la femme proposée par Barjavel a été critiquée ? Ou est-ce parce qu’elle est déterminée, forte… ?
      Pour ma part, c’est plus le comporte du Dr Simon, très (trop) protecteur, jaloux de quiconque l’approche alors qu’Eléa ne lui appartient nullement.

      J'aime

    • malecturotheque dit :

      Là où j’ai trouvé ça compliqué, c’était quand on entrait dans l’aspect scientifique du livre, mais ça restait bien expliqué et compréhensible.
      Mais il est vrai que c’est un retour que j’ai vu régulièrement sur des blogs.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s