Otaku Blue, t.1 : Tokyo underground

Otaku Blue, t.1 : Tokyo underground

Quatrième de couverture :

Tokyo. Aujourd’hui. Asami est étudiante en sociologie. Son sujet : les otaku, ces Japonais vivant pour ou par une passion unique. Elle les rencontre, les interviewe, elle dissèque leurs comportements…

Au même moment, Kioshi Arakawa, inspecteur de la police métropolitaine, démarre une enquête sur des meurtres rituels de prostituées. Le tueur tranche et emporte à chaque fois une partie du corps de ses victimes…

Otaku Blue une enquête double au plus profond des obsessions japonaises, en deux albums.

Mon avis :
L’histoire se déroule à Tokyo. Je dis « l’histoire », mais nous en suivons deux : celle de l’inspecteur Arakawa qui enquête sur le meurtre de prostituées, et celle d’Asami, étudiante en sociologie et dont les recherches portent sur les otaku.
Dans ce premier tome, ces deux récits n’ont de lien que le lieu, et le désir de collection. Je n’ai pas grand chose à dire là-dessus, si ce n’est que le récit me semble assez prévisible, mais sans pour autant être désagréable, sans l’aspect péjoratif du prévisible : nous nous doutons qu’il va y avoir un lien entre ces deux recherches, policière et sociologique, car les auteurs ne nous présentent pas ces deux récits innocemment. Je me suis laissée happer par le récit, et je veux découvrir la suite et fin : pourquoi ces meurtres ? Quel est le point de départ de tout cela ? Comment vont évoluer les héros ?
Ce que j’ai aimé dans cette bande dessinée, en plus de l’intrigue et du contexte (Tokyo, l’univers des otaku, le genre thriller…), ce sont les personnages : en peu de pages, nous avançons dans la narration, mais nous apprenons aussi à connaître les principaux protagonistes, qu’il s’agisse d’Asami et de son petit copain, d’Arakawa et de son collègue…
Pour ce qui est des dessins, j’ai apprécié le trait, mais je suis moins fan de la colorisation – ce n’est juste pas à mon goût, mais je ne saurai pas dire pourquoi. Si vous voulez vous faire votre avis, voici les premières planches sur BDGest’.

Tokyo underground est un bon premier tome qui permet de mettre en place de solides bases pour la suite, et pourquoi pas nous surprendre. Dès que l’occasion se présentera, je me jetterai sur le second tome.

Otaku Blue, t.1 : Tokyo underground, Richard Marazano (scénario) et Malo Kerfriden (dessin) • Dargaud • 2012 • 56 pages • 13,99€ • Genre : BD, thriller • EAN : 9782205066364

Publicités

9 réflexions sur “Otaku Blue, t.1 : Tokyo underground

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s