Cupidon, tête de con

Cupidon, tête de con

Quatrième de couverture :

Caroline zigzague, trébuche (parfois elle titube aussi un peu, soyons francs) en cherchant son Graal. Pourtant, elle n’avait pas l’impression d’avoir mis la barre très haut : « Dès le début, ma Quête a été de mettre la main sur un gars avec lequel, si les conditions de température et de pression le permettaient, y aurait eu moyen de partager des bons moments, des verres de chardonnay et autres breuvages euphorisants, ainsi que des fluides, si c’était pas trop demander. »
Malgré ce cahier des charges somme toute pas très compliqué, la Quête est laborieuse. Dans la vraie vie, d’abord, puis sur les sites de rencontres. Et là, là… ça se gâte sérieux. Voire, si on était pas correcs, on dirait que ça craint du cul, mais grave.
De rendez-vous ratés en nuits torrides, de SMS anatomiques en coups de cœur, la Quête 2.0 de Caroline n’est pas toujours un chemin semé de pétales de roses.
Mais elle a quelque chose de l’odyssée de l’extase…

Mon avis :
Caroline cherche l’amour, mais ce n’est pas simple ! Du professeur marié au beau Paco, elle va en avoir, des surprises ! Et pas toujours des bonnes…
Ce livre, raconté à la première personne, est découpé en chapitres aux noms évocateurs : « Zappa être possible », « Le psychopathe », « La Braise », « Mr. Parfait »… Chacun d’entre eux parle d’un homme rencontré, que ce soit dans la vraie vie ou par le biais des réseaux sociaux. Caroline tombe amoureuse, se retrouve seule, tâtonne sur le net… Elle ne cherche pas le prince Charmant ; bien qu’elle ait plusieurs critères, ceux-ci sont simples, assez classiques : un homme drôle, sympa, sexy (son éventail du sexy est très large), indépendant… Elle veut passer du bon du temps, dans un premier temps, et voir comment la relation évoluera. Mais avant d’envisager quoi que ce soit, il y a la rencontre dire « IRL » (in real life : dans la vraie vie), et autant dire que ce n’est pas gagné !
Alors que Caroline galère, eh bien moi… j’ai ri. J’ai ri en repensant à des anecdotes que l’on m’a raconté, j’ai ri en me mettant à sa place. J’ai ri parce que Caroline raconte ses aventures avec humour ; elle a pris du recul au fil du temps, et a choisi de partagé ses expériences. Cupidon, tête de con, est un bon livre, écrit avec une plume franche, directe, humoristique. On a l’impression que l’auteure s’adresse directement à nous, qu’elle nous confie ses aventures amoureuses.
Si parfois le texte est un peu osé, Caroline ne tombe toutefois pas dans la vulgarité gratuite, et c’est tant mieux ; la lecture n’en est que plus plaisante.

Pour faire simple, Cupidon, tête de con, c’est une lecture qui fait du bien , qui fait rire !

Cupidon, tête de con, Caroline Huyghues • Les éditions de l’Hurluberlue (auto-édition) • 2016 • 330 pages • 12€ (3,99€ en ebook) • Genre : humoristique, autobiographie • ISBN : 9782954519708

.

.

.

Publicités

17 réflexions sur “Cupidon, tête de con

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s