Pretty Deadly, t.1 : L’écorcheuse

Pretty Deadly, t.1 : L’écorcheuse

Quatrième de couverture :

Oyez, oyez !

Ecoutez la chanson de Ginny Face-de-Mort et comment elle devint un esprit vengeur, luttant contre ceux qui tentent d’enfermer ou de blesser la liberté.

Elle fut élevée comme une faucheuse assoiffée de vengeance. A la poursuite des pécheurs à l’âme rance.

Toi qui exige réparation,

Invoque son nom,
Entonne sa chanson

Ginny chevauche le vent pour toi,
mon enfant…

Le vent souffle pour la Mort !

Mon avis :
J’avais entendu parler de Pretty Deadly, et si certaines personnes l’encensaient, d’autres avaient en revanche un avis un peu plus mitigé, la raison principale étant qu’elles trouvaient la narration difficile à suivre. Voici mon avis, en espérant qu’il vous éclairera.

Les premières planches sont superbes et nous plonge immédiatement dans l’ambiance de Pretty Deadly : la mort sera présente tout au long de ces pages, et c’est un lapin et un papillon qui vont nous raconter l’histoire. Cette histoire, c’est celle d’une gamine, Sissy, vêtue d’une cape la faisant paraître telle un vautour géant. Et Sissy, elle nous raconte une histoire d’amour qui tourne mal, une histoire qui nous amène à parler de Ginny Face-de-Mort. Ce qui a pu embrouiller certaines personnes, c’est qu’il s’agit d’un récit dans le récit, et que nous suivons plusieurs personnages, amenés à se rencontrer.
J’ai trouvé les illustrations et les planches très belles, parfois frôlant avec le poétique, alors qu’il est pourtant question de la Mort, de vengeance, etc. Aussi, la mise en page m’a beaucoup plu, et j’ai aimé les couleurs de Jordie Bellaire : tantôt chaleureuses pour la vie ordinaire de jour, tantôt froides la nuit. Quant au monde des esprits, il est très sombre, mais tout ressort superbement, notamment la Mort.
Mon personnage préféré est sans aucun doute Sissy, avec sa cape de vautour, mais j’ai aussi aimé Ginny (celle que vous voyez sur la couverture) qui est assez froide, certes, mais dont on souhaite voir l’évolution. La métamorphose d’Alice est superbe, Fox et Sarah sont vraiment de bons personnages… Bref, plusieurs protagonistes, et je les ai tous appréciés, chacun pour des raisons différentes.

S’il se passe pas mal de chose dans ce premier tome de Pretty Deadly, s’il y a beaucoup de personnages, le récit n’en reste pas moins bien mené, et l’univers créé par DeConnick et Rios, à la fois western et fantastique, se révèle vraiment superbe, avec une touche de poétique.
Parfois un peu sanglant, je ne le recommande pas forcément à tout le monde (surtout pas aux plus jeunes), mais quelle histoire ! De très bons héros, de l’action, de très beaux dessins : j’en redemande !

A quand la sortie du deuxième tome ?

Pretty Deadly, t.1 : L’écorcheuse, Kelly Sue DeConnick et Emma Rios • Titre VO : Pretty Deadly •  traduction : Eloïse de la Maison et Miceal O’Griafa • Glénat Comics • 2015 • 160 pages • 15,95€ • Genre : western, vengeance, fantastique • ISBN : 9782344008638

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
challenge-litteraturedelimaginaire

.

.

.

Publicités

7 réflexions sur “Pretty Deadly, t.1 : L’écorcheuse

  1. vinushka64 dit :

    Je l’avais déjà vu en magasin et j’avais oublié le nom. La couverture accroche bien ! Ta chronique donne encore plus envie de voir au-delà. Du coup, je l’ai réservé à la médiathèque, et là que vois-je, l’auteure a également écrit Bitch Planet ! (que je dois toujours lire ><)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s