Les Neiges de l’éternel

Les Neiges de l’éternel

Quatrième de couverture :

Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jeune courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur.
Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

Mon avis :

J’ai découvert Claire Krust en février dernier, lors d’une conférence au Salon du fantastique. J’ai par la suite acheté Les Neiges de l’éternel, ayant trouvé l’auteure sympathique, et parce que la couverture m’a immédiatement attirée.
Au final, quand j’ai commencé cette lecture en décembre, je savais seulement qu’il était question d’une famille nippone, et qu’il y avait un fantôme. Alors, ça donne quoi, en vrai ?

Comme dit dans le résumé, Les Neiges de l’éternel raconte le déclin d’une famille. Cela débute avec la maladie de l’héritier, Akira, qui semble incurable. Mais sa sœur, Yuki, n’est pas prête à le laisser mourir, et va tout faire pour le sauver.
En sortant de la demeure familiale, la jeune fille va découvrir un autre monde, plus pauvre, plus brutal, et n’a alors d’autre choix que de changer, d’évoluer : si elle était maîtresse chez elle, elle n’est dehors qu’une personne comme les autres, qui doit faire face aux difficultés si elle veut trouver l’homme capable de soigner son frère.
Yuki est en quelque sorte le fil conducteur de ce roman. Si Akira revient fréquemment, c’est toutefois l’amour de sa sœur qui occupe la place la plus importante du récit, c’est elle qui lie les personnages et leur vie.
En lisant Les Neiges de l’éternel, j’ai découvert la jolie plume de Claire Krust, mais aussi un univers presque onirique. S’il n’y a pas vraiment d’action, il s’agit cela dit d’une belle histoire. Les premières pages sont à mon sens les plus belles, la description d’Akira étant à la fois magnifique et mélancolique. Par la suite, on fait des bonds dans le temps, allant du présent au futur, de ce qui viendra à ce qui est passé… Si cela peut dérouter de prime abord, j’ai toutefois apprécié de découvrir l’histoire de cette famille sur une longue période, à travers plusieurs destins.
Au final, mon seul regret concerne la fin de l’histoire du fantôme ; il m’a manqué quelque chose.

Les Neiges de l’éternel est une histoire touchante qui pourrait plaire à quiconque aime le Japon féodal, les histoires de famille, la fantasy – si le roman évoque le Japon, l’histoire se passe toutefois dans un univers fictif.
A lire bien au chaud, enroulé.e dans un plaid, le livre sur les genoux, un thé dans une main.

Les Neiges de l’éternel, Claire Krust • ActuSF • 2015 • 344 pages • 18€ • Genre : fantasy, famille • ISBN : 9782917689929

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.

.

.

.

Il participe aussi au Cold Winter Challenge.

Publicités

27 réflexions sur “Les Neiges de l’éternel

  1. lilithbliss dit :

    La première de couverture est vraiment très très belle ! S’en est presque perturbant ! On se dit que le contenu doit être époustouflant pour mériter une telle couverture. En tout cas, je ne dirai pas non le jour où j’aurai l’occasion de lire cette histoire 🙂 Merci pour la découverte

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s