Le Comte de Monte Cristo

Le Comte de Monte Cristo

Quatrième de couverture :

Tout commença en France à Marseille en l’année 1815.
Le jour prévu de son mariage, Edmond Dantès, un capitaine de vaisseau plein de promesses, se fait enfermer injustement au Château d’If, une prison pour criminels politiques. Pendant son long emprisonnement il apprend qu’il a été victime d’une impardonnable trahison. Débutera ensuite une tragédie de vengeance dans laquelle Dantès jouera ses années perdues en prison ainsi que celles qu’il lui reste à vivre en liberté.

Mon avis :

Je n’ai encore jamais lu Le Comte de Monte Cristo d’Alexandre Dumas, alors quand j’ai vu cette adaptation manga, je me suis laissée tenter : l’histoire semblait super, et les dessins m’avaient l’air beaux.
Et je n’ai pas été déçue !

Le manga débute le jour du mariage de Dantès et Mercédès. Malheureusement, le jeune homme est envoyé le jour-même en prison, et il va y rester de longues années.
Apprenant qu’il s’agit d’un complot pour lui nuire, Dantès décide de mener à bien une vengeance qui sera des plus terribles : aucun de ses ennemis ne sera épargné.

Commençons par l’aspect visuel avant de parler de l’histoire : c’est assez joli, mais je trouve cela vraiment dommage que Haydée, un personnage féminin important, soit hyper-sexualisée. Oui, elle est très belle, elle est désirable…, mais je n’en vois pas l’intérêt (qu’importe ses vêtements, ils moulent tous parfaitement ses fesses, ses seins dans leurs moindres détails).

L’histoire est très bien présentée avec, au tout début du manga, une double-page de présentation des personnages – ils sont nombreux et elle est donc assez primordiale.
Quant au récit lui-même, il se déroule de façon chronologique, se focalisant essentiellement sur le personnage de Dantès/du Comte.
J’ai bien senti qu’à certains moments les faits se déroulaient trop vite, ou qu’il nous manquait un événement, mais cela ne m’a pas dérangée outre mesure, et m’a justement encore plus donné envie de découvrir l’œuvre originale.

Le pari est donc réussi pour Ena Moriyama : l’auteur adore le livre de Dumas et a souhaité donner envie aux lecteurs qui découvriraient l’histoire par le biais du manga de lire le roman.
Je pense que c’est une bonne chose de commencer par le manga – en tout cas, si vous êtes comme moi, vous visualiserez plus facilement qui est qui lorsque vous vous mettrez au roman original.
Une bonne lecture pour mieux appréhender l’œuvre d’Alexandre Dumas.

Le Comte de Monte Cristo, Ena Moriyama (d’après Alexandre Dumas) • traduction : Nesrine Mezouane • Kurokawa • 2017 • 272 pages • 8,90€ • Genre : manga, adaptation • ISBN : 9782368524954

Publicités

24 réflexions sur “Le Comte de Monte Cristo

    • malecturotheque dit :

      Eh bien, de ce qu’en dit l’auteur, et d’après mon ressenti, j’aurais plutôt tendance à conseiller de lire le manga avant le roman.
      En effet, il y a de plus en plus d’adaptations des classiques, et c’est vraiment une chouette idée !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s