Premières lignes #60

Aujourd’hui, je vous présente les premières lignes du roman Petite sœur la mort. Je devrais dire les premières lignes de l’histoire ; c’est la raison pour laquelle j’ai appelé ce rendez-vous « Premières lignes » et non « Incipit ». En effet, pour ce roman, ce n’est pas la préface que je voulais partager avec vous, ni la note de l’éditeur, mais bel et bien le début du livre écrit par William Gay.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Une plantation du Tennessee,
vers l’année 1785

Tiré par l’attelage, le chariot grinçant de toutes parts contourna en cahotant le pied de la colline et remonta le lit du ruisseau à sec, mais le passager corpulent en costume sombre et coiffé d’un chapeau noir à larges bords ne pouvait pas le savoir. Il était assis, tassé sur lui-même dans un coin du plateau, les yeux bandés, ses bras agrippant les ridelles dans un futile effort pour absorber le tressautement des roues sur la roche, le chariot se cabrant pour monter la pente, le repoussant vers le hayon, tandis que le mastiff noir le surveillait en grondant d’un air féroce, changeant à peine de position au gré des secousses, le menton calé entre les pattes, sans le quitter des yeux.
L’homme avait cessé de se demander où il se trouvait. Le cri des engoulevents bois-pourri lui indiquaient que la nuit était tombée. Il savait que le sol était gelé, car il entendait les roues cerclées de fer crisser sur les volutes de terre figée par la glace. Il était sûr d’avoir traversé un bois ; une branche l’avait frappé durement, lui balafrant le visage. Un filet de sang avait gelé le long de la plaie et durci comme une estafilade laissée par un ongle pointu.

Petite sœur la mort, William Gay, 2015.

Petite sœur la mort

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander

Publicités

9 réflexions sur “Premières lignes #60

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s