Millenium 1 – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Millenium 1 – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Quatrième de couverture :

Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans.
Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre le dossier.
Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers, lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont découvrir ce qu’il faudra peut-être taire…

Mon avis :

Millenium est une saga assez connue d’autant plus que le premier tome, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, a été adapté deux fois au cinéma (une première fois par les Suédois avec Noomi Rapace dans le rôle de Lisbeth Salander, une seconde fois par les Américains avec Rooney Mara dans le même rôle). Après la sortie du film suédois, j’avais dévoré la trilogie ! Depuis, deux autres tomes sont sortis mais, ne me souvenant pas assez bien de certains faits, j’ai décidé de relire les premiers tomes avant de m’y mettre.
Avant d’aller plus loin, je tiens à souligner que certains passages sont d’une grande violence, et j’ajoute même un trigger warning car il y a des scènes de viol. Outre cet aspect, nous avons là un thriller et c’est donc loin d’être rose .
L’histoire débute avec le vieux Henrik Vanger qui engage le journaliste Mikael Blomkvist afin de retrouver le meurtrier de sa nièce, Harriet Vanger. Malheureusement, la disparition de la jeune femme date d’il y a une quarantaine d’années et Blomkvist se lance donc vainement dans cette enquête. En parallèle, nous suivons une hackeuse professionnelle, Lisbeth Salander. On apprend à la connaître et, sous sa solide carapace, on décèle une vie difficile et quelques failles. La route de nos deux héros finit par se croiser et c’est là que l’enquête et les personnages vont se mettre à véritablement avancer, à évoluer. Pourtant, Stieg Larsson ne parle pas que de cette enquête-là puisque le roman tourne aussi autour du journal « Millenium » (qui donne son nom à cette saga littéraire) pour lequel Blomkvist travaille. Et c’est, à mon sens, un véritable tour de force que l’auteur réussit : nous parler de tout un tas de choses qui n’ont pas de rapport avec l’histoire des Vanger mais en nous permettant de nous y intéresser, en nous donnant l’envie de nous y intéresser.
J’avais ouïe dire que le roman n’était pas très bien écrit, alors réjouissons-nous car la traduction est vraiment bien, il y a une bonne gestion du rythme. Et au final, la seule chose qui peut ralentir est le nombre de personnages, notamment ceux composants la famille Vanger. Cela dit, si dans mon souvenir j’avais eu un peu de mal, ici la mémorisation de qui est qui s’est faite facilement. J’imagine que le fait de connaître déjà l’histoire aide, mais je pense aussi que lire beaucoup et mieux aide encore plus. Et puis, au pire, il n’y a pas toute la famille à retenir, loin de là !

Dans ce premier tome, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, nous faisons la connaissance de Blomkvist et Salander, deux personnages aux antipodes l’un de l’autre et auxquels on s’accroche facilement malgré leurs défauts. Les histoires, qu’elles soient la principale ou des récits annexes, s’avèrent toutes passionnantes et la traduction est d’une efficacité redoutable.
Un grand oui pour Millenium !

A noter que des informations sur les violences faites aux femmes (en Suède) sont disséminées dans le roman. Des chiffres qui font échos à l’histoire que nous raconte Stieg Larsson, et qui sont effrayants.

Millenium 1 – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, Stieg Larsson • Titre VO : Män som hatar kvinnor • Lena Grumbach et Marc de Gouvenain • Actes Sud • 2011 (2005 en VO) • 592 pages • 23,20€  (10€ format poche) • Genre : thriller • ISBN : 9782330055868

Ce livre participe au challenge Coupe des 4 maisons – 2017-2018.
.

 

Publicités

10 réflexions sur “Millenium 1 – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s