Qaanaaq

Qaanaaq

Quatrième de couverture :

Dans le vaste pays blanc, l’esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu’au bout.

Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecoeur que ce redoutable enquêteur de Copenhague accepte d’aller aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières ont été retrouvés, le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais depuis quand les ours crochètent-ils les portes ?

Flanqué de l’inspecteur inuit Apputiku – grand sourire édenté et chemise ouverte par tous les temps –, Qaanaaq va mener l’enquête au pays des chamanes, des chasseurs de phoques et du froid assassin. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

.
Mon avis :

Quelle belle couverture, n’est-ce pas ? Quand je l’ai vu, ce bouquin, j’ai tout de suite eu envie de le lire. Le problème, c’est que j’essaye de ne pas acheter trop de livres en ce moment, surtout pour tenter de faire de la place dans mes bibliothèques et faire baisser ma pile à lire. Alors je voyais ce roman en librairie, sur le net, et à chaque fois je m’en détournais à regret. Et c’est là que c’est produit un véritable miracle : grâce au rendez-vous Twitter #VendrediLecture et aux éditions La Martinière, j’ai gagné Qaanaaq de Mo Malø. J’ai presque sauté de joie en apprenant la nouvelle !
Qaanaaq, que l’on prononce « hraanaak », c’est l’histoire d’un enquêteur danois, Qaanaaq Adriensen, qui est envoyé au Groenland pour élucider des meurtres plutôt étranges, emprunts de beaucoup de bestialité. Ces meurtres sont perpétrés à l’encontre de travailleurs d’une plateforme pétrolière, contre des étrangers.
Alors, par où commencer ? Déjà, j’ai beaucoup aimé l’histoire. Je l’ai trouvée bien ficelée, il y a quelques rebondissements qui m’ont bien surprise – et cela faisait un moment que je n’avais pas été surprise en lisant un thriller. Et si le récit est bien mené, les personnages ne sont pas en reste : Qaanaaq m’a bien plu, j’ai grandement apprécié cet enquêteur au passé trouble, père de deux enfants qu’il a adopté – plutôt inhabituel dans un thriller -, et ses rapports avec ses collègues groenlandais ont beaucoup joué dans mon appréciation. Déjà, il y a Appu, flic depuis cinq ans et dont on se demande un peu ce qu’il fait ici, mais qui se révèle petit à petit. Il y a également Rikke Engell, la patronne de la police groenlandaise. Très froide, je ne l’ai pas vraiment appréciée mais je me suis tout de même attachée à elle. Il y a encore plein d’autres protagonistes, comme Flora, la mère de Qaanaaq, que l’on croise de temps en temps et dont j’ai trouvé les interventions pertinentes, etc. Mo Malø a su doser la présence des personnages, il a su entremêler les histoires, les ambitions, afin de nous pondre cette enquête captivante.
Ce qui rend Qaanaaq aussi bien, ce n’est pas que son enquête et ses personnages, aussi bien soient-ils. Ce qui m’a également plu, c’est de poursuivre ma découverte du Groenland au travers des livres. En effet, j’ai commencé à « visiter » ce pays avec le roman de Niviaq Korneliussen, Homo Sapienne ; on y suit la jeunesse de Nuuk. Cette fois, on s’enfonce dans les terres gelées, on découvre les traditions, les revendications d’indépendances, le racisme qui plane au-dessus du pays… Ce roman est plus ancré dans la politique bien que ce ne soit pas le propos principal. Tout comme le héros, nous découvrons des enjeux bien concrets et bien réels.
Enfin, même si cela est totalement anecdotique, je me dois de vous dire que j’ai adoré la typographie du « Q » majuscule, comme une sorte de « O » posé sur une vague colline.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé Qaanaaq. Si Mo Malø nous sort une suite des enquêtes de son héros, je la lirai avec plaisir.
Et donc, mon conseil : lisez ce livre ! Surtout qu’il fait chaud, alors Qaanaaq saura vous rafraîchir.

Qaanaaq, Mo Malø • La Martinière • 2018 • 496 pages • 20,90€ • Genre : thriller, Groenland • ISBN : 9782732486307

.

17 réflexions sur “Qaanaaq

  1. Vivrelire dit :

    Il le faisait déjà envie mais là il rejoins ma wishlist direct ! Je vais voir le roman que tu as évoqué qui se déroule également au Groenland, je suis passionné par ce pays et j’adore lire des romans en rapport avec cet endroit génial ! Si tu aimes également je te conseil les romans de l’auteur John Riel qui se déroulent là bas avec des personnages au top et beaucoup d’humour

    Aimé par 1 personne

      • Vivrelire dit :

        Ah oui désolé haha je suis vraiment nul pour me rappeller des auteurs 😅 j’ai adoré Le cycle de celui qui désire vivre ou il raconte les ‘légendes et le folklore de ce pays, il a écrit beaucoup de Racontars qui sont supers aussi, La maison de mes pères est très long mais je l’ai adoré aussi ( en plus il est sortit en poche il me semble ). Et je te recommande également Le garçon qui voulait devenir un être humain ( si je ne me trompe pas ) qui il me semble est également de cet auteur mais je ne suis plus sûre, ça a été un énorme coup de cœur pour moi. Désolé pour ce pavé et bonnes lectures !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s