Sorcières, l’impuissance invaincue des femmes

Sorcières – La puissance invaincue des femmes

Résumé :

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?
Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

.

Mon avis :

Sorti en septembre dernier, cet essai a beaucoup fait parler de lui. Déjà parce qu’il est écrit par Mona Chollet, autrice de Beauté fatale (il est probable que, sans l’avoir lu, vous connaissiez). Ensuite, le titre, Sorcières, la puissance invaincue des femmes, évoque une figure importante de l’Histoire, avec les chasses aux sorcières, mais également une héroïne fictionnelle appréciée (dans les séries Ma sorcière bien aimée, Charmed, ou la récente série Netflix Les nouvelles aventures de Sabrina). Enfin, les sorcières font justement leur grand retour dans la pop culture, qu’elle soit proches de la nature, héroïnes de télé ou encore féministes, qu’elles soient des icônes ou des femmes de tous les jours. Pour dire les choses simplement, cet essai m’a tout de suite attirée alors, quand je l’ai vu sur NetGalley, j’ai tenté ma chance. Et de chance, je n’en ai pas manqué puisque les Editions de la Découverte me l’ont envoyé !
Alors, de quoi parle Sorcières de Mona Chollet ? Des femmes, évidemment, mais lesquelles ? Hermione Granger et sa baguette magique ? Les sœurs Halliwell et leurs incantations ? Pas vraiment. Bien que ce soient de véritables icônes, l’essai se concentre essentiellement (mais pas que) sur les véritables sorcières, celles qui ont existé ou existent encore. Elles n’ont pas d’enfant, elles vivent seules mais cela ne les empêche pas d’avoir une sexualité, elles sont vieilles, et parfois tout cela en même temps ! Ces femmes sont aujourd’hui pointées du doigt, et ce depuis plusieurs siècles à dire vrai. C’est ce qui amène Chollet à faire le parallèle entre ces femmes libres et indépendantes et les sorcières. En effet, ces dernières ont longtemps été vues comme des mangeuses d’enfants, le balai volant qu’elles glissent entre leurs cuisses pour voler est interprété comme une représentation phallique, etc. Et c’est l’une des choses que j’ai trouvé particulièrement réussies dans cet essai : les exemples, les parallèles faits par Mona Chollet sont pertinents et parlent à tou.te.s. Si je ne connaissais pas toutes les femmes et tous les faits dont l’autrice parle dans son livre Sorcières, c’était toutefois bien expliqué, remis dans un contexte historique et politique, avec des références à foison… Novices ou pas, impossible de s’y perdre. Tout est parfaitement compréhensible, l’essai se lit très bien et garde son cap : on a une intro, un développement et une conclusion. Dit comme ça, ça peut paraître scolaire, il n’empêche que c’est une clé importante pour la compréhension d’un texte par le plus grand nombre.
Alors il faut que je le dise : je n’ai pas appris grand chose. En revanche, il y a plein de références que je ne connaissais pas et cela m’a conforté dans certaines de mes idées. Précisons que Mona Chollet ne délivre pas de vérité absolue ; elle fait un constat qui est terriblement vrai.

Sorcières, la puissance invaincue des femmes est un très bon essai et que l’on peut glisser entre toutes les mains tant il se lit bien. Donc si le sujet vous intéresse (les femmes, les conditions des femmes en occident…), jetez-vous sur ce livre, il ne pourra que vous plaire.

Merci à NetGalley et aux éditions de la Découverte pour cette lecture enrichissante.

Sorcières, l’impuissance invaincue des femmes, Mona Chollet  Editions La Découverte • 2018 • 240 pages • 18€ • Genre : essai, féminisme • ISBN : 9782355221224

6 réflexions sur “Sorcières, l’impuissance invaincue des femmes

Répondre à Ma Lecturothèque Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s