Block 46

Block 46

Quatrième de couverture :

Falkenberg. Suède. Le commissaire Bergström retrouve le cadavre nu et gelé d’une femme aux abords de la plage d’Olofsbo.

Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps sauvagement mutilés ont été abandonnés dans les bois d’Hampstead, au nord de la ville. Ils présentent les mêmes mutilations que la victime suédoise : trachée arrachée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.

Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…
En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série.
Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

.

Mon avis :

Depuis le temps que je traînais ce livre dans mal PAL ! Je l’avais acheté au format numérique il y a deux ans il me semble, lors d’une promotion des éditions Bragelonne. L’histoire m’avait sacrément intriguée et il me tardait de la découvrir mais voilà, force est de constater que j’ai laissé traîner pendant un bon moment. Enfin, comme on dit : mieux vaut tard que jamais !
Block 46 est le premier roman de Johana Gustawsson. On y suit Alexis Castells, une écrivaine, et Emily Roy, une profileuse. Lorsque la police retrouve le corps d’une femme mutilé en Suède, le rapprochement est vite fait avec une histoire d’enfants retrouvés enterrés et eux aussi mutilés à Londres. Emily et Alexis coopèrent alors ensemble pour mettre la main sur le ou les serial killer(s). Mais l’histoire n’est pas aussi simple et nous emmène également à Buchenwald, en 1944. Soyons franc, un roman qui alterne une enquête sur un serial killer et la vie dans un camp de concentration, c’est vraiment pas joyeux, bien au contraire. Mais Gustawsson a réussi à nous pondre un roman très bien dosé et qui ne tombe pas dans l’horreur gratuite – vous savez, ces thrillers dans lesquels on nous détaille chaque cadavre bien plus que nécessaire sans que cela n’apporte vraiment quoi que ce soit au récit ? Bref, j’ai aimé le récit, la narration qui alterne entre Emily et Alexis pour le présent, et Erich pour le passé. J’ai aimé que ce ne soit pas un récit linéaire, et surtout l’intrigue se tisse remarquablement bien. La fin nous réserve même quelques surprises ! Toutefois, il m’a semblé qu’un personnage, que l’on découvre comme étant le (l’un des) coupable(s), était quelqu’un que l’on avait déjà croisé au début du roman mais je n’arrivais plus à situer qui c’était. Enfin tant pis, ce n’est qu’un détail et si ça se trouve c’est juste que je n’ai pas fait attention au nom de certains personnages, ce qui est bien probable. En tout cas, le développement de l’intrigue est très fluide, avec quelques surprises mais pas trop, ce qui fait que rien ne semble exagéré, au contraire, on croit à cette histoire.
Bien. Parlons maintenant des héroïnes. Emily et Alexis semblent toutes les deux avoir un passé assez sombre mais cela reste assez en surface et ne vient pas « polluer » l’histoire principale. C’est donc une bonne chose, permettant ainsi de mettre un peu de relief aux héroïnes sans en faire trop d’un coup, et permettant également un développement dans un prochain roman. Du relief, elles n’en manquent d’ailleurs pas ! Emily est une profileuse très efficace, au caractère bien trempé, qui sait avouer quand elle a tort même si cela semble lui coûter. Alexis est une écrivaine dont la spécialité sont les serial killers. Cette enquête est une catharsis pour elle, d’autant plus que ça la touche de près. Il y a également pas mal d’autres protagonistes, tous suffisamment développés pour être appréciés ou non, mais en aucun cas ils ne laissent indifférent. J’ai ainsi beaucoup aimé le commissaire de Falkenberg, qui est d’une grande aide dans l’enquête et que j’ai trouvé sympathique, bien que le contexte ne le permette pas vraiment.
Enfin, je ne sais pas si c’est la grande tendance de situer les intrigues dans les pays nordiques, mais j’en lis et j’en vois pas mal – peut-être est-ce juste que j’aime ça et donc je les repère ? Quoiqu’il en soit, ici, nous voyageons entre Londres et Falkenberg, en Suède, et j’ai beaucoup aimé. Déjà parce que ça permet de découvrir un autre pays (d’ailleurs, Johana Gustawsson s’est pas mal documentée pour écrire son livre), bien que ce ne soit pas de la meilleure des façons (bah oui, des scènes de meurtres, ça fait pas rêver, on va pas se mentir), et puis les lieux sont bien décrits, ce qui est toujours plaisant dans un roman car cela permet de se faire une image assez précise des paysages et bâtiments. Cela ajoute du réalisme au récit.

Block 46 est un très bon thriller écrit par Johana Gustawsson. J’espère retrouver prochainement Emily et Alexis dans leur prochaine enquête, Mör, bien que j’ai déjà beaucoup trop de livres à lire – mais en a-t-on vraiment trop ? Et vous l’aurez compris, j’ai aimé cette enquête et je ne peux que vous la conseiller !

Block 46, Johana Gustawsson  Bragelonne • 2015 • 480 pages • 7,90€ • Genre : thriller, camp de concentration, expériences • ISBN : 9782811218294

7 réflexions sur “Block 46

  1. lecturesdudimanche dit :

    Au moment où je l’ai lu, si j’avais aimé l’intrigue des camps, j’avais globalement eu du mal à accrocher. Je viens de lire Mör, et j’ai beaucoup aimé ! Ça me conforte dans l’idée que mon état d’esprit du moment où j’ai lu Block 46 est responsable du fait que je n’avais pas adoré.

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      C’est vrai que l’état d’esprit est super important au moment de la lecture. J’espère bien lire Mör prochainement ! J’ai quand même une appréhension car je crois que l’intrigue se passe dans la même ville que dans Block 46, or il ne me semblait pas que la ville soit si grande pour qu’il y ait tant de meurtres.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s