Les âmes englouties

Les âmes englouties

Quatrième de couverture :

Pour travailler à sa thèse de biologie, Nathalie retourne vivre dans sa région natale, au coeur d’une Suède humide et reculée. Dans la petite maison qu’elle habite en forêt, elle se laisse rappeler à son enfance douloureuse, à l’époque où la disparition de la jeune Tracy avait inauguré une succession de drames. Un jour, un cadavre est retrouvé dans la tourbière. Dix années auparavant, déjà, une jeune fille momifiée avait été découverte au même endroit. Bientôt, de nouveaux cadavres affleurent. Alors que la police se met en quête d’un serial killer, Göran, ancien
professeur de physique, est convaincu que l’endroit est peuplé de revenants. Cette théorie intrigue aussi Maya, photographe judiciaire. Les trajectoires de Nathalie et de ces deux enquêteurs de l’ombre vont se mêler… et de nombreux secrets seront déterrés.

.
Mon avis :

Alors que Nathalie est de retour dans sa région natale pour travailler sur sa thèse, alors que Maya, artiste et photographe judiciaire est également de retour dans le coin, un jeune homme se fait agresser près de la tourbière. Et bientôt, un corps est découvert dans ce lieu marécageux. Le problème est que la tourbière conserve particulièrement bien les corps et rend compliquée la datation de ceux-ci.
L’histoire démarre doucement parce que Susanne Jansson prend le temps de mettre en place les éléments de l’intrigue et de nous présenter les personnages. C’est un très bonne chose ; si ce n’est pas un roman d’action au rythme effréné, ça n’en reste pas moins un très bon roman avec une ambiance particulière, qui se révèle intéressant du début à la fin. En effet, on apprend de nombreuses  choses sur les « Hommes des tourbières », ces momies retrouvées au fil des siècles (depuis le XIXe siècle) et qui recèlent de mystères, tout comme on apprend des choses plus factuelles sur les tourbières. Nous apprenons à connaître les héroïnes du roman : Nathalie est de nature discrète mais se montre passionnée quand il s’agit de parler de sa thèse et de la tourbière. Maya, quant à elle, est une artiste qui est habituée à socialiser, qui s’intéresse à beaucoup de choses… Elle va elle aussi succomber aux charmes de la tourbière mais pour d’autres raisons que Nathalie qui en a une approche de biologiste. Il m’est arrivé, au cours de ma lecture, de voir les lieux au travers du regard de Maya ; je finissais par les penser d’un point de vue artistique, de même que certains protagonistes. Par ailleurs, en écrivant ces lignes, je me rends compte que la tourbière est probablement le véritable personnage principal du livre car elle a une sacrée histoire, elle recèle de surprises, et c’est l’élément central de ce roman. J’ai aimé découvrir ce lieu, me plongée en plein cœur de la Suède.
Pour en revenir au récit, il peut sembler prendre son temps et la découverte d’un corps n’arrive pas avant le milieu du bouquin ! Pourtant je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, ce qui est un exploit alors que j’attendais qu’un cadavre soit trouvé, que l’enquête commence. Mais je sais pourquoi ça a si bien marché : c’est parce que Les âmes englouties est prenant du début à la fin, que ses héroïnes m’ont plu sans pour autant être particulièrement attachantes. Toute l’histoire, tous les personnages ont un quelque chose d’indéfinissable, tout s’ancre parfaitement dans le mystère de la tourbière. Et c’est bien parce que c’est cette dernière la véritable héroïne que l’on ne peut pas s’ennuyer une seule seconde avec ce livre.

Les âmes englouties est l’occasion pour nous de découvrir cette histoire d’ « Hommes des tourbières » et de nous plonger dans une ambiance froide et pleine de secrets. Le passé et le présent se mêlent pour un récit prenant. Je vous recommande vivement ce roman si vous appréciez les thrillers portés par une ambiance – et quelle ambiance !
Bonne lecture à vous.

.Merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour cette très bonne découverte.
.

Les âmes englouties, Susanne Jansson • Titre VO : Offermossen  Traduction : Marianne Segol-Samoy • Presse de la Cité • 2017 • 314 pages • 20,90€ • Genre : thriller, Suède, tourbières • ISBN : 9782258148192

Ce livre participe au challenge Mars au féminin.

6 réflexions sur “Les âmes englouties

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s