Violeta – Corazón maldito

Violeta – Corazón maldito

Quatrième de couverture :

Grâce à sa voix et à sa guitare qu’elle « violétait » comme nulle autre – selon les mots de Pablo Neruda – Violeta Parra a revivifié le folklore authentique du Chili, lui redonnant sa dignité dans le monde entier. Femme passionnée, artiste avant tout, elle a consacré toute son existence à incarner la voix de son pays.

Une destinée unique dans le Chili de l’avant-dictature.

.
Mon avis :

Violeta – Corazón maldito est une bande dessinée qui retrace la vie de Violeta Parra, une artiste chilienne qui a eu un gros succès au milieu du XXe siècle. D’abord connue dans son pays, elle devient ensuite célèbre au-delà des frontières et elle ira même jusqu’à voir ses tapisseries exposées au Louvre. Eh oui, car Violeta Parra a beau être tout d’abord une grande musicienne, elle devient au fil du temps une artiste accomplie dans plusieurs domaines et qui a su mettre en avant le folklore de son pays.
Cette bande dessinée – ou même biographie dessinée – de Tonfoni et Spataro revient dans un premier temps sur la jeunesse de Violeta, comment la fillette s’est intéressée à la musique et comment celle-ci est devenu sa passion et son gagne-pain. On y suit ses amours, sa vie de famille, ses peines et ses joies… La biographie est découpée en plusieurs parties de sa vie, permettant ainsi au récit de se focaliser sur l’essentiel. Il y a donc des ellipses temporelles parfois importantes mais jamais gênantes ; c’est toujours coupé au bon moment.
L’essentiel du récit tourne autour des personnages et ne nous présente pas vraiment à quoi ressemblait le Chili à cette époque. Mais après tout, pas besoin : à travers la vie de Violeta, beaucoup de choses transparaissent, que ce soit la pauvreté, les maladies, etc., ce qui nous permet d’avoir tout de même une vision d’ensemble du Chili. C’est ce genre de chose qui donne du relief à l’histoire et aux protagonistes sans que l’on s’en rende vraiment compte sur le moment. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié ces touches d’Histoire et de vie et j’ai été d’autant plus impressionnée par la passion et la force de Violeta Parra. Toutefois, cela n’empêche pas la bande dessinée de nous dévoiler les failles de l’artiste au fil des pages.
Il est important que je vous parle du dessin et de la couleur : la couverture est extrêmement représentative. C’est à dire que le trait est simple mais dévoile également des détails, et le orange est la seule couleur. J’ai trouvé ça beau, d’autant plus que cela permet de mettre en avant des individus ou des éléments dans certaines cases, cela crée également une ambiance qui, malgré certains événements, reste chaleureuse. On se retrouve finalement avec des émotions puissamment montrées sans jamais tomber dans le pathos. J’ai beaucoup aimé découvrir la vie de Violeta Parra. J’ai même écouté quelques chansons en lisant Violeta – Corazón maldito – un véritable plaisir !

Je ne peux que vous recommander cette bande dessinée ; c’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir une grande artiste.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Cambourakis pour la découverte de Violeta Parra.

.

Violeta – Corazón maldito, Virginia Tonfoni et Alessio Spataro • Titre VO : Violeta – Corazón maldito • Traduction : Laura Brignon • Editions Cambourakis • 2019 • 139 pages • 20€ • Genre : bande dessinée, biographie, musicienne • ISBN : 9782366244021

Une réflexion sur “Violeta – Corazón maldito

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s