Celle qui a tous les dons

Celle qui a tous les dons

Quatrième de couverture :

Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu’on l’emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu’elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire.
Melanie est une petite fille très particulière…

.
Mon avis :

J’ai entendu parler de Celle qui a tous les dons quand son adaptation au cinéma a été annoncée sous le titre The Last Girl. Je voulais voir le film et lire le livre mais il m’a fallu un certain temps pour m’y mettre. Pour tout vous dire, c’est grâce au thème mensuel du Hold My SFFF Challenge, qui est de lire un bouquin de post-apo, que je l’ai lu. Eh oui, il s’avère que le roman de M. R. Carey parle de zombies non pas au moment de l’invasion, mais des années après. Il était donc parfait pour le thème !
Celle qui a tous les dons est est une histoire qui se déroule des années après une apocalypse zombie et l’on y suit plusieurs personnages dont le principal est une petite fille nommée Melanie. Distinction particulière : c’est un zombie. Mais elle ne fait pas partie des affams, cette espèce de zombie qui reste inerte sauf quand il y a de la nourriture dans le coin. Non, Melanie et quelques autres gamin·es sont intelligent·es, peuvent apprendre à lire, à compter, à parler, etc. Ils sont étroitement surveillés par le Sergent Parks et ses hommes ; ils étudient auprès de professeurs comme Mlle Justineau, et sont étudiés par des chercheuses telles que Mme Caldwell. Toutes ces personnes se trouvent sur une base parfaitement sécurisée, en contact avec Beacon, grosse ville anglaise où survivent pas mal de réfugié·es. Le problème est qu’un jour la base est attaquée par une armée massive et bien organisée ; nos protagonistes fuient alors vers la ville. Avec plusieurs jours de trajets et le danger qui rôde sur les routes et dans les lieux de vie, nul doute que Melanie, Justineau, Parks et compagnie vont devoir faire gaffe.
Le voyage en lui-même n’est pas particulièrement intéressant tant il est classique (un trajet, des péripéties, des ennemis), en revanche les personnages le sont beaucoup plus. Oh, ils ne sont pas vraiment attachants (quoique, bizarrement, Parks un peu, pour moi en tout cas), mais les relations qu’ils tissent les un·es et les autres, et l’évolution de ces relations, c’est vraiment sympa à suivre. Aussi, on ne va pas se le cacher, même si le récit ne nous réserve pas de surprise (sauf peut-être la fin), même si ce ne sont pas les héros et héroïnes les plus attachant·es du monde, eh bien on a peur pour tout ce petit monde et on ne peut qu’espérer les voir arriver à la fin du périple, en sécurité.
Là où ça m’a moins plu, c’est l’écriture. Le récit commence en se focalisant sur Melanie, approximativement âgée de dix ans. Comme l’auteur, M. R. Carey, a écrit son texte au présent, avec des phrases courtes, et qu’en plus il essaie d’être proche des pensées de la gamine, le récit commence lourdement. J’ai détesté. C’est comme s’il s’adressait à des mômes alors que son lectorat n’est pas si jeune (on parle de zombies, et pas des gentils, quand même!). Heureusement, par la suite, la narration est plus sympa car on suit aussi des adultes qui ont une réflexion moins hachée et plus poussée, la narration devient plus fluide…, à moins que je ne m’y sois habituée ?

Peut-être bien que Celle qui a tous les dons ne me restera pas en tête bien longtemps. Certainement que ce roman a des défauts, mais il a aussi des qualités. Et surtout, j’ai passé un bon moment de lecture, alors avis aux amateurs de post-apo et/ou de zombies !

Celle qui a tous les dons, M. R. Carey • Titre VO : The Girl With All the Gifts  Traduction : Nathalie Mège Le Livre de Poche • 2013 • 528 pages • 8,20€ • Genre : zombies, post-apo, SF • ISBN : 9782253083504

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
Ce livre participe au challenge Bingo de l’Imaginaire.
Ce livre participe au Hold My SFFF Challenge (#HMSFFF).

11 réflexions sur “Celle qui a tous les dons

  1. L'ourse bibliophile dit :

    Je n’ai pas lu le livre et le film n’était pas exceptionnel (toute la partie centrale en fait qui est hyper classique) mais j’avais bien aimé la fin qui était plus originale et amenait une petite réflexion sur la question de la légitimité de telle ou telle espèce.

    Aimé par 1 personne

  2. lespagesquitournent dit :

    Autant tu donnes envie avec les zombies… Autant la narration qui prend le lecteur pour des enfants à cause de la petite de 10 ans me dissuade… Certes, après cela change et devient plus fluide, mais je me méfie.^^ Surtout quand je lis les commentaires (longueurs, pas transcendant, etc.)… A voir si je le croise en emprunt, au cas où….Sinon en film, pour passer le temps.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s