Debout les morts

Debout les morts

Quatrième de couverture :

Un matin, la cantatrice Sophia Siméonidis trouve dans son jardin un arbre qui n’y était pas la veille ! Qui a planté ce hêtre et pourquoi ? Son mari tente de la tranquilliser, mais les jours passent et elle en perd le sommeil. Désemparée, elle demande de l’aide à ses voisins, trois jeunes marginaux sympathiques, mi-savants, mi-clochards : Mathias le préhistorien, Marc le médiéviste et Lucien le fou de la Grande Guerre. Lorsque Sophia disparaît, la police mène l’enquête tandis que le trio d’érudits s’engage dans de tout autres investigations.

.
Mon avis :

Fred Vargas, je l’ai découverte au collège alors que nous étudiions les différents genres littéraires. Pour les romans policiers, nous avions lu L’homme aux cercles bleus que j’avais adoré. Par la suite, j’ai lu plusieurs livres de l’autrice, puis est venue ma grande panne de lecture au lycée, et qui s’est poursuivit jusque après la fac. Et il y a quelques temps (bon, j’avoue, il y a deux ans…), on m’a prêté Debout les morts, premier tome d’une trilogie nommée Les Évangélistes. Entendons-nous bien, chaque roman de Vargas peut être lu indépendamment des uns des autres, et chaque tome se suffit à lui-même (de tous ceux que j’ai lu). Celui-ci ne déroge pas à la règle : on nous présente des personnages et une enquête ; à la fin du roman, l’intrigue est résolue.
Depuis quelques temps déjà, je regarde la date de la première publication d’un roman car cela en dit beaucoup sur le livre que l’on s’apprête à lire. En effet, Debout les morts est paru pour la première fois en 1995 et le récit se déroule très certainement à cette époque. De fait, il n’y a pas de téléphone portable ou autre gadget technologique.  Cela peut sembler anodin dans certains romans mais, quand le récit se déroule dans un monde tout ce qu’il y a de plus réel, c’est toujours bon à savoir et à prendre en compte pour la cohérence d’une histoire. Bon, c’est très bien, tout ça, mais il parle de quoi, ce bouquin ?
Sophia Siméonidis, une cantatrice, découvre dans son jardin un arbre qui n’y était pas la veille. Son mari n’y prête guère attention mais la femme se montre très inquiète. Elle se décide alors à faire appel à ses nouveaux voisins pour creuser sous l’arbre. Ce sont trois hommes passionnés d’Histoire qui vivent en colocation dans la baraque pourrie d’en face ; il y a Mathias, le préhistorien, Marc, le médiéviste, et Lucien, le contamporanéiste spécialisé dans la Grande Guerre de 14-18. Ils ne trouvent rien. Et un jour, Sophia disparaît. Son amie Juliette s’inquiète tandis que son mari pense qu’elle est partie rejoindre son ancien amant, Stelyos.
Bon, déjà, ce que j’ai aimé, c’est le début, la mise en place de l’histoire : cet arbre qui apparaît comme par magie dans le jardin de Sophia, sa rencontre avec Marc, la disparition de la cantatrice… Et puis il y a l’écriture de Fred Vargas ; sans fioriture, sans vulgarité pour autant, sa plume est à la fois simple, douce et acérée, dépeignant sans mal les personnages et leurs actions, les lieux… J’aime, j’aime, j’aime ! Il y a également ses héros, atypiques mais attachants, même Lucien qui ne commençait pas fort pour moi, il en est finalement mon préféré une fois le roman terminé ! Il est grandiloquent, enfermé dans son monde, mais il est aussi pertinent et plein de ressources. Marc, quant à lui, fait son cheminement assez tranquillement alors que Mathias est un peu plus vif mais secret. Ce trio est vraiment chouette, j’ai très envie de lire la suite de leurs aventures !
Pourquoi Les Évangélistes ? Eh bien parce qu’il y a un quatrième larron, Vandoosler, l’oncle de Marc, ancien flic, totalement ripou jusqu’au bout des orteils. Voyant les trois jeunes hommes postés chacun à une fenêtre, il a décidé de les nommer Saint Marc, Saint Matthieu (pour Mathias) et Saint Luc (pour Lucien). Et parce que nos héros ont quelque chose qui leur est propre, que je ne saurais vraiment définir, qui vient se superposer avec leur envie de trouver des réponses. Ici, la grande question est de savoir où Sophia a disparu. Il est d’ailleurs bon de noter que cette femme, même si elle apparaît peu, a tout de même un quelque chose qui fait que, en un rien de temps, on s’attache à elle alors, comme nos historiens, on veut savoir ce qui s’est passé. Et c’est l’une des raisons qui me fait dire que Vargas sait comment raconter une histoire, la mettre en place, qu’elle sait comment présenter les divers protagonistes de son intrigue.

Debout les morts est un très bon roman policier. Il m’aura captivée du début à la fin et j’ai beaucoup apprécié le trio d’historiens. En le lisant, je me suis rappelée pourquoi j’aime tant les livres de Fred Vargas et je ne peux donc que vous conseiller de lire cette autrice si ce n’est pas déjà fait, sinon de la relire.
Bonne enquête à vous, les lecturovores !

Debout les morts, Fred Vargas J’ai lu • 1995 • 288 pages • 6€ • Genre : policier • ISBN : 9782290351307

Ce livre participe au Pumpkin Autumn Challenge.

14 réflexions sur “Debout les morts

  1. lacossedeceline dit :

    J’ai lu mon premier Fred Vargas tout récemment et la découverte fut bonne ! Je trouve qu’elle a un don pour définir ses personnages au travers de leurs répliques et de leur comportement, sans qu’elle ait besoin nous pointer du doigt leur caractère et de le décrire de long en large. La trame de fond de celui-ci me tente bien, je me le note ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      C’est exactement ça ! Elle n’a pas besoin de forcer les traits, de nous dire : « hey, regardez ! vous avez bien vu ? Hein, hein ? Vous avez vu ? » parce que non, le personnage est comme ça et les descriptions sont fluides, s’écoulent tout au long du roman. Un vrai plaisir à lire !
      C’est lequel, ton premier Vargas ?

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s