Les annales de la Compagnie noire, t.2 : Le château noir

Les annales de la Compagnie noire, t.2 : Le château noir

Tome 1 : La Compagnie noire

Quatrième de couverture :

D’étranges disparitions se succèdent à Génépi : cadavres et vivants se volatilisent, proies d’un mystérieux commerce nocturne. Y aurait-il un rapport avec le château noir, cette sombre éminence qui domine la ville et semble croître de jour en jour ? En tout cas, la Dame prend la menace très au sérieux et dépêche la Compagnie sur place. Coincée entre l’horreur qui grandit aux abords du château et la peur que lui inspire son commanditaire, la légendaire Compagnie noire pourrait bien envisager pour la première fois de son histoire de rompre son contrat…

.
Mon avis :

A nouveau, me voilà à écrire une chronique complète et non pas un court retour alors qu’il s’agit d’une suite et, je ne vais pas vous le cacher, en général, à part « Super évolution des personnages, j’ai encore plus envie de lire la suite… », eh bien je n’ai pas grand chose d’autre à dire et je tourne vite en rond. Sauf que, avec Le château noir, deuxième tome de la saga Les annales de la Compagnie noire de Glen Cook, j’ai des choses à dire.

Attention aux spoilers, il y en aura un peu !

Il m’a fallu quelques pages pour me remettre vraiment dans le bain (il faut que j’arrête de laisser passer autant de mois avant de lire la suite d’une série) mais ce fut, à ma grande surprise, assez rapide pour que les éléments importants, et d’autres plus anecdotiques, me reviennent en tête. Le plus perturbant au début de ce deuxième tome, en vérité, c’est quand on apprend que, depuis le tome précédent, La Compagnie noire, environ six années se sont écoulées ! On retrouve une Compagnie qui a beaucoup voyagé, toujours au service de la Dame, toujours à mater la rébellion qui, malgré son affaiblissement suite à la grosse bataille de Charme, persiste à lutter contre la domination de la Dame…
La troupe de mercenaires a changé ; on retrouve bien sûr des personnages connus voire aimés tels que Toubib, qui reste le narrateur de l’histoire, Qu’un-Œil, Gobelin, Silence, le Capitaine, etc., mais il y a aussi des nouveaux comme Pilier par exemple. Bon, en fait, si je me suis habituée à la présence des nouveaux, si j’ai apprécié les découvrir, ils ne m’ont toutefois pas beaucoup marquée. En revanche, j’ai été frappée par le coup de vieux que les anciens de la Compagnie noire ont pris. Après des années à éteindre les braises de la rébellion, on ne peut que constater leur fatigue, et Toubib lui-même semble totalement désabusé. On ressent d’autant plus leur accablement que c’est Toubib, l’un des plus marqués, qui nous en parle. Et plusieurs fois dans ce tome, les personnages vont discuter entre eux de tout ça, certains affirmant même qu’il ne serait pas trop tard pour quitter la Compagnie et faire sa vie ailleurs… Mais ce ne sont que des discussions dans le vent ; on le sait et ils le savent que ça leur est impossible d’espérer une autre vie.
Dans Le château noir, Glen Cook, n’hésite pas à user ses héros, et il n’hésite pas non plus à modifier la narration d’un tome à l’autre. En effet, dans le premier tome, le récit se faisait uniquement à la première personne, tout étant raconté par Toubib, médecin et annaliste de la Compagnie. Dans le deuxième, on retrouve Toubib en narrateur, mais certains chapitres sont également écrits à la troisième personne et se focalisent notamment sur Shed, un tavernier établi à Génépi. Bien sûr, il n’y a pas que cet inconnu dans ce bled paumé du nord, où le froid est si glaçant et les nuits si longues. En effet, un château étrange, que les habitants n’osent pas approcher, grandit de plus en plus. La Dame y voit une menace et envoie donc à Génépi une partie de la Compagnie. Nouveau changement : pendant une longue partie du roman, on ne sait pas ce que devient la grande majorité des mercenaires.
Le récit se fait de plus en plus sombre, à mesure, notons-le, que le château noir gagne en présence. Certains protagonistes deviennent de plus en plus horribles, d’autres désespèrent de plus en plus et nous, lecteurs et lectrices, ne pouvons qu’assister à cette déchéance, impuissant·es que nous sommes. Pourtant, quelque part entre certaines lignes, cachée au fin fond de quelques chapitres, une vague lueur d’espoir semble exister. Mais, pour ma part, je doute : qu’est-ce qui est le mieux pour les habitants du royaume ? Qu’est-ce qui est le pire ? Nos personnages, dont certains que j’apprécie beaucoup, ont-ils une chance, un jour, de mener une vie (ou une fin de vie) paisible ? Rien n’est moins sûr et beaucoup de mes certitudes ont été ébranlées.

Le château noir est, une nouvelle fois, un très bon tome. On découvre de nouvelles régions, on fait la rencontre de nouveaux personnages et Cook attise encore plus ma curiosité. Si je veux étaler ma lecture dans le temps pour mieux la savourer, je ne pense quand même pas trop tarder à me jeter sur la suite tant j’aime les personnages qu’il a créé, et tant je suis intriguée par la Dame.

Les annales de la Compagnie noire, t.2 : Le château noir, Glen Cook • Titre VO : Shadows Linger Traduction : Alain Robert • J’ai lu • 1984 • 416 pages • 8,30€ • Genre : dark fantasy • ISBN : 9782290329924

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
Ce livre participe au challenge Bingo de l’Imaginaire.
Ce livre participe au Pumpkin Autumn Challenge.

5 réflexions sur “Les annales de la Compagnie noire, t.2 : Le château noir

  1. lire à la folie dit :

    Cette série de livre est tellement chouette, il faut que je la recommence pour enfin finir les 2 dernier tomes un de ces jours!
    Contente de voir que tu aimes toujours, j’espère que la suite te plaira, même sombre est le bon mot pour décrire quasiment toute la série^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s