Courts retours #15

Bien le bonjour, les lecturovores !
Au programme de ce Courts retours, vous trouverez L’assassin royal, t.3 : La nef du crépuscule de Robin Hobb, la sympathique mais dérangeante Adèle, licorne malgré elle de Ludivine Irolla ainsi que le sixième volume du manga historique Reine d’Egypte de Chie Inudoh. Nous allons donc naviguer vers l’Egypte antique en faisant le détour par une fantastique ferme !


L’assassin royal, t.3 : La nef du crépuscule

.
J’avais apprécié sans plus le deuxième tome car il se concentrait beaucoup sur les histoires amoureuses de Fitz. Dans La nef du crépuscule, on comprend l’importance de toute cette mise en place, et les complots et les intrigues ont la part belle. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle aventure du jeune assassin et je me pose beaucoup de questions sur certains événements ; si l’autrice nous donne quelques réponses, pour une bonne partie des choses nous n’avons que des pistes plus ou moins ténues et je me suis prêtée au jeu en essayant de démêler le vrai du faux, en tentant (vainement) de débusquer les véritables coupables.
L’univers prend de l’ampleur, les personnages évoluent et on s’y attache forcément. La nef du crépuscule est une réussite.
.
L’assassin royal, t.3 : La nef du crépuscule, Robin Hobb J’ai lu • 1999 • 416 pages • 8,10

Adèle, licorne malgré elle

Ce livre traînait depuis un bon moment dans ma PAL et ce n’était pas l’envie de le lire qui manquait. Quand j’ai enfin pu m’y mettre, j’en ai fait une bouchée ! Pourtant, si l’histoire de cette licorne qui s’ignore, attirant beaucoup de chances à ses humains, est vraiment plaisante et rigolote, le fait que la fameuse Adèle ne cesse de parler de sa minceur, qu’être mince, c’est être belle, alors que la truie, obèse, ou l’autre cheval, lui aussi en surpoids, ne sont pas au top physiquement, ça m’a dérangée. Ouii, il est vrai que ce sont d’animaux. Seulement, quand l’héroïne du livre est une licorne vous parle à vous, qui danse et mange des cupcakes, etc., il est difficile de ne pas transposer ce personnage à nous. Alors on obtient un discours prônant la minceur et, pour un livre jeunesse, c’est d’autant plus gênant puisque les enfants se construisent aussi avec les histoires. Alors, si ce bouquin traîne dans la PAL de votre enfant, n’hésitez pas à parler de cela avec lui ou avec elle.
Enfin, un petit mot concernant les illustrations, réalisées par Marie de Monti : elles ont beau être en noir et blanc, elles sont vraiment sympathiques et rigolotes et elles accompagnent très bien le récit donc c’est super cool.
.
Adèle, licorne malgré elle, Ludivine Irolla Poulpe Fictions • 2018 • 168 pages • 9,95€ 

Reine d’Egypte, t.6

.
Alors que le jeune prince poursuit sa formation à Memphis, la reine Chepsout continue à gérer la politique du royaume dans le but de faire de l’Egypte un pays prospère et en paix. Si la reine ne cesse de grandir, cerne de mieux en mieux les intérêts pour son projet de pacification et n’hésite pas à prendre des décisions qui sont parfois surprenantes, ce sixième tome est surtout l’occasion de découvrir un nouveau personnage, un négociant dont j’ai déjà oublié le nom et qui promet de mieux gérer les échanges de marchandises que quiconque. Si je n’ai guère apprécié ce protagoniste, il faut bien avouer que j’ai tout de même aimé ce qu’il apporte au récit.
Dans ce manga, qui se veut fidèle à l’Histoire, on a surtout les grandes lignes de la vie de la reine Chepsout car on manque d’informations sur elle ; la mangaka a donc fait certains choix afin de combler les trous et de nous proposer une histoire passionnante à suivre.
C’est de nouveau un super tome et, comme toujours, il me tarde de découvrir la suite.
.
Reine d’Egypte, t.6, Chie Inudoh Ki-oon • 2019 • 192 pages • 7,90€

6 réflexions sur “Courts retours #15

  1. Light And Smell dit :

    Je n’ai lu que le premier tome de Rein d’Égypte, mais je partage ton avis, une très bonne série 🙂
    Pour Adèle, on en avait déjà parlé, et c’est vrai que ce message pro-minceur nécessite une explication pour les enfants qui n’ont pas la capacité de recul d’un adulte… Je reste curieuse de le lire, mais j’apprécie que aies évoqué ce point.

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      Oui, je le sais bien et j’ai fait en sorte d’être objective mais, qu’importe le découpage, finalement ça fait quand même une coupure de rythme entre « L’apprenti assassin » et « La nef du crépuscule » – enfin c’est ainsi que je l’ai ressenti.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s