Se défendre – Une philosophie de la violence

Se défendre – Une philosophie de la violence

Quatrième de couverture :

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».
Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.
Des résistances esclaves au ju-jitsu des suffragistes, de l’insurrection du ghetto de Varsovie aux Black Panthers ou aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie de l’autodéfense politique. Sous l’histoire officielle de la légitime défense affleurent des « éthiques martiales de soi », pratiques ensevelies où le fait de se défendre en attaquant apparaît comme la condition de possibilité de sa survie comme de son devenir politique. Cette histoire de la violence éclaire la définition même de la subjectivité moderne, telle qu’elle est pensée dans et par les politiques de sécurité contemporaines, et implique une relecture critique de la philosophie politique, où Hobbes et Locke côtoient Frantz Fanon, Michel Foucault, Malcolm X, June Jordan ou Judith Butler.

.
Mon avis :

Se défendre – Une philosophie de la violence est un essai d’Elsa Dorlin sur l’autodéfense politique. Qu’est-ce que ça veut dire ? Eh bien c’est ce que nous explique ce livre et, pour vous résumer ça grossièrement, c’est pour se défendre contre des actes racistes, sexistes, etc. Et, non, vous n’y trouverez pas de guide pour vous défendre – voyez-le plutôt comme un livre qui retrace les origines de l’autodéfense, de sa politisation, qui retrace le pourquoi du comment, quelle est son importance.
Notez que, dans ma chronique, je ne vais pas vous donner des exemples détaillés, ce sera même simplifié, de même qu’il n’y aura que peu d’exemples ; je ne suis pas Elsa Dorlin et je ne parlerai pas aussi bien du sujet, tout comme ma chronique n’est pas un essai mais juste une chronique. C’est pour donner mon avis, pour vous dire ce que j’ai pensé du livre.
Dans Se défendre, l’essayiste nous parle des corps, ceux armés contre ceux désarmés. Que peut-on faire pour se défendre lorsque l’on est désarmé ? Qui sont les gens armés et pourquoi le sont-ils ? Pourquoi les autres ne sont-ils pas armés ? Dorlin nous fait donc un rapide point sur l’histoire du port d’arme, initialement réservé aux nobles puis, petit à petit, délégué à plus pauvres – sous la condition de servir les riches au dépens des plus pauvres. Mais attention, seuls les hommes peuvent être armés ! Quant aux femmes, il leur faut se mettre sous la protection des hommes ; non seulement elles ne sont pas armées, mais en plus elles ne peuvent pas se défendre puisqu’elles ne sont pas initiées au combat, même à mains nues ! Alors voilà, on arme des hommes du peuple au profit des plus riches, mais aussi au profit de la Nation : savoir se défendre, c’est pouvoir protéger les femmes et les enfants, le futur du pays ; savoir se défendre, c’est pouvoir protéger la Nation.
Plus tard, Elsa Dorlin nous parle de l’Amérique du Nord et de sa justice blanche. Au prétexte de protéger les femmes blanches, des groupes de justiciers (blancs, évidemment) se créent – oh, bien sûr, initialement, c’est pour punir les criminels en tout genre dans ces contrées où les juges sont parfois à des heures et des heures de routes. Mais ces braves Blancs ne peuvent pas être si mauvais, pas vrai ? Il faut donc d’autres coupables et ils sont tout trouvés : les esclaves et anciens esclaves, donc les Noirs. Plus tard, cela mènera à des groupes tels que le Ku Klux Klan mais, à ce moment-là, ces groupes de justiciers, faisant la loi comme bon leur semble, font des lynchages (souvent publics) et, pour avoir lu certains des récits assez détaillés dans les notes, on peut dire qu’ils s’en sont donnés à cœur joie… Toujours est-il que, au bout d’un moment, les Noirs en ont eu marre et se sont armés eux aussi. Des années plus tard, il y aura d’ailleurs l’apparition des Black Panthers (le Black Panther Party – BPP -, un mouvement de lutte pour la libération des Africhain·es-Américain·es). Voilà quelques sujets abordés dans Se défendre ; Elsa Dorlin en parle très bien dans son essai et c’est très intéressant. Dans les derniers chapitres, l’on trouve « Autodéfense et politique de la rage » et « De la vengeance à l’empowerment« . Finalement, le message qui ressort le plus pour moi, c’est que toutes les minorités devraient pouvoir lutter ensemble, sans en dénigrer d’autres (cf. le sexisme dans le BPP, qui n’avait pourtant pas lieu d’être). Pour en arriver là, il y a tout un parcours, toute une réflexion, plein de recherches, d’échanges… Je ne peux que vous inciter à lire Se défendre – Une philosophie de la violence.
Le travail d’Elsa Dorlin est riche et elle a réussi à en faire une synthèse passionnante qui nous permet de découvrir le sujet ou poursuivre une réflexion autour de ce sujet. Même s’il me fallait un certain calme pour lire l’essai, il a été simple à comprendre. De plus, les notes permettent d’approfondir certains exemples donnés et de nous donner des références, de quoi étayer notre réflexion si on le souhaite.

Se défendre – Une philosophie de la violence est un essai captivant et pertinent, qui nous permet de nous interroger, non pas seulement sur des moments de notre quotidien mais aussi sur la société qui nous entoure, comment elle a évolué au fil du temps. Enfin, il m’a permis de mieux appréhender certains sujets. Je vous le conseille vivement !

Se défendre – Une philosophie de la violence, Elsa Dorlin Editions la Découverte • 2017 • 200 pages • 18€ • Genre : essai, autodéfense politique, racisme, féminisme • ISBN : 9782355221101

9 réflexions sur “Se défendre – Une philosophie de la violence

    • Ma Lecturothèque dit :

      Avec plaisir =)
      Si tu n’as pas l’habitude de lire des essais, je te conseille de te tourner plutôt vers des essais plus abordables, comme ceux de Mona Chollet (féminisme) ou Francis Dupuis-Déri (anarchisme), par exemple.
      Bon week-end à toi aussi !

      J'aime

  1. Light And Smell dit :

    J’attendais avec impatience ton avis sur cet essai dont le titre attire l’attention. Je ne savais pas forcément à quoi m’attendre, mais je trouve la manière dont l’autrice évoque un sujet important, mais dont on n’a pas forcément conscience de l’influence historique et politique, intéressante et éclairée… Merci pour ton avis, le premier que je lis sur cet ouvrage !

    Aimé par 1 personne

  2. Ada dit :

    Merci pour ta chronique ! J’ai ce livre dans ma PAL et je n’ai aucune idée de quand je le lirai… C’est sympa d’avoir ton retour car je l’attendais sur un point qu’elle n’abordera pas forcément car ce n’est pas le but de son livre. C’est bon à savoir, ça évite les attentes trop élevées.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s