Le mari de mon frère, tomes 2 à 4

Tome 1

Quatrième de couverture :

La petite Kana est aux anges !
Entre son nouvel oncle venu du Canada, mais aussi l’arrivée surprise de sa mère, la fillette a de nombreuses raisons de se réjouir !
Mais tout le monde, dans le voisinage, ne regarde pas d’un œil bienveillant la venue d’un imposant homosexuel dans le quartier… Une occasion parfaite, pour Yaichi, de continuer à remettre en cause ses certitudes !

.
Mon avis :

J’avais entendu beaucoup de bien du Mari de mon frère du mangaka Gengoroh Tagame et, lorsque j’avais commencé ma lecture, j’appréhendais un peu, craignant de ne pas apprécier autant que les autres lecteur·rices. Toutefois je n’ai pas été déçue et j’ai au contraire été très touchée par le premier tome. J’ai eu l’occasion il y a peu de lire la suite et fin de ce manga et quel bonheur cela a été !
La force du Mari de mon frère, c’est Kana, la fille de Yaichi. Comme elle n’est pas bien vieille, elle conserve toute la naïveté et la bienveillance que peuvent avoir les jeunes enfants. De fait, si elle est au début un peu surprise d’apprendre que des hommes peuvent aimer d’autres hommes, que des femmes peuvent aimer d’autres femmes…, cela ne la choque toutefois pas et elle accepte bien tout cela ; son oncle Mike lui a en effet bien expliqué les choses, et avec simplicité.
Et justement, parlons-en, de Mike et de Yaichi ! Si Kana sert de lien entre les deux hommes, ceux-ci n’en restent pas moins les personnages principaux, le premier venant du Canada rencontrer Yaichi, le frère de son époux décédé, et le second ayant beaucoup de choses à apprendre, à accepter. Dans le tome 1, Yaichi était très méfiant, il était gêné de recevoir un homosexuel chez lui… En apprenant à connaître Mike et à redécouvrir son défunt frère, il commence à comprendre et on observe chez lui un début d’évolution. Dans les tomes suivants, cette évolution se poursuit et j’ai été ravie de découvrir que de véritables liens se tissaient, que, petit à petit, ils devenaient les membres d’une même famille.
Ce qui m’a plu dans ce manga, en plus des personnages principaux bien traités, bien travaillés, ce sont les protagonistes qui les entourent. Je ne vais pas prendre le risque de vous divulgacher quoi que ce soit mais, pour celles et ceux d’entre vous qui ont lu Le mari de mon frère, je pense que vous comprendrez quand je parle l’ex-femme de Yaichi, d’un ami du lycée de Ryôji, d’un instituteur… Tous ne sont pas bienveillants, ne sont pas ouverts d’esprit… Pourtant, chacun apporte quelque chose au récit car ils permettent aux héros de voir les choses différemment, de s’interroger, de s’affirmer. Il n’y a pas de rencontre inutile et toutes sont pertinentes par rapport au récit, le font avancer comme elles font avancer nos personnages principaux.
C’est dur pour moi de vous parler du Mari de mon frère sans trop en dire mais je pense vous avoir parlé de l’essentiel en me concentrant sur les personnages qui sont vraiment la principale force de ce manga. Bien sûr, il y a les dessins (que j’apprécie, qui sont reconnaissables), l’histoire (très bien écrite), les émotions (parfois très fortes), mais je ne souhaite pas m’éterniser et je veux juste vous conseiller de le lire. Il est bien foutu, les héros sont attachants, c’est en quatre tomes… Alors n’attendez plus et lancez-vous dans ce superbe manga !

Le mari de mon frère, Gengoroh Tagame • Titre VO : Otouto no otto Traduction : Bruno Pham Akata • 2016-2017 (2014 pour la VO) • environ 180 pages/tome • 7,95€/tome • Genre : manga, famille, homosexualité

14 réflexions sur “Le mari de mon frère, tomes 2 à 4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s