Mes ruptures avec Laura Dean

Mes ruptures avec Laura Dean

Quatrième de couverture :

Je ne veux plus jamais parler d’elle,
ni même y penser.

Sauf que…

Tout me ramène à elle.

Moi la première.

.
Mon avis :

Mes ruptures avec Laura Dean est un comics, pour reprendre le terme anglophone, de Mariko Tamaki et Rosemary Valero-O’Connell et dont le sujet n’est pas banal puisqu’il y est question d’une relation toxique entre deux jeunes femmes.
Frederica, surnommée Freddy, est une lycéenne pleine de vie qui jongle entre les cours, ses ami·es, le boulot… et ses ruptures avec sa copine, Laura Dean. Laura est super populaire, elle est de toutes les soirées,  toutes les filles tombent sous son charme… C’est elle qui a su séduire Freddy, et c’est toujours elle qui prend le large – en larguant Freddy, en la trompant… au gré de ses envies et de ses humeurs. Ce n’est pas là un tableau très idyllique, n’est-ce pas ? Or notre jeune héroïne a bien du mal à couper définitivement les ponts avec Laura et elle se décide donc à envoyer un mail à Anna Vice, une chroniqueuse qui semble tenir un courrier du cœur. C’est là que commence notre histoire : « Chère Anna Vice, je m’appelle Freddy Riley. » Une première planche qui m’a tout de suite fait entrer dans la vie de Freddy : un bal de lycée, la jeune femme et ses ami·es appliquant leur dernière touche de maquillage avant le début de la soirée. Une planche tout en noir et blanc, avec quelques nuances, mais surtout avec les ballons d’un rose pastel absolument divin – j’aime le rose et, ici, il illume parfaitement les planches. On tourne la page, on découvre que Freddy n’a toujours pas de nouvelle de sa copine. On en apprendra rapidement la raison et on ne pourra s’empêcher de prendre la place d’Anna Vice pour répondre à l’adolescente : « fuis cette relation! » Pourtant, on sait que ce n’est pas si simple et c’est de ça dont parle Mes ruptures avec Laura Dean, d’une lycéenne qui a découvert l’amour, qui se rend compte que sa relation n’est pas très épanouissante, et même pas saine, mais qui s’y accroche car elle est profondément amoureuse.
Alors que Freddy écrit à Anna Vice, elle s’interroge sur sa relation et cela fait écho à nos relations ou celle de nos proches : comment faire pour ne pas retomber si facilement dans les bras de son ex ? Peut-être faut-il accepter la relation telle qu’elle est, à savoir, peut-être, une relation polyamoureuse ? Etc. Et je me permets de lui répondre ici : ce n’est pas une relation polyamoureuse. De ce que l’on en sait, Freddy et Laura n’en ont jamais parler entre elles et Freddy ne semble guère à l’aise dans ce genre de relation ; ici, ce n’est pas consenti et c’est juste une meuf qui trompe sa copine, ne nous voilons pas la face.
Heureusement pour Freddy, elle est très bien entourée et à des ami·es en or, notamment Doodle qui est toujours là pour l’écouter et la soutenir, malgré ses problèmes personnels. Disons-le franchement : pour Freddy, cette histoire avec Laura tourne à l’obsession, parfois au détriment des autres.
Les personnages qui animent les pages de ce comics sont très bien amenés, c’est facile de s’attacher à eux, de les comprendre… Et quelle diversité ! Je vous rassure, ce n’est pas « hey, regardez, on a mis de la diversité dans notre BD », c’est simplement un reflet de notre société actuelle (plus particulièrement de la société américaine). Ainsi on se sent totalement immergé dans la vie de Freddy, on l’accompagne au lycée, dans la rue, etc. et tout semble crédible : ces lieux et ces personnes, leurs histoires… tout cela pourrait exister sans problème.
Enfin, je tiens à souligner le dessin. Je vous ai déjà parler un peu plus haut des couleurs, du noir et blanc avec un joli rose qui ponctue les planches, mais pas encore du trait de Rosemary Valero-O’Connell. Il est à la fois d’une grande simplicité mais aussi plein de détails, il s’en dégage beaucoup de tendresse… J’ai vraiment apprécié et certaines planches me resteront longtemps en mémoire.

Mes ruptures avec Laura Dean est une merveille, tant par son histoire très bien traitée que par ses personnages d’une réalité saisissante et ses dessins d’une incroyable douceur. C’est une lecture que je vous recommande chaudement.

Mes ruptures avec Laura Dean, Mariko Tamaki (scénario) et Rosemary Valero-O’Connell (dessin) • Titre VO : Laura Dean Keeps Breaking Up With Me Traduction : Fanny Soubiran   Rue de Sèvres • 2020 • 304 pages • 18€ • Genre : comics, relations toxiques, adolescence • ISBN : 9782810201839

14 réflexions sur “Mes ruptures avec Laura Dean

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s