Les costumes bretons

Les costumes bretons

Après avoir parlé mardi dernier de la Galerie armoricaine – Costumes & vues pittoresques de la Bretagne de François Hippolyte Lalaisse et Félix Benoist, nous nous retrouvons aujourd’hui pour le deuxième livre de cette semaine spéciale autour des costumes bretons, avec de nouveau une publication des éditions Equinoxe et dont le titre est sans équivoque : Les costumes bretons de Victor Lhuer. Cette fois, place à un travail à l’aquarelle !

.

Mon avis

Alors que mon regret, dans la Galerie armoricaine de Lalaisse et Benoist, était qu’on ne pouvait se rendre suffisamment compte des couleurs des costumes, Victor Lhuer rattrape ce manque avec Les costumes bretons. Aussi, alors que les illustrations de Lalaisse datent de la moitié du XIXe siècle, celles de Lhuer ont été réalisées entre 1937 et 1940 – notons toutefois qu’il s’appuie sur des vêtements dont la réalisation remonte parfois jusqu’en 1900. Un grand travail de recherche a été nécessaire pour réunir ses aquarelles, et certaines sont même inédites, n’ayant jamais été publiées auparavant.
La première chose qui frappe, lorsque l’on feuillette cet ouvrage, ce sont donc les couleurs : elles en jettent. Que ce soit du bleu, du violet, du jaune, du rose…, vous en prenez joliment plein les mirettes ! Et c’est là que l’on remarque que l’on a bien tort, quand on n’a en tête que des tenues de Bretonnes toutes noires : il y en avait, c’était très fréquent, mais en certains lieux, les couleurs étaient courantes, surtout en lors d’occasions spéciales. Le travail de Lhuer nous permet ainsi de découvrir des costumes – souvent riches, que tout le monde ne pouvait pas se permettre – portés au quotidien comme d’autres portés pour des mariages, des enterrements (le noir y est alors de mise), des baptêmes, etc. Pour que l’on puisse s’y retrouver, un texte accompagne chacune des illustrations, nous décrivant toujours le tissus employé pour la confection de la jupe, du gilet…, mais nous indiquant également l’occasion du port de la tenue. C’est court (une vingtaine de mots) et pourtant cela nous en apprend déjà pas mal.
Pour en revenir aux illustrations, j’ai été assez émerveillée des détails que l’on y trouvait – très différents des lithographies de Lalaisse, mais nous permettant d’apprécier les tissus, leurs textures et les effets. Il faut dire que le travail réalisé par l’artiste est tellement bon que, dès lors que nos yeux sont posés sur une aquarelle, on constate d’emblée que c’est du velours qui est utilisé ici, un tissu moirée là… C’est un vrai plaisir pour les yeux. Ce n’est certes pas flagrant sur le costume que je vous partage ci-dessous puisqu’il n’y a pas de velours ni de tissu moiré, mais j’espère que vous apprécierez la réalisation (et pour celles et ceux que ça intéresse, je l’ai trouvé sur le site Heritaj.bzh).

A travers cet ouvrage, l’artiste rend compte de la diversité des costumes bretons, qu’ils soient portés par des femmes comme par des hommes, tout comme il rend compte de l’évolution de ceux-ci (par exemple, les jupes qui se font plus courtes avec le temps, remontant petit à petit au-dessus des chevilles). On retrouve également pas mal de représentations d’enfants en compagnie d’un ou d’une parent·e et, chose que j’ai trouvé amusante, c’est qu’on aurait dit des versions miniatures des adultes, à regarder leurs vêtements (seule la coiffe est vraiment différente, bien plus sobre, et peut-être aussi les tissus utilisés).

Les costumes bretons est un bel ouvrage et on ne peut que saluer le travail d’édition de la maison d’édition Equinoxe qui nous permet la découverte de tout un patrimoine vestimentaire. Là encore, c’est un livre que je vous recommande chaudement si le sujet vous intéresse.

Les costumes bretons, Victor Lhuer Editions Equinoxe • 2002 • 128 pages • 18€ • Genre : Beau-livre, costumes bretons • ISBN : 9782841352517

10 réflexions sur “Les costumes bretons

  1. Gabrielle dit :

    Ma grand-mère me disait toujours que les costumes de couleur c’était pour ceux qui pouvaient se le permettre. Elle a vécu quasiment toute sa vie dans le Morbihan et les costumes comme les coiffes sont vraiment nombreuses. Le livre me semble vraiment très bien

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      Tout à fait, et ça avait l’air d’autant plus somptueux en Basse Bretagne que dans le nord ou à l’est ! Pour certaines femmes, c’était juste le tablier qui changeait en fonction des occasions (travail, marché, messe…), pour d’autres, c’était toute la tenue… mais, globalement, les gens avait une tenue qui leur servait pour tout (et il suffisait de boutonner le gilet de l’autre côté, de changer le tablier, par ex, pour passer de la tenue de tous les jours à la tenue de toutes les cérémonies).
      Tu as eu l’occasion de voir des tenues de ta famille ? J’en ai vu en photo mais jamais en vrai (de ma famille, sinon j’en ai vu dans des musées).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s