Beloved

Beloved

Quatrième de couverture :

Inspiré d’un fait divers survenus en 1856, Beloved exhume l’horreur et la folie d’un passé douloureux. Ancienne esclave, Sethe a tué l’enfant qu’elle chérissait au nom de l’amour et de la liberté, pour qu’elle échappe à un destin de servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable.

Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire et transcende la douleur des opprimés. Prix Pulitzer en 1988, Beloved est un grand roman violent et bouleversant.

.
Mon avis :

Beloved se déroule à la fin du XIXe siècle ; l’abolition de l’esclavage est très récente. L’histoire prend place dans une maison où sévit un fantôme, la fille que Sethe, ancienne esclave, a tué dix-huit années plus tôt afin de lui éviter une vie de souffrances et d’asservissement – un geste d’amour pour elle. Mais le fantôme semble être en colère et le fait savoir par le remue-ménage qu’il fait, et Sethe comprend que c’est ce qui a fait fuir ses fils, qu’elle n’a plus jamais revu. Aujourd’hui, elle vit avec le seul enfant qu’il lui reste, sa fille Denver, âgée de dix-huit ans. Mais voilà qu’un jour arrive Paul D, qui fut esclave au Bon Abri aux côtés de Sethe, et le fantôme de ne plus se manifester. Au même moment, une jeune femme, perdue, erre autour de la maison ; elle s’appelle Beloved et Sethe et Denver l’accueillent et l’hébergent, comme elles le font avec Paul D.
Le roman tourne essentiellement autour de Sethe et Beloved, toutefois Denver et Paul D sont également des personnages très importants – Denver est par ailleurs celle que j’ai préféré. Si celle-ci et Paul D sont aussi important·es, c’est par les relations qu’iels entretiennent, par les liens qu’iels tissent avec Sethe et l’étrange Beloved. Ces liens, ce sont les souffrances mais aussi l’amour que ces personnages se portent, et c’est une part essentielle du récit. Cela dit, Beloved n’est pas qu’une histoire de rapports humains, c’est aussi un drame né de l’esclavagisme. Malgré la douceur du titre (« beloved » veut dire « bien-aimé·e »), le roman est d’une grande violence. A travers cette histoire, Toni Morrison démontre à quel point l’esclavagisme a fait plus que meurtrir des  chairs ou violenter des individus ; il les a détruit. Beloved, c’est en quelque sorte l’histoire d’une reconstruction.
Les premières pages m’avaient bien plu mais la narration qui m’a vite perdue. En effet, tout est raconté au présent, même quand le récit repart des années en arrière. On s’y habitue mais, lorsque l’on commence le roman, c’est assez perturbant et rend le récit confus car on ne connaît pas encore bien les personnages ni les lieux, et encore moins leurs histoires. Toutefois, j’ai apprécié ces ellipses, quoiqu’elles m’ont semblé parfois un peu longues ; elles permettent d’en apprendre beaucoup plus sur les protagonistes, même secondaires, mais aussi sur la réalité de l’esclavagisme aux Etats-Unis d’Amérique. Et c’est ainsi que j’en reviens à ce qui fait de ce roman un roman fort. Parce que, si l’on apprécie les personnages, c’est ce qui a fait ce qu’ils sont désormais qui est au cœur du roman : le travail des esclaves, les mauvais traitements, les fuites, la terreur, la folie, la douleur… Et alors même que Sethe et Paul D ont échappé à l’esclavage, le monde qui les entoure reste raciste et la peur reste ancrée.

Beloved est un roman sur l’amour d’une mère, mais c’est également une histoire pleine de violence ; le récit est fort. Toutefois, si j’ai beaucoup aimé l’histoire et les personnages, j’avoue être plus mitigée sur la narration qui, de l’impression que j’ai eu, m’a parfois tenue à distance. Quant à recommander ou non ce livre, je vous conseille plutôt d’être prêt·e à le lire.

Beloved, Toni Morrison • Titre VO : Beloved Traduction : Hortense Chabrier et Sylviane Rué Editions 10/18 • 1987 (VO) • 380 pages • 8,10€ • Genre : roman historique, esclavagisme • ISBN : 9782264047960

Ce livre participe au challenge Voix d’autrices.
Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

17 réflexions sur “Beloved

  1. Ada dit :

    J’en ai déjà lu la moitié, là, mais l’histoire ne m’accroche pas plus que ça et parce que je n’aime pas trop les personnages (et pas à cause du style, raison que je vois revenir souvent). Ce ne sera pas un coup de coeur, quoi… Du mal à avancer.

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      Je comprends que tu aies du mal à avancer ; personnellement, si je n’ai pas été très investie dans l’histoire c’est parce que, comme je le dis, j’avais l’impression que l’autrice me tenait à distance par son écriture et sa narration – écriture que j’ai pourtant apprécié, mais qui n’était peut-être pas adaptée à cette histoire ?
      Bon courage dans ta lecture, en tout cas.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s