Premières lignes #268

Mes libraires sont merveilleuses. Cela fait une éternité que je veux lire Stone Butch Blues et voilà que j’apprends qu’il y a une traduction française, éditée au format papier. Je me dis que ce roman doit être assez confidentiel et que l’on ne doit le trouver que dans certaines librairies comme Violette & Co. Problème : ce n’est pas tout à fait la porte à côté et j’aime beaucoup la librairie près de chez moi, alors je décide d’y commander le livre. Nul besoin d’attendre : elles l’avaient en stock et me l’ont mis de côté. Décidément, je les aime !
Et donc c’est quoi, ce roman ? C’est l’histoire de Jess, une lesbienne butch ; une butch, c’est une femme qui se réapproprie les codes de la masculinité (en tout cas vestimentaires). Il y aurait plein de choses à dire mais cette introduction ne sert qu’à vous faire comprendre de quoi il est question quand il est question des « femmes comme [Jess] ». De toute façon, je serais bien incapable de vous résumer Stone Butch Blues car je ne l’ai pas encore lu mais, dites-moi ce que vous en pensez, j’ai l’impression qu’il est question de rupture dès le début du livre et que c’est compliqué de passer à autre chose, non ? En tout cas, j’ai hâte de m’y mettre !

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

1

Chère Theresa,

Je suis allongée sur mon lit ce soir et tu me manques. J’ai les yeux tout gonflés. Des larmes chaudes coulent sur mon visage. Un violent orage éclate dehors, illuminé d’éclairs.
Ce soir, j’ai marché dans les rues. Je te cherchais dans chaque visage de femme, comme je l’ai fait chaque nuit de cet exil solitaire. J’ai peur de ne plus jamais voir tes yeux rieurs et moqueurs.
Tout à l’heure, j’ai pris un café à Greenwich Village avec une femme. Une amie commune nous a mises en contact, convaincue que nous aurions beaucoup à partager puisque nous faisions toutes les deux « de la politique ». Eh bien ! On a été au café et elle a causé de la politique démocrate, de colloques, de photo, de ses problèmes avec sa coopérative et de son opposition au plafonnement des loyers. Pas étonnant, Papa est un grand promoteur immobilier.
Pendant qu’elle parlait, je la regardais en me disant que j’étais une étrangère dans ses yeux de femme. Elle me regardait mais ne me voyait pas. Puis elle a fini par me dire combien elle haïssait cette société pour ce qu’elle faisait aux « femmes comme moi » qui se détestent tellement qu’elles se sentent obligées de ressembler à des mecs et de se comporter comme eux. Je me suis senti rougir, mon visage s’est un peu crispé et j’ai commencé à lui répondre, très calme et tranquille, que des femmes comme moi existaient depuis la nuit des temps, bien avant d’être opprimées. Puis je lui ai raconté comment les sociétés les respectaient. Alors elle s’est donné un air très intéressé – et puis il était temps d’y aller.

Stone Butch Blues, Leslie Feinberg, 1993.

Stone Butch Blues

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

12 réflexions sur “Premières lignes #268

    • Ma Lecturothèque dit :

      Je suis contente de voir qu’il t’intéresse n.n
      Et je suis contente de découvrir ta participation, d’autant plus que je n’avais jamais lu les premières lignes de « Five Feet Aparts » ^^
      Passe une très bonne semaine, et belles lectures à toi aussi !

      J'aime

  1. juliet595 dit :

    Je t’envie d’avoir une petite librairie indé à côté de chez toi : de mon côté elles sont fermées pendant mes seuls jours de repos T.T
    Le sujet du livre m’intéresse beaucoup, merci pour le partage !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s