Orange, tomes 2 à 5

Tome 1

Quatrième de couverture :

Un matin, alors qu’elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu’elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu’elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu’elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d’assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c’est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

.
Mon avis :

L’année passée, j’avais découvert Orange avec le premier tome de ce manga et, si j’avais pu lui reprocher le côté beaucoup trop maternel de Naho, l’héroïne (17 ans), j’avais toutefois beaucoup apprécié cette mise en bouche. J’ai enfin lu la suite et je vais donc vous faire part de mon retour – et je vous le dis d’emblée, la suite est à la hauteur du tome 1, si ce n’est encore meilleure !
Naho est lycéenne et, un beau jour, elle reçoit une lettre de sa propre main, mais venant du futur. La Naho dans dix ans est pleine de regrets : son ami Kakeru est mort et elle est persuadée qu’elle aurait pu empêcher ce tragique événement. Au cours du deuxième volume de cette série, on constate déjà que certaines choses commencent à changer, et cela se vérifiera par la suite. Toutefois, est-ce suffisant pour éviter la mort de Kakeru ?
C’est un peu difficile de parler de cette série sans vous dévoiler trop de choses, alors je vais rester en surface, histoire que vous compreniez tout de même pourquoi Orange m’a plu. Première chose, quelque peu anodine car ce n’est pas ce qui nous préoccupe le plus dans ce manga, c’est qu’il y a une explication (peu poussée, certes) à la lettre : comment a-t-elle pu venir du futur ? Et si Naho, Suwa et les autres changent les événements, est-ce que leur futur actuel sera modifié, et dans quelle mesure ? La mangaka a trouvé une explication à tout cela, explication qui reste crédible (entendons-nous bien : crédible car bien expliquée, sans trop de détails toutefois pour nous permettre d’y croire). Deuxième chose, ce sont les dessins, que j’apprécie grandement, de même que la construction des planches, que je trouve fluide, dynamique quand il le faut. Si parfois l’on passe du présent au futur sans vraiment crier gare, jamais Ichigo Takano ne nous perd ; dans le futur, Suwa, Naho… ont changé mais restent parfaitement identifiables et l’on se rend alors vite compte que l’on a changé de temporalité (et il y a d’autres indices pour nous signifier que cela arrive).
Mais surtout, ce que j’ai le plus apprécié dans Orange, ce sont les personnages, en incluant tout ce qui leur a trait : leurs sentiments, l’évolution de leurs relations les un·es aux autres, leurs comportements face à diverses situations… En lisant ce manga, on ne peut que se dire à quel point c’est beau, l’amitié. De même, on ne peut être qu’ému·e, bouleversé·e… Les personnages nous transmettent tellement de choses ! Parfois l’on espère, puis l’on désespère ; parfois l’on se sent emporté·e par les sentiments amicaux ou amoureux, parfois notre cœur se déchire. Et jusqu’au bout, le regret et le doute nous accompagnent. Dans le dernier tome, une fois n’est pas coutume, c’est Kakeru que l’on suit au cours d’un chapitre – mon cœur a connu des hauts et des bas, j’ai pas mal pleuré (même en lisant les autres tomes, il est vrai). La série se conclut très bien et je comprends pourquoi Orange a rencontré un tel succès.

A noter qu’à chaque fin de tome, il y a une autre histoire d’Ichigo Takano, Un printemps dans les étoiles. Au début, j’ai eu du mal à accrocher – difficile de passer après Orange ! Mais ça reste sympathique et, si je peux vous donner un conseil, c’est de lire chacun des chapitres qui composent ce récit à la suite, et pas à chaque fois que vous terminez un tome d’Orange.

En définitive, je peux vous dire qu’Orange est un manga bourré d’émotions – par ailleurs très bien maîtrisées – avec des personnages super attachants, une histoire bouleversante… Je vous recommande vivement ce manga.

Orange, Ichigo Takano • Titre VO : Orange Traduction : Chiharu Chujo Akata • 2012 (VO) • 207 pages/tome (moyenne) • 7,95€/tome • Genre : manga, changer le futur, lycée • ISBN : 9782369740315

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

12 réflexions sur “Orange, tomes 2 à 5

  1. pepparshoes dit :

    Je suis enfin réinscrite a la médiathèque et j’ai repris en mains des mangas, du coup je note celui-ci dont j’entends parler depuis sa sortie ! J’ai regardé sur le catalogue et ils ne l’ont pas mais peut-être dans le futur 🙂 Merci pour ce beau retour !

    J'aime

  2. Nath Aely Bookivore dit :

    Je n’ai pas lu la série entière car j’ai eu un peu de mal à accrocher mais ce que tu me dis du final me donne envie de retourner les emprunter ;).
    J’ai vu qu’ils en ont fait un anime aussi. Ça pourrait être le moyen de rattraper les tomes déjà lus 😉 avant d’attaquer la suite.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s