Monstres et créatures de la mythologie

Quatrième de couverture :

// Les monstres ne meurent jamais : les hommes devront toujours lutter contre eux. //

La mythologie regorge de monstres et créatures aussi fascinants que repoussants.
Qui sont ces monstres ? Sont-ils vraiment ce qu’ils semblent être ? Avec ses accès de violence et ses envie de pouvoir, l’homme n’est-il pas plus monstrueux ? De méduse à Polyphème, douze récits pour lire la mythologie sous un angle original et captivant.

.
Mon avis :

J’adore la mythologie d’une façon générale, d’où qu’elle vienne, mais j’ai surtout baignée dans les mythologiques romaine, grecque et égyptienne. J’y porte beaucoup d’intérêt car les récits mythologiques inspirent aujourd’hui encore de nombreuses histoires, et aussi parce que j’y ai un attachement particulier. De fait, quand je vois des livres tels que Monstres et créatures de la mythologie, il est difficile pour moi de résister. Et quelle bonne surprise !
Ce petit ouvrage, qui se lit dès 11 ans, propose de (re)découvrir les mythes grecs sous l’angle des monstres ; qui dit « monstres » dit aussi « héros » mais, une fois n’est pas coutume, ce sont les créatures qui sont au centre du livre. Cela dit, avec même pas une centaine de pages, vous vous doutez bien qu’il a fallu faire des choix ; impossible de débuter par autre chose que le commencement, à savoir le Chaos et, quelques temps plus tard, les titans et les cyclopes. Mais que serait la mythologies sans les enfants de Typhon et Echidna, connus pour être parmi les plus horribles créatures ? Le célèbre chien à trois têtes Cerbère, le Sphinx qui terrifie la ville de Thèbes, le lion de Némée et l’Hydre de Lerne que le héros Héraclès devra affronter lors de ses travaux… Et s’il est également question de la transformation de Scylla en monstre, de Méduse, du Minotaure… on peut aussi compter sur la présence de créatures moins connues tels que Python qui donna son nom à l’oracle de Delphes (la Pythie), le dragon d’Arès qui protégeait jalousement sa fontaine, etc. Bref, ça a été un véritable plaisir de lire ces récits, d’autant plus que j’ai apprécié l’écriture de Françoise Rachmuhl – c’est vraiment bien raconté.
Toutefois, il y a certaines choses qui interpelleront probablement les adultes qui liront ce livre, comme le fait que Zeus ne soit présenté que comme un séducteur et non, parfois, un violeur. De même, il y a une accroche sur « la mystérieuse énigme de [la] naissance » d’Œdipe mais son histoire n’est pas racontée. C’est très frustrant pourtant, en tant que lectrice adulte, je comprends le choix de ne pas l’aborder. Et si je pointe ces passages, c’est justement parce que ce n’est pas simple à expliquer aux enfants ; or l’autrice est une très bonne conteuse et j’aurais aimé voir comment elle en parle, parce que je suis convaincue que ce serait très bien passé – faire comprendre sans choquer. Mais bon, je chipote et en vérité, comme je l’ai dit, j’ai beaucoup aimé lire ces récits mythologiques.
Mention spéciale aux deux derniers chapitres, l’un faisant parler Ulysse, l’autre donnant la parole à Polyphème, le cyclope que le héros rendit aveugle. Car alors se pose la question : qui est le véritable monstre ? Ces créatures repoussantes qui parfois tuent mais ont aussi des émotions, des sentiments, ou bien les humains qui font des massacres pour la gloire et le pouvoir ?

Ainsi, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce petit livre sur les monstres de la mythologie grecque. Cela me donne envie de m’y replonger, encore et toujours !
Monstres et créatures de la mythologie devrait plaire aux plus jeunes comme aux moins jeunes car c’est bien raconté et c’est prenant.
Bonne (re)découverte à vous !

Monstres et créatures de la mythologie, Françoise Rachmuhl Flammarion jeunesse • 2020 • 95 pages • 4,20€ • Genre : mythologie grecque, monstres, créatures • ISBN : 9782081511507

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

11 réflexions sur “Monstres et créatures de la mythologie

  1. Bidib dit :

    oh ! je note ! il me faut ce livre 🙂 même si je comprends ta frustration concernant Zeus.
    j’ai beaucoup lu de mythologie grecque avec ma fille quand elle était en primaire et je ne lui ai pas épargné les séquences « viol and Co » et ça passais très bien, elle comprenais parfaitement de quoi je parlais sans en être perturbée. Je ne suis pas pour préserver les enfant en édulcorant (omettant), on peut dire les choses sans être vulgaire ou morbide (et sans les cacher pour autant). Mais ça ne m’étonne pas que certains auteur/éditeurs fassent ce choix.

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      Ce que tu dis me conforte, il me semble bien que, bien expliqué, les enfants sont à même de comprendre ! Mais en effet, le choix de certain·es auteur·rices ou maisons d’édition n’est pas étonnant pour autant – c’est délicat, je pense, il ne faut pas se tromper dans les formulations ni dans le choix des mots.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s