Premières lignes #276

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

INTRODUCTION
S’APPROCHER DU FÉMINISME

Aux gens qui veulent savoir qui je suis et ce que je fais, je dis fièrement, partout où je vais, que je suis écrivaine, théoricienne féministe, critique culturelle. Je leur dis que j’écris sur le cinéma et la culture populaire, à partir de l’idée que le vrai message, c’est le médium lui-même. La plupart des gens trouvent ça passionnant et veulent en savoir plus. Tout le monde va au cinéma, regarde la télévision, jette un coup d’œil aux magazines, réfléchit sur les messages qu’il ou elle reçoit, sur les images qu’il ou elle regarde. Il est facile pour le public diversifié que je rencontre de comprendre ce que je fais en tant que critique culturelle, de comprendre ma passion pour l’écriture (beaucoup de gens ont envie d’écrire, et le font). Mais quand je mentionne la théorie féministe, c’est là que s’arrêtent les questions et que commencent généralement toutes sortes de rengaines à propos du mal que causent le féminisme et les méchantes féministes : qu’« elles » détestent les hommes ; qu’« elles » s’opposent à la nature – et à Dieu ; qu’« elles » sont toutes lesbiennes ; qu’« elles » prennent tous les emplois et rendent le monde invivable pour les hommes blancs qui n’ont aucune chance face à « elles ».
Quand je demande à ces mêmes gens de me parler des livres ou des magazines féministes qu’ils ont lus, des discours féministes qu’ils ont entendus, des militantes féministes qu’ils connaissent, leurs réponses montrent bien que tout ce qu’ils savent sur le féminisme est entré dans leur vie par ouï-dire, qu’ils ne se sont pas suffisamment approchés du mouvement féministe pour savoir ce qui s’y passe et de quoi il s’agit réellement. Le plus souvent, ils pensent que le féminisme, c’est une bande de femmes en colère qui veulent être comme les hommes. Il ne leur vient pas même à l’esprit que le féminisme puisse être une question de droits – un combat des femmes pour l’égalité des droits.

Tout le monde peut être féministe, bell hooks, 2000.

Tout le monde peut être féministe

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

13 réflexions sur “Premières lignes #276

    • Ma Lecturothèque dit :

      J’aime beaucoup ce genre de livre, ça me permet d’enrichir et d’élargir ma vision des choses ! Mais bon, c’est vrai que lorsque l’on cherche quelque chose de plus divertissant (j’imagine?), ce n’est pas vers ces bouquins qu’il faut se tourner ^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s