Hôtel Parallell

Hôtel Parallell

Quatrième de couverture :

« Nous fournissons tout le confort moderne : des mondes de poche aptes à satisfaire les plus exigeants, des chambres avec vues sur n’importe quel continuum, des raccourcis faciles à emprunter entre les univers… sans oublier nos célèbres mini-bars. »

Lorsque Will répond à une petite annonce pour un job d’été à l’Hôtel Parallell, il est loin d’imaginer l’incroyable aventure qui l’attend…
Car l’Hôtel Parallell n’est pas un hôtel ordinaire : bâti entre les univers, il accueille des clients venus de milliers de Terres parallèles. Des clients un brin spéciaux…
Embauché pour devenir l’assistant d’Arbogast, le détective de l’hôtel, Will va aller de surprise en surprise : échapper à une tentative d’assassinat, éviter une mort affreuse par ingestion, combattre des créatures abominables, et tenter de survivre à un séjour sur l’Île des Morts…
Qui aurait cru qu’une banale histoire de robinet qui fuit cacherait autant de secrets ?

.
Mon avis :

J’ai bien aimé Hôtel Parallell, mais pas autant ce que je pensais, et l’histoire n’a pas non plus été tout à fait ce à quoi je m’attendais.
Will est un adolescent comme les autres ; il est au lycée et il veut mettre des sous de côté afin de pouvoir financer ses études, alors il cherche un travail pour la période estivales. Alors qu’il lit le journal, une annonce retient son attention, cerclée au feutre rouge : celle de l’Hôtel Parallell. C’est étrange car le jeune homme n’a jamais entendu parler ni vu ce bâtiment – il connaît pourtant la ville par cœur ! En s’y rendant, il découvre un lieu où différents mondes se croisent, et le voilà embauché, à l’essai, en tant qu’assistant du détective de l’hôtel, Arbogast.
En commençant ma lecture, je ne pensais pas qu’il me faudrait attendre pratiquement la moitié du roman pour qu’une première enquête débute ! En effet, le récit prend le temps pour poser les choses et nous expliquer le fonctionnement de l’Hôtel Parallell, à la croisée de divers univers, et pour nous présenter comme il se doit les deux personnages principaux – Will et le détective Arbogast. On fait rapidement quelques voyages sur d’autres Terres parallèles et c’est assez chouette, mais j’ai trouvé ça long et, pour moi, ça n’apportait pas grand chose. Cela peut sembler paradoxale mais en vérité, j’aurais juste aimé que ça aille plus vite, ou alors que l’on se concentre plus sur ces voyages que Will fait, qu’on en apprenne plus sur son ressenti, qu’il y ait plus de descriptions des lieux, des différences avec la Terre que nous connaissons… Cette première moitié du roman n’était donc pas inintéressante, mais elle n’a pas non plus été des plus convaincantes. Passons maintenant à la deuxième partie d’Hôtel Parallell.
Une fois que nous avons découvert ce lieu si particulier et fait connaissance avec les protagonistes, nous apprenons qu’il y a un problème de fuite d’eau, et cet événement anodin va s’avérer finalement bien plus important que ce que l’on aurait pu penser – une véritable enquête, avec un mystère qui s’épaissit, des fils qui se tissent, débute alors. Je vous avoue que, lorsque l’investigation a commencé, étant déjà arrivée à la moitié du livre, je me suis demandée si ça n’allait pas être trop rapide, voire même bâclé. Eh bien non. C’est même une enquête sympathique à suivre, trépidante à certains moments. Et elle s’enchaîne assez bien sur une troisième et dernière partie que je ne vais pas révélée ici mais dont je vais toutefois vous donner mon ressenti. C’était intense. Bon, honnêtement, j’ai parfois trouvé que ça devenait brouillon dans la narration, mais le rythme était bon, de quoi faire un bon final à toute cette histoire.
L’une des choses qui m’a plu avec ce fameux hôtel, c’est le nombre de possibilités qu’il offre pour créer des histoires – sans limite. Par exemple, s’il y a un nombre limité de chambres, quoiqu’il y en a régulièrement de nouvelles à être construites, leurs dimensions peuvent être de taille modeste comme elles peuvent contenir des îles ! Et chaque lieu ainsi créé peut avoir sa propre météo, sa propre faune, sa propre flore… C’est vraiment sans fin et ça donne envie d’explorer l’hôtel de fond en comble – mais encore faudrait-il avoir le temps pour ça, tant il s’avère monstrueusement gigantesque. En tout cas, j’aurais aimé découvrir plus de ces étranges chambres dans le roman.
Parlons maintenant des personnages. Will est un héros typique : le jeune gars qui n’a rien de particulier mais qui va se révéler s’en sortir mieux que d’autres, avoir les bonnes idées au bon moment, qui passe de tout-à-fait-banal à je-sauve-tout-le-monde (je caricature un poil, mais c’est l’idée). Son mentor, Arbogast, a tout du détective désabusé, il est alcoolique mais respecté, etc. Malgré leurs différences, les deux hommes vont créer des liens, s’envoyant des piques (sans méchanceté, mais avec pas mal de taquinerie), s’estimant l’un et l’autre… Leur relation est pour moi à la fois une réussite de ce roman et une faiblesse. Outre le fait qu’il n’y a là rien d’innovant (pour un lectorat adolescent, aucun problème, il n’a généralement pas lu autant qu’une lectrice comme moi qui a deux fois leur âge, et peut donc avoir la surprise de la découverte), elle apporte pas mal d’humour. Seulement, si j’ai parfois souri en lisant certaines répliques, je n’ai toutefois pas été très sensible à l’ensemble des blagues et des situations à potentiel comique. De fait, les échanges qui sont censés renforcer les liens entre Will et le détective ne m’ont pas frappée et j’ai donc trouvé que ça manquait de profondeur. Cela dit, c’est vrai que ce roman est surtout axé sur la présentation d’un univers et sur l’action, il reste donc peu de place pour travailler à fond les relations.
Un point au sujet des personnages secondaires. Il y a de la diversité et c’est chouette, mais pour ce qui touche au protagoniste autiste, comme il coche absolument toutes les cases du personnage autiste dans les séries et films, je me suis demandée à quel point il était cliché ; je ne connais pas assez bien le sujet et, de fait, si des personnes concernées ont lu ce roman et ont des retours à faire à ce sujet, je suis toute ouïe. Je soulève ce point car il me semble qu’il y a tout un spectre autistique relativement large et je trouve donc dommage d’avoir encore le même genre de personnage autiste que dans toutes les autres fictions. Pour le coup, il s’agit-là d’une interrogation personnelle plus que d’un retour (comme je vous l’ai dit, ce n’ai pas un sujet que je maîtrise, loin de là).
Je me demande si Hôtel Parallell n’appelle pas une suite. En tout cas, il y a le potentiel et je pense  que ça pourrait être vraiment intéressant, bien que je ne sois pas certaine de la lire si ça se fait. Mais j’imagine tellement bien un approfondissement des relations, une multitude d’enquêtes et de rencontres possibles (avec tous ces mondes parallèles!), et son lot d’action, de courses-poursuites, etc. Ce serait dommage de s’en priver.

Hôtel Parellell n’est donc pas un livre sensationnel, je ne le garderai probablement pas longtemps en tête, cela dit je pense qu’il peut carrément plaire aux ados et que le potentiel pour une suite est là. Avis aux amateurs et amatrices d’enquêtes, de surnaturel et d’action !

Hôtel Parallell, Alexis Flamand Fleurus • 2021 • 262 pages • 14,90€ • Genre : roman jeunesse, enquête, action • ISBN : 9782215158868

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

 

13 réflexions sur “Hôtel Parallell

  1. LadyButterfly dit :

    Même si ça paraît assez sympa, ça sent les personnages-clichés à plein nez. Et franchement, les protagonistes autistes de ce genre, je m’en passe ( sinon, je me lasse très vite — de même dès qu’il y a des clichés dans les romans, j’ai tendance à fatiguer et même à laisser tomber certains livres quand ça s’accumule )

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s