Premières lignes #286

Bienvenue à Perfect City, la ville parfaite ! Tout du moins en apparence…
Le livre s’ouvre avec une jolie carte (j’adore les cartes, mais c’est compliqué de les partager) qui pointe déjà un élément intéressant : les frères Archer gèrent une bonne partie de la ville (lunetterie, fabrique de thé, salon de thé…). Mais dans mon rendez-vous du dimanche, ce ne sont pas les premières pages que je vous partage, mais bien les premières lignes – souvent celles du récit. Et c’est ainsi que, dès le début, on constate qu’il y a quelque chose de bien étrange qui semble se tramer à Perfect City. Ca me donne envie de découvrir la suite, et vous ?

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

CHAPITRE 1

KID

Tapi contre l’écorce d’un chêne, dans les ombres du crépuscule et des buissons du jardin, il attendait, alerte. De sa cachette, il distinguait toute la maison et l’allée de graviers.
Comme c’était étrange, de craindre d’être vu.
Voilà des semaines que toute la ville de Perfect City ne parlait plus que de l’arrivée du docteur Eugene Brown. Il aurait une solution, Kid en était convaincu. Tout ce qu’il avait à faire, c’était trouver cet homme avant qu’il ne change.
À la nuit tombée, George et Edward Archer gravirent le perron de pierre de la demeure. Une fois les lampes allumées à l’intérieur, Kid put les voir se déplacer d’une pièce à l’autre.
Soudain, un faisceau lumineux jaillit sur la pelouse, tout près de ses pieds, le contraignant à se replier davantage dans la pénombre.
Dans un crissement, une voiture argentée remonta l’allée avant de s’arrêter non loin de lui. Son cœur s’emballa. Le moteur se tut.
La grande porte de la maison s’ouvrit, et les silhouettes des jumeaux Archer se dessinèrent dans la clarté du vestibule. Aussi immobile qu’une statue, Kid les épia, parcouru d’un frisson.
Du côté conducteur, un homme sortit ; de l’autre, une femme.
Kid ne s’attendait pas à ce que le dicteur vienne accompagné. La femme – Mrs Brown – lança à son mari un regard pressant par-dessus le toit de la voiture, manifestement angoissée. En retour, le docteur la gratifia d’un sourire contrit avant de rejoindre les jumeaux, qu’il salua d’une poignée de main. Mrs Brown lui emboîta le pas et tous disparurent à l’intérieur.
Kid s’aventura hors de sa cachette. Il se figea brusquement lorsqu’il entendit le docteur lancer :
— Ne reste pas dans la voiture, Violet ! Il fait froid dehors, ma puce.
La portière arrière s’entrouvrit pour se refermer sur-le-champ, soulevant un courant d’air qui agita les feuilles juste au-dessus de la tête de Kid.
Ce dernier retint son souffle et battit en retraite. Quand la portière s’ouvrit derechef, une jeune fille effarouchée s’élança précipitamment vers la maison.
Le garçon ne put réprimer un rire. La dénommée Violet accéléra l’allure, gravit les marches d’un seul bond et franchit la porte d’entrée comme une tornade avant de la claquer derrière elle, plongeant de nouveau la cour dans les ténèbres.
Kid ferma la portière restée ouverte et s’approcha prudemment de la fenêtre de la cuisine. Il eut tout juste le temps de voir la jeune fille y entrer dans une glissade.
Il s’assit près du perron et patienta. Un peu. Beaucoup… Trop.
La nuit s’écoulait lentement, mais sûrement. Bientôt, les Guetteurs entameraient leur ronde. Il ne pouvait pas risquer de se faire prendre une nouvelle fois hors des murs. Il décida de revenir de bonne heure, le lendemain matin, pour s’entretenir avec le docteur.
Avant de partir, il jeta un dernier regard vers la fenêtre. La jeune fille était assise entre ses parents – une vraie famille.
Le cœur lourd, il lissa de la pulpe de son pouce le bout de papier froissé au fond de sa poche…

Bienvenue à Perfect City, Helena Duggan, 2017.

Bienvenue à Perfect City

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

10 réflexions sur “Premières lignes #286

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s