Drôle de licorne

Résumé de l’éditeur :

Mira est excitée : elle rentre à l’école des Licornes. Mais sa joie disparaît vite quand elle découvre son partenaire : Boulette, un mâle paresseux et gourmand, qui n’en fait qu’à sa tête ! Parviendra-t-elle à l’apprivoiser pour participer avec lui à sa première quête magique ?

.
Mon avis :

Drôle de licorne est une série de romans jeunesse (dès 7 ans). A l’heure où j’écris ces lignes, quatre tomes sont parus en France et un cinquième devrait sortir courant octobre. Dans cette chronique, je vais revenir sur les quatre premiers, qui sont donc ceux que j’ai lu.
Mira est une jeune fille dont le rêve va devenir réalité : avoir un·e meilleur·e ami·e licorne et étudier à l’école des licornes. Mais, si tout le monde se voit octroyer une superbe licorne en guise de partenaire, Mira se retrouve quant à elle avec Boulette, une licorne grosse, petite, qui préfère les beignets au foin, qui pète et qui n’en fait qu’à sa tête. Bref, Boulette, il est tout le contraire des autres licornes.
Au fil des tomes, Mira va se faire des ami·es mais aussi un rival (pas si méchant, bien qu’il soit tout d’abord présenté comme très prétentieux et exécrable). D’aventure en aventure, les liens vont se tisser, le récit va parfois se focaliser sur un personnage secondaire et on va ainsi en apprendre plus sur lui, on va voir les enfants et leurs licornes grandir. Par ailleurs, la construction de chacun des tomes est similaires : on arrive à l’école, il y a une quête, des péripéties, et tout se termine bien. Cela dit, ce n’est jamais redondant car aucune histoire ne se ressemble. Dans le premier tome, Bêtises à gogo, nous découvrons l’univers et faisons la connaissance des divers protagonistes, que ce soit les enfants, les profs ou les licornes ; par la suite, nous avons le droit à un événement sportif, à l’organisation d’une fête disco, à la visite d’une ferme d’animaux à cornes… et mon petit doigt me dit qu’il y a encore de quoi faire !
Chaque histoire s’accompagne de nombreuses illustrations ; si j’ai regretté qu’elles soient en nuances de gris alors que l’univers est si fantaisiste, je les ai toutefois beaucoup appréciées ! D’une part, le style m’a plu, mais aussi elles concordent avec ce qui nous est raconté, et elles sont pleines d’humour ! Pour moi, aucun doute, le jeune lectorat aimera découvrir cette série d’une part grâce aux aventures et aux personnages, d’autre part grâce aux illustrations qui font clairement le job, et même plus. Il est en effet désormais assez compliqué pour moi de séparer le texte du dessin tant les deux se font valoir l’un et l’autre.
Il y a toutefois un point qui m’a chiffonnée quand j’ai commencé ma lecture, et peut-être que ça a été votre cas quand j’ai décrit Boulette : on dirait une caricature. Et honnêtement, c’est vrai qu’ainsi dépeint, c’est une énième mauvaise description grossophobe (version licorne, soit, mais ça ne change rien au problème). Pourtant, Pip Bird, l’autrice, en fait un personnage positif. Tout ce qu’elle fait, dans un premier temps, c’est jouer avec les préjugés pour finalement les détourner et les retourner. Boulette semble toujours ronchon et affamé ? Il paraît très apathique ? Soit, mais c’est lui qui va sauver la situation à tel ou tel moment. Il a l’air vraiment grincheux ? Il se révèle plein d’amour et de bienveillance. Etc.
Aussi, il y a une chose très chouette, qui ne m’a pas tout de suite sauté aux yeux : c’est la diversité. Dans Drôle de licorne, il y a des personnages de diverses origines, Zoé est handicapée, Boulette est gros… Et toute cette diversité, on ne va pas se mentir, ça fait du bien. Ce ne sont pas des traits particuliers, quelque chose qui va spécifiquement marquer un protagoniste ; ça n’influence nullement le récit : Rémi ne va pas subir le racisme, Zoé va pouvoir chevaucher sa licorne sans problème, etc.
Autre point agréable, c’est la place accordée à l’amitié. C’est un élément essentiel de l’histoire. Si, dans le premier tome, l’accent est mis sur le fait que Mira veut absolument devenir meilleure amie avec une licorne, on sent déjà poindre d’autres amitiés, qui vont se révéler au fil du temps. Qu’il s’agisse de licornes, de garçons, de filles…, ce sont les liens entre les différents protagonistes qui sont le moteur des péripéties : vouloir faire plaisir à sa BFF (best friend forever), vouloir soutenir un ou une ami·e dans diverses situations, mais aussi la jalousie, etc. Rien qu’en parlant d’amitié, on peut aborder pas mal de sujets différents tant le sujet est vaste et les facettes sont multiples.

Je ne sais pas si j’aurais personnellement l’occasion de découvrir la suite, mais c’est clairement une série que j’ai envie de faire découvrir à des petit·es lecteurs et lectrices. Aventure, humour et amitié, c’est le cocktail gagnant de la série Drôle de licorne que je vous conseille et, au prix que coûte un tome (5,50€), il serait bien dommage de s’en priver.

Drôle de licorne, Pip Bird et David O’Connell (illustration) Titre VO : The Naughtiest Unicorn Traduction : Sophie Dieuaide Pocket Jeunesse • 2019 • environ 125 pages/tome • 5,50€/tome • Genre : roman jeunesse, humour, aventure

Ce livre participe au challenge Des histoires et des bulles.
Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

4 réflexions sur “Drôle de licorne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s