Premières lignes #291

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

Chapitre 1

N’oublie pas

– Halte-là !
Le bruit d’un fouet qui claque tira Héla de sa torpeur. On n’entendait plus les sabots des chevaux. La calèche devait s’être arrêtée.
Épuisée, la jeune fille aux long cheveux bruns se redressa dans l’obscurité de la voiture, fermée par de lourds rideaux noirs. Le voyage entre le royaume des Corbeaux et celui des Dragons lui avait paru interminable.
Elle plissa les paupières, surprise d’avoir encore des larmes à retenir. Combien en avait-elle versé depuis le jour où on leur avait annoncé, à elle et à sa famille, la nécessité absolue de cet « échange commercial » ?
Ce matin)là, sa mère l’avait serrée contre elle à lui en broyer les côtes, sa petite sœur avait été inconsolable et même son père, si stoïque d’ordinaire, lui avait semblé vieillir d’un coup.
La terreur qu’inspirait le peuple Dragon était légendaire : ces soldats, féroces et sanguinaires, tenaient en respect la plupart des royaumes de la région, qui les craignaient comme la peste. Rares étaient ceux qui avaient osé ouvertement leur résister. Ils n’étaient d’ailleurs plus là pour en parler.
Longtemps, Dragons et Corbeaux s’étaient mené la guerre, jusque’à ce qu’un accord soit trouvé. La pais en échange de la connaissance, de la science, du savoir. Médecine, mécanique… Les Corbeaux devaient continuellement se surpasser pour découvrir davantage, pour avoir quelque chose à offrir. C’était le prix à payer pour survivre.
Et, de temps à autre, les Dragons avaient besoin de satisfaire un caprice. C’était leur manière de montrer qu’ils étaient toujours les plus forts, et d’asseoir chaque fois un peu plus leur pouvoir.
Aussi, lorsque ces derniers avaient exigé une fille de haute naissance, tout juste  majeure, pour épouser un de leurs princes, le peuple des Ailes-Noires n’avait-il pas hésité. Les Dragons avaient envoyé trois émissaires chargés de sélectionner les filles à marier les plus « qualitatives » du royaume. Après un entretien avec les familles, ils avaient désigné celle qui aurait l’honneur de devenir la femme du prince Erebe.
C’était tombé sur Héla, qui venait de fêter ses dix-huit ans et qui depuis s’était souvent répété, désespérée : « Pourquoi moi ? »

Héla et les quatre Royaumes, Marie-Line Brault, 2021.

Héla et les quatre Royaumes

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

11 réflexions sur “Premières lignes #291

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s