30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

Quatrième de couverture :

Jason, le héros de la Grèce antique, t’a confié la Toison d’or. À bord de ton navire, tu fais voile vers ton île natale où la gloire d’attend. Soudain, un navire se profile à l’horizon, puis deux, puis trois, puis quatre. «  Des pirates ! » hurle la vigie. C’est la panique à bord, tout le monde attend tes ordres. Tu peux trouver refuge sur ces mystérieuses îles au loin, ou te battre, mais le temps presse…
TU DOIS RÉAGIR !

.
Mon avis :

30 minutes pour survivre est une série de livres dont vous êtes le héros ou l’héroïne. Chaque tome permet de vivre une aventure différente et, pour ma part, c’est L’Odyssée de la peur qui m’a le plus tentée – l’idée de batailler aux côtés de héros grecs me plaisait beaucoup. On incarne un jeune homme qui s’est vu confié la Toison d’or et qui doit la ramener au pays. Seulement, le voyage va être semé de sacrées embûches.
J’attaque ce retour directement avec un point négatif : j’ai eu du mal à m’identifier au personnage que j’étais censée représenter. Il s’agit en effet d’un garçon, a priori adolescent, et il est clairement caractérisé comme tel à plusieurs reprises au début de l’aventure. Je pense que, si les auteurs avaient moins insisté sur ce trait, ça m’aurait moins gênée. Alors je me doute que ces livres sont plutôt destinés à un public de jeunes lecteurs et non lectrices, mais je trouve ça bien dommage – même en gardant le personnage principal en tant que garçon, je suis convaincue qu’il y avait tout de même moyen de moins insister sur son genre et de permettre ainsi aux lectrices éventuelles une meilleure immersion. Chose que j’ai donc eu du mal à faire au début. Heureusement, la suite de l’aventure cesse de se fixer sur le personnage pour se concentrer sur l’aventure et les péripéties qui nous attendent. Et elles sont nombreuses !
Que les choses soient claires, j’ai été très nulle dans L’Odyssée de la peur : je n’ai pas arrêté de prendre les mauvaises décisions (et j’ai refait l’histoire à plusieurs reprises pour suivre différents chemins!). Il y a donc clairement de quoi faire – en tout cas plus de trente minutes, qui n’est nullement une indication sur la durée de la lecture, mais sur le temps de l’aventure, celui qui concerne les personnages du livre et non vous-mêmes. Parfois, vous avez fait le choix d’un lieu et vous vous êtes ensuite perdu·es, ou bien vous vous retrouvez à affronter plus fort que vous… Alors vous recommencez l’aventure et prenez un autre chemin mais, là aussi, il y a encore des décisions à prendre et rien ne garantit jamais votre réussite. Et c’est un peu ça, le truc sympa avec ce genre de bouquin : même quand vous pensez faire le bon choix, vous pouvez tout aussi bien vous tromper magistralement. Pourtant, vous pouvez recommencer sans cesse, sans avoir forcément besoin de repartir du début, jusqu’à aboutir à la victoire. Avoir la possibilité de reprendre au milieu de votre périple est une bonne chose, qui vous évite trop de redites.
Dans L’Odyssée de la peur, j’ai également trouvé appréciable – et c’était en partie ce que je recherchais – le fait d’affronter diverses créatures mythologiques, de rencontrer de grandes figures mythiques… L’histoire commence avec Jason, bien sûr, mais elle se poursuit avec des rois, des princesses, des monstres, des pirates, etc.
En repensant à L’Odyssée de la peur, je me souviens d’une énigme qui m’a bien pris la tête et il y a donc un autre petit point négatif : après quinze minutes de réflexion, c’était super frustrant de ne pas trouver la réponse, de rester bloquer là, et j’aurais bien aimé trouver une solution en fin de livre, ou bien avoir des indices plus clairs. A la place, j’ai dû feuilleter le bouquin en long, en large et en travers afin de tomber sur la page correspondant à la suite, une fois l’énigme résolue. Alors oui, d’autres auraient trouvé facilement, je n’en doute pas, mais moi qui voulais juste m’amuser, ce passage a été bien pénible.

Bien qu’il y a quelques désagréments à noter, ce tome de 30 minutes pour survivre a été pour moi une bonne aventure. Ca a été un plaisir de replonger dans ce genre de livre où l’on vit les péripéties, et ce aussi malgré des défaites successives ! C’était un bon moment, et je me suis bien amusée ; le genre de lecture-aventure qu’on se plaît à découvrir un après-midi tranquille, de temps en temps.
Bonne chance à vous !

30 minutes pour survivre : L’Odyssée de la peur, Bertrand et Neil Puard Albin Michel • 2020 • 215 pages • 7,50€ • Genre : livre dont vous êtes le héros, mythologie, aventure • ISBN : 9782226449139

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

11 réflexions sur “30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s