Blue Flag, tomes 4 à 8

Tomes 1 à 3

Mon avis :

Cela faisait un moment que j’avais lu les trois premiers tomes de Blue Flag mais le souvenir était pourtant encore très présent dans mon esprit, je n’ai donc eu aucun mal à me plonger dans la suite. Attention, cette chronique va spoiler les événements précédents ; seule la conclusion est garantie sans spoils !

Blue Flag, c’est l’histoire de lycéens et lycéennes qui s’apprécient, traînent ensemble, parfois s’aiment. Mais les choses ne sont pas simples et les amours sont rarement déclarés, rarement affichés. En effet, la jeune Futaba est amoureuse de Tôma mais celui-ci semble porter ses sentiments sur une autre personne – Taichi, le héros de ce manga. Quant à ce dernier, il est très attiré par Futaba. De prime abord, on peut croire que c’est une histoire comme une autre de triangle amoureux ; c’est en tout cas ce que moi je pensais quand je me suis lancée dans cette série. Pourtant, alors que je ne suis pas une grande fan de ce schéma amoureux, j’ai beaucoup apprécié.
Je vais commencer par ce que je n’ai pas vraiment aimé : le septième tome. Ca parle peu, ça crie beaucoup, tout ça pour parler de sentiments, de ressentis. Autant je m’attends à trouver ce genre d’expression des personnages dans des manga comme Naruto, autant je dois dire que j’ai ici été surprise. En effet, dans les autres tomes, tout y est traité avec réalisme et justesse, avec pas mal de profondeur, alors autant dire que le tome 7 dénote quelque peu. Pour autant, il se conclut avec un chapitre sur Tôma et j’ai trouvé cela très appréciable, venant compenser les chapitres précédents (qui au passage sont intéressants et abordent des sujets importants quand on parle d’amitié), mais il y a clairement trop d’intensité dans la façon de s’exprimer de nos héros et héroïnes et de leurs camarades). Bien, nous pouvons passer au reste, maintenant que j’ai parlé de ce que je n’ai pas apprécié.
Comme dans les précédents tomes, nous retrouvons notre trio très attachant, mais nous faisons également plus ample connaissance avec d’autres protagonistes, plus secondaires. Je pense notamment à Mami qui, si elle se montre d’abord possessive envers Tôma (alors qu’il ne la considère que comme une copine, une camarade de classe), a une bonne évolution. Ca a été plaisant de la découvrir et de la voir se dévoiler.
Pour ce qui est de l’histoire, elle progresse bien, que ce soit au niveau des relations mais aussi autour des cours, avec les examens qui approchent, les concours pour les universités et le futur de Taichi, Futaba, Tôma et de leurs ami·es. Ce sont des sujets qui peuvent sembler anodins, pourtant nos choix impactent grandement notre futur et ça m’a ramenée pratiquement quinze ans en arrière. Le récit a beau prendre place au Japon, on retrouve toutes les interrogations (sentimentales, professionnelles…) que nous pouvons avoir nous-mêmes – c’est un sujet relativement universel.
Un point qui me semble important, c’est la fin du manga. Pour avoir lu des retours sur le net, je sais qu’elle a parfois déplu. De mon côté, je l’ai grandement appréciée. Pour remettre un peu de contexte, deux personnages se mettent en couple et officialisent leur relation ; le dernier chapitre se déroule quelques années plus tard et il est présenté du point de vue d’un personnage – on ne sait pas qui c’est, on voit tout à travers son regard (on se doute toutefois de qui il s’agit). On découvre alors comment les relations entre le groupe d’ami·es (au sens large, pas seulement notre trio principal) ont évolué, comment des couples ou des amitiés ont perduré ou non, comment de nouvelles histoires sont nées. J’ai trouvé que tout cela sonnait très vrai, et j’ai été émue par cette conclusion.
Je termine mon retour par un point sur les dessins. S’ils sont toujours beaux, je garde en tête quelques planches qui sont tout simplement magnifiques comme, par exemple, un gros plan sur le visage de Taichi et un autre sur celui de Masumi dans le quatrième tome.

Blue Flag est donc un manga assez court (8 tomes) que je vous recommande chaudement, en espérant qu’il vous fasse vous aussi passer par plein d’émotions. Pour moi, Kaito signe-là une série très belle, tant visuellement que dans sa représentation des sentiments.
Bonne lecture à vous.

Blue Flag, tomes 4 à 8, Kaito • Titre VO : Ao no flag  Traduction : Nathalie Mège • Kurokawa • 2020 (depuis 2017 au Japon) • 219 pages en moyenne • 7,65€ par tome • Genre : manga, lycée, amitié

4 réflexions sur “Blue Flag, tomes 4 à 8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s