Notre-Dame des Loups

Notre-Dame des Loups

Résumé de l’éditeur :

1868, aux confins de l’Amérique, sept Veneurs, hommes et femmes sans foi ni loi, aux munitions forgées d’argent, l’âme froide comme l’acier, parcourent les immensités de l’Ouest sauvage à la recherche de Notre-Dame des loups.

Ils s’enfoncent, la peur au ventre mais déterminés, dans les gigantesques forêts. Au loin, les premiers hurlements se font entendre. La chasse commence… Une chasse qui doit réussir quel qu’en soit le prix…

Empruntant aux westerns comme aux films d’horreur, Adrien Tomas nous emporte dans un tourbillon de neige, de sang et d’action parfaitement maîtrisée.

.
Mon avis :

J’ai découvert Adrien Tomas avec Les dossiers du Voile, un roman jeunesse mêlant fantastique et polar et qui m’avait sacrément bien plu. A la bibliothèque, je suis tombée tout à fait par hasard sur Notre-Dame des Loups et j’ai tout de suite été interpelée : une lune et un loup sur la couverture, cela présageait une histoire de loups-garous et, vu le titre, une sorte de figure religieuse féminine. Je n’en étais pas loin. Notons d’emblée que nous quittons là la littérature jeunesse pour quelque chose de plus brutal.
Notre-Dame des Loups, c’est l’histoire d’un groupe de Veneurs, des chasseurs et chasseuses de loups-garous. Les Veneurs les traquent inlassablement depuis des siècles et des siècles, tout en cherchant à étouffer leur existence auprès des populations locales. Si les gens apprenaient l’existence de ces créatures meurtrières, le chaos prendrait place et la chasse n’en serait que plus compliquée. Notre groupe, composé de sept hommes et femmes, s’est lancé dans la traque de celle qui est la tête de ces hordes de loups-garous, la Grande Louve. Le roman débute alors qu’il s’en approche mais reste toutefois loin de l’atteindre.
J’ai beaucoup aimé ce récit avec pour personnages principaux des individus sans foi ni loi. La vérité est que l’on s’attache à tous, même aux plus salauds – sauf peut-être Jack. Jack, c’est le maître de chasse, celui à la tête des Veneurs. Il est accompagné de Würm, un Allemand pas loquace pour un sous, dandy, à se demander ce qu’il fait là ; Aidan Malcolm Arlington était journaliste de terrain quand il s’est retrouvé à intégrer le groupe – il est excellent tireur – ; il y a aussi Evangeline, une ancienne esclave qui commande une meute de dix molosses prêts à massacrer le moindre loup-garou qui croiserait leur route ; etc. En fait, il y a de tout pour former cette petite troupe. La narration est polyphonique, c’est un roman choral qui nous permet de suivre les différents protagonistes et j’ai trouvé cela bienvenu, nous permettant d’avoir différents points de vue sur leur traque, sur les compagnes et compagnons de chasse… De plus, Adrien Tomas s’efforce (avec plus ou moins de réussite) de donner à chacun d’entre eux une voix ; cela fait parfois quelques années qu’ils sont ensemble et on peut aisément comprendre l’influence langagière des uns sur celle des autres, toutefois un peu plus de différences aurait été assez appréciable (pour le coup, un écrivain qui réussit très bien cet exercice, c’est Alain Damasio avec La Horde du Contrevent). Bien que ce ne soit pas parfait, le texte n’en reste pas moins plaisant à lire. D’ailleurs, si les héros et héroïnes font partie des choses rendant Notre-Dame des Loups vraiment sympa à lire (même s’iels sont parfois un brin clichés), iels n’en sont pas la seule raison.
Le roman est court, faisant à peine plus de 200 pages, et cela condense pas mal l’action, en faisant un texte prenant, sans réel temps mort, et on se retrouve plongé au cœur de cette chasse très rapidement (de fait, difficile de lâcher le livre!). Et bien que ce soit bref, on comprend les motivations de chaque personnage à s’être lancé dans cette traque sanglante et qui nous paraît sans fin – pas dans le mauvais sens du terme, mais parce qu’elle dure depuis plusieurs générations de femmes et d’hommes !
J’ai également apprécié l’aspect mythologique qui se fraie un chemin petit à petit, tout au long du roman, et qui vient également se mêler à quelques légendes telles que celle de la Bête du Gévaudan. C’est une bonne façon de revisiter le mythe du loup-garou et de lui donner un souffle nouveau.
Enfin, il y a l’ambiance, glaçante. C’est un western, aucun doute là-dessus, mais n’allez pas imaginer des étendues de sable ocre ou tirant sur le rouge. Ici, nous sommes dans les terres du nord ; il y fait froid, les Veneurs parcourent les forêts sans fin pendant parfois plusieurs semaines sans pouvoir faire de ravitaillement, sans pouvoir dormir dans un lit, sans autre compagnie que leur troupe… Une vie dont on ressent facilement la dureté. Mais ce n’est pas la seule raison qui fait que ce livre vient nous glacer les sangs. Sans entrer dans le gore, l’auteur n’hésite à aucun moment à faire des massacres. Cela dit, rien n’est gratuit ; ça fait monter la tension, la crainte s’insinue de plus en plus, tout ça pour un final assez marquant et inattendu (tout du moins pour ma part). Autant le dire, ça vaut le coup.

Si Notre-Dame des Loups aurait mérité d’être un peu plus travaillé quant au parler de ses personnages, si ceux-ci aurait mérité un poil plus de subtilité, ce roman n’en reste pas moins addictif et surprenant de bien des façons. C’est pour moi une très bonne découverte et nul doute que ce n’est pas le dernier livre d’Adrien Tomas que je lis ! Donc si vous êtes à la recherche d’un récit vif, cinglant, portant sur le fantastique et un peu sur l’horrifique, je pense que vous êtes au bon endroit.
Bonne lecture à vous !

Notre-Dame des Loups, Adrien Tomas Mnémos • 2021 (première publication 2014) • 206 pages • 17€ • Genre : fantastique, chasse, western • ISBN : 9782354089054

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

11 réflexions sur “Notre-Dame des Loups

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s