La revanche des Méchants

La revanche des Méchants

Quatrième de couverture :

Lycie a un problème : Hachem. Enfin, non, son premier problème, c’est qu’elle ne maîtrise pas ses crises de colère, mais Hachem arrive en seconde position : il passe son temps à la faire sortir de ses gonds. Ah ! et elle a un autre problème, aussi : ses poils repoussent à une vitesse vertigineuse !
Alors, quand elle découvre une annonce promettant aux gens comme elle de les aider, elle n’hésite pas à se rendre à l’adresse indiquée. Et la situation dérape carrément : des clones de Prince Charmant se mettent à la pourchasser !
Car Lycie est très spéciale : elle est une descendante du Grand Méchant Loup. Ce qui n’est pas au goût des Gentils, qui tentent d’éradiquer les Méchants…

.
Mon avis :

J’ai franchement bien apprécié La revanche des Méchants, un roman jeunesse qui se lit dès 8 ans. Il faut dire que j’ai d’emblée apprécié le postulat de départ : des adolescent·es qui découvrent qu’iels sont les descendant·es de Méchants de contes de fées, et des Gentils qui sont les héros et héroïnes de l’histoire parce qu’iels ont gagné – et ne sont-ce pas les vainqueurs qui font l’histoire ? Mais souvenez-vous de ces Méchants qui, en fin de conte, se retrouvent par exemple à danser dans des chaussures de métal chauffées à blanc ; ici, on sort de tout manichéisme, les Gentils n’étant pas si sympathiques, et les Méchants n’étant pas si horribles que cela. Ainsi, dans La revanche des Méchants, nous suivons Lycie, une jeune adolescente ; elle a quelques problèmes comportementaux, étant prompte à la colère, et a une pilosité des plus foisonnantes – pas facile à vivre, quand on est en 5e. Rapidement, elle apprend qu’elle est la descendante du Grand Méchant Loup et que les Gentils, Blanche-Neige et Riquet à la Houppe en tête, sont à sa poursuite. Heureusement, elle est sauvée in extremis par la Reine de Cœur. Commence alors tout un apprentissage, de la maîtrise de ses pouvoirs à la connaissances des contes et de leurs fins, bien différentes de ce que des adaptations cinématographiques actuelles peuvent nous montrer.
On est ici sur une grande aventure, allant de la découverte de soi à l’acceptation de soi, en passant par diverses péripéties. Il y a des rencontres, bien sûr, et Lycie va apprendre à connaître certains de ses camarades eux aussi descendant·es de Méchants (j’aurais bien aimé que ce soit plus développé, mais il aurait fallu un roman beaucoup plus long, plus lent aussi, et peut-être pour un public plus âgé, et ç’aurait été dommage parce qu’il est très chouette tel qu’il est). J’ai d’ailleurs aimé le duo qu’elle forme avec Hachem, entre mauvaises vannes et réelle appréciation mutuelle, qui reste de l’amitié sans tomber dans le trope qui veux qu’une amitié entre un garçon et une fille se transforme en amour – ouf ! Aussi, entre ogresse, sorcière et sorcier amateur de pommes empoisonnés, reine trancheuse de têtes, etc., il y a de quoi faire, avec des caractères bien différents les uns des autres et ça a été un plaisir de faire la connaissance de tous ces protagonistes et de voir comment tout ce petit monde s’entraidait.
Le rythme est bon, on a de l’action, de l’aventure, ça se lit très bien, on s’attache aux personnages, il y a de bonnes idées, mais il y a également une incohérence. Pour ne pas divulgacher l’intrigue, je laisse les personnes qui souhaitent tout savoir surligner les lignes suivantes : au début du roman, Lycie entre dans un lieu où on lui promet de l’aider, or il s’avère que c’est un repère de Gentils et elle réussit à s’en échapper de justesse. Plus tard, la Reine de Cœur lui demande de s’infiltrer dans un lieu similaire parce que, comme les Gentils ne la connaissent pas, elle passera inaperçue. Or, les Gentils savent pourtant à quoi elle ressemble et son nom a été prononcé. Mauvais calcul de la part des Méchants, non ? Finalement, cela n’est presque que de l’ordre du détail et tout cela fait avancer l’histoire et les interrogations qui peuvent passer par la tête de nos personnages, mais il est vrai que c’est le genre de chose qui me fait tiquer.
Un dernier point que j’ai apprécié, c’est la façon dont l’auteur a revisité les contes, pointant du doigt que les Gentils ne sont pas si gentil·les, et ne se contentant pas des histoires les plus célèbres, ni de récits européens. J’ai ainsi découvert le Rokh, un oiseau de feu extraordinaire, et j’en redemande !

La revanche des Méchants est, malgré sa petite incohérence, un bon roman jeunesse qui revisite malicieusement les contes de fées. Est-ce que l’on veut une suite ? Eh bien, pour ma part, je ne dirais pas non.

La revanche des Méchants, Fabien Clavel Fleurus • 2022 • 260 pages• 13,90€ • Genre : roman jeunesse, contes de fées, aventure • ISBN : 9782215163510

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

10 réflexions sur “La revanche des Méchants

  1. Clavelus dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup de cette lecture !
    Je vole au secours de mon roman et de l’incohérence que vous soulevez : les Méchants n’ont ni son nom, ni sa photographie et la considèrent (à raison) comme une Parisienne. Cela explique la décision de la Reine de Cœur. Qui aurait pu être plus inspirée, je vous l’accorde.
    Bien cordialement,
    Fabien

    J’aime

    • Ma Lecturothèque dit :

      Bonjour Fabien,
      Au moment où Lycie va tomber, dans sa fuite avec Hachem, ce dernier l’appelle par son nom de famille et, comme j’ai compris ce passage, les Charmants ne sont pas bien loin et il m’a semblé qu’ils auraient entendu le nom, mais peut-être pas ? Ce qui m’amène à une question : est-ce que, lorsque la tête repousse, la mémoire est sauve, ou il y a une sorte de « rebootage » ? Autre question : une suite est-elle envisagée ?
      Passez une très bonne journée,
      Bien à vous,
      Aurélia

      J’aime

      • Clavelus dit :

        Chère Aurélia,
        On est d’accord que cette mission est imprudente mais la reine n’a personne d’autre sous la main. Je pars du principe qu’ils n’ont pas entendu le nom. De toute façon, la mission échoue.
        Pour le reboot des Charmants, la tête n’est pas vraiment coupée, elle est rentrée dans les épaules (un peu à la manière des tortues). Donc ils conservent leur mémoire.
        J’aimerais bien une suite mais cela dépend de l’accueil du roman…
        En tout cas, merci à nouveau de votre intérêt pour le livre,
        Bien à vous,
        Fabien

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s