Premières lignes #309

J’ai découvert Kiran Millwood Hargrave avec Les Graciées, un livre qui m’a beaucoup plu. Fin 2021 est sorti un autre de ses romans et il semble se tourner plus vers du young adult et vers le fantastique. J’ai l’intention de le lire en mars et je vous propose donc de découvrir avec moi les premières lignes des Filles qui ne mouraient pas.
Bon dimanche à vous.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

LE REBOND

Ici, il existe une période qu’on nomme le rebond.
Après que les Installés ont extrait leurs moissons de la terre, qu’ils les ont liées et engrangées dans des greniers sombres, où les chats les protègent des rats, une fois relâchés des maisons exiguës dans lesquelles ils ont trompé la faim et l’enfermement en se battant, en s’accouplant et en dormant. Après que la ronde des saisons a enflammé les arbres d’or rouge dans le froid, que la terre ridée par le gel a durci sous les semelles. Après la venue de la neige qui s’abat sur tout telle une épaisse couverture, ouatant les montagnes et déclenchant la douce furie des avalanches, se nichant jusque dans les fissures des rochers qu’elle fait éclater comme les graines profondément enfouies dans la terre figée. Après la fonte et la bascule sur une autre année, après tout cela, vient le rebond.
Les premiers moments verts de la prochaine moisson, la montée du lent travail qui a repris sous la terre en dégel. Pour les Installés, c’est l’annonce du labeur à venir, toujours le même, aussi certain que les saisons. Pour nous, c’est le moment de se remettre en route.
Le rebond venait à peine de commencer cette année-là quand les soldats franchirent l’étroit col dans la montagne, la gravirent à travers les arbres aux troncs cuivrés et gagnèrent cette terre sur laquelle nous vivions sans chercher à la posséder. Ils arrivèrent lors d’un début, en amenant avec eux la fin.

Les filles qui ne mouraient pas, Kiran Millwood Hargrave, 2019.

Les filles qui ne mouraient pas

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

6 réflexions sur “Premières lignes #309

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s