Les licornes du Belöwan, tome 1 : Évasion

Les licornes du Belöwan, tome 1 : Évasion

Quatrième de couverture :

Elles sont trois. Trois licornes en fuite pourchassées par les terribles Ratskalls, les hommes-rats, qui ont envahi leur monde, le Belöwan, pour s’accaparer la magie du ker. Leur dernier espoir est de contacter l’Harmonium pour qu’il intervienne en leur faveur. Mais celui-ci se trouve dans le monde des hommes, et leur chemin sera parcouru d’embûches… Accepteront-ils de les aider malgré les conflits qui séparent leurs royaumes ? Le Belöwan est en danger, et le temps est compté…

.
Mon avis :

Les licornes du Belöwan n’était pas le roman qui me tentait le plus parmi les romans qui sortent actuellement aux éditions Fleurus. La raison principale étant que j’ai un peu de mal avec les histoires jeunesses mettant en avant des animaux, et je craignais que l’on ait là des héroïnes correspondant bêtement aux clichés que l’on appose aux licornes : belles, douces, gentilles, etc. Alors, oui, elles le sont mais parce que leur façon de vivre est régie par des codes, et ces derniers sont remis en question quand certaines situations l’exigent. Mais passons à l’histoire.
Au début du roman, quatre licornes sont présentées, à savoir Virandyaa, Kellnys, Oj et Saatna. La créature que nous allons suivre le plus, étant la plus centrale du récit, est la jeune Kellnys, à la robe argentée. Elle et ses amies ont réussi à fuir les prisons et les camps des Ratskalls, des hommes-rats qui veulent se servir des licornes et de leurs pouvoirs afin de trouver la magie (dans le monde imaginé par Thomas Verdois, celle-ci se nomme le ker et se concentre par exemple dans des pierres – si je me souviens bien, comme cela fait quelques semaines que j’ai lu ce roman – ; les licornes sont attirées par le ker et sont donc très efficaces pour en trouver). Pour mettre fin aux agissements néfastes de Ratskalls, nos héroïnes se rendent dans le monde des humains avec pour objectif de joindre l’Harmonium dont le but est de protéger le monde, de faire en sorte que ce monde puisse continuer à vivre en harmonie. Ainsi, de fil en aiguille, Kellnys et les autres licornes vont avancer, se frayer tant bien que mal un chemin vers leur objectif.
C’est un récit typique dans lequel notre héroïque petit groupe va se retrouver confronter à des dangers, va parfois être séparé avant d’être réuni, où il va y avoir des rencontres qui vont leur permettre d’avancer et d’autres qui vont tenter de les arrêter, etc. Je me suis pourtant prise au jeu et j’ai aimé découvrir ce roman de fantasy jeunesse. Je crois que l’on doit cette appréciation en partie à l’univers, qui m’a plu : il y a le monde des licornes, le Belöwan, qui se retrouve envahit par les Ratskalls ; il y a le monde des humains où, si la magie n’est plus présente, elle a toutefois laissé des traces incroyables, tels les Titans de pierre ; il y a les différents peuples humains et les différentes classes de licornes, avec les inimitiés qu’il peut y avoir et les conflits qu’elles ont engendré ou engendrent ; il y a le Kal’na’Ka, ce lieu que les licornes peuvent atteindre dans leurs rêves et qui m’a subjuguée ; il y a certains codes qui régissent la vie des êtres et qui sont parfois remis en question ; il y a nos héroïnes.
Grâce à Oj, grâce à Saatna…, nous apprenons des choses sur l’univers, mais nous en découvrons aussi, en même temps qu’elles. Chacune a son caractère et leurs échanges, sans jamais être houleux, pointent parfois des dissensions (par exemple, doivent-elles se laisser faire au prétexte qu’elles ne peuvent utiliser la magie pour blesser?). Chacune, avec ses différences, apporte des choses importantes au groupe, le fait avancer, et leurs caractères, parfois diamétralement opposés, conjugués avec leur histoire et leurs péripéties, les soudent.
Dernière chose que j’ai apprécié, et pas des moindres, est le tournant que prend l’histoire vers la moitié du récit. Jusqu’à présent, il s’agissait surtout d’une course-poursuite et, soudainement, ça gagne en ampleur et on nous offre non seulement une aventure, mais aussi des complots. Il ne faut certes pas chercher quelque chose du niveau du Trône de Fer, nous sommes dans un roman jeunesse après tout, mais j’ai trouvé cela très plaisant et bienvenu, apportant un nouveau souffle à cette lecture. Dès lors, de nouveaux enjeux prennent place, de même que de nouveaux dangers…

Un chouette univers, couplé à une bonne intrigue et à d’attachantes héroïnes, c’est tout ce qu’il fallait à ce premier tome des Licornes du Belöwan pour nous donner envie de lire la suite, et c’est réussi ! Je repense à la moi enfant et je sais que c’est le genre d’histoire que j’aurais aimé lire, ainsi je vous recommande ce livre qui, sans aucun doute, ravira les jeunes lecteurs et lectrices – et, pourquoi pas, les moins jeunes.
Bonne lecture à vous !

Les licornes du Belöwan, tome 1 : Évasion, Thomas Verdois Fleurus • 2022 • 200 pages • 12,90€ • Genre : aventure, fantasy, licornes • ISBN : 9782215178293

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

4 réflexions sur “Les licornes du Belöwan, tome 1 : Évasion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s