La petite Fadette

La petite Fadette

Résumé de l’éditeur :

Dans le pays, on l’appelait la petite Fadette, car elle avait la taille d’un farfadet et les pouvoirs d’une fée. Comme sa grand-mère, elle guérissait les hommes et les animaux. Landry, l’un des jumeaux de la ferme voisine, tombe amoureux d’elle. Mais l’amour d’une sorcière est mal vu dans cette famille, et il rend malade de jalousie Sylvinet, l’autre «besson». Après La Mare au diable et François le Champi, c’est le troisième roman champêtre de George Sand. Elle y exprime tout ce que la vie lui a appris. L’apparence des êtres ne compte pas, il faut percer l’écorce. La richesse des filles ne fait pas leur bonheur et l’amour est difficile à construire. Son désir inassouvi est là, aussi, d’un amour qui durerait toujours. La Petite Fadette illustre le grand dessein de George Sand : enseigner le respect de Dieu, de la nature, de la sagesse, de l’amour.

.
Mon avis :

Le résumé ci-dessus m’a trompée, de même que d’autres que j’ai pu lire où il était dit que la petite Fadette était l’héroïne de ce roman. De fait, quand j’ai débuté ma lecture, j’ai été un peu déçue car ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Voici le résumé que, moi, je vous en fait : dans la campagne berrichonne naissent deux bessons – des frères jumeaux – que l’on appelle Sylvinet et Landry. Ils sont parfaits et semblables en tout point bien que, au fil des années, des différences se développent – infimes, il faut les connaître pour les percevoir. Mais voilà que la jalousie de l’un va faire que l’autre croisera la route de la petite Fadette, une fille qui a mauvaise réputation : sa grand-mère est sorcière, sa mère a quitté sa famille pour suivre les soldats. Pour ma part, c’est à ce moment du livre que j’ai commencé à apprécier ma lecture, où je suis passée de « ça se lit bien » à « j’accroche totalement ».
La petite Fadette est un roman qui nous parle de la vie à la campagne au milieu du XIXe siècle, mais c’est aussi et surtout un roman qui nous parle de sentiments. Nous avons là notamment la jalousie, née dans le cœur de l’un des frères, et l’amour ; celui de parents pour leurs enfants, celui entre frères, celui de deux jeunes gens qui se découvrent. Je sais, dit ainsi, l’on peut penser à une romance, mais La petite Fadette est bien plus que cela. C’est avant tout la découverte de soi et de l’autre, l’apprentissage des relations, des émotions et des sentiments, quels qu’ils soient. S’y mêlent également des rapprochements et des éloignements, etc.
Il m’a fallu attendre la fin pour apprécier Sylvinet ; je pensais pourtant, en débutant ma lecture, qu’il serait mon préféré des bessons mais je l’ai finalement trouvé très égoïste, assez toxique pour lui-même comme pour les autres. Cela dit, tout est fait pour que l’on s’y attache ; tout est fait pour qu’on le comprenne, bien que nous ne soyons pas en accord avec ses réactions ou ses propos ; tout est fait pour que se personnage s’imprime en nous et, finalement, nous rapproche de lui. Quant à Landry, il est celui des deux frères que l’on voit le plus évoluer. Au fil des pages, il se métamorphose ; du garçon avec des a priori il devient un jeune homme intéressé et intéressant, à l’écoute… Mais voilà, le livre porte bien son titre et, bien que la jeune femme n’apparaisse qu’une fois le roman bien entamé, sa présence dans le récit est certainement l’élément le plus important : Fadette est celle qui apporte le changement, c’est une personne qui, derrière sa carapace, s’avère être bourrée d’amour pour ses proches, qui a toujours des petits soins grandement bénéfiques pour les animaux, etc. Et elle change, elle aussi. Elle s’ouvre aux autres par l’impulsion d’une rencontre, d’un échange.
Enfin, j’ai apprécié retrouver la campagne dans ma lecture, bien que ce soit une campagne plus vieille que celle que je connais, et d’une autre région. J’ai apprécié découvrir la vie de ces gens et j’ai aimé l’écriture qui, sans être leur parler précis (de ce que j’ai pu lire sur Internet), s’avère tout de même nous ancrer profondément dans un lieu, tout en restant lisible et compréhensible. Je ne connaissais pas tous les termes employés, certains étaient même probablement du jargon ou de l’argot, cela ne m’étonnerait pas, mais j’ai compris ce que nous racontait George Sand, ses phrases plaçant toujours bien le contexte. De fait, c’est une lecture facile et, quand l’écrivaine aborde les sujets de l’apparence, de l’amour, etc., cela apparaît intéressant (comment les personnages parlent de leurs désirs, de leurs attentes, comment ils s’interrogent) et sincère, vrai.

Cette plongée dans la campagne berrichonne a été très agréable, ainsi La petite Fadette est une bonne découverte et je ne doute pas de lire d’autres textes de George Sand par la suite.

La petite Fadette, George Sand Le Livre de Poche • 1849 (première édition) • 288 pages• 3,60€ • Genre : classique, roman champêtre, littérature française • ISBN : 9782253003748

23 réflexions sur “La petite Fadette

  1. Steven dit :

    Content de lire que cette œuvre t’as fort convaincu ! Pour le moment et me concernant, il s’agit de mon œuvre préférée de l’auteure qui a su m’envouter grâce au cadre champêtre et à l’étroite relation existante entre les jumeaux.

    Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      C’est bien ce qu’il me semblait, à lire tes chroniques sur ses autres œuvres 😉
      Les relations, que ce soit celle entre les jumeaux ou avec d’autres personnages, sont très bien traitées, je trouve, et ça joue grandement dans mon appréciation, de même que le cadre champêtre, comme toi.

      Aimé par 1 personne

  2. L'ourse bibliophile dit :

    J’ai beaucoup aimé cette lecture faite il n’y a pas si longtemps, j’ai particulièrement apprécié la langue, le charme champêtre et le développement psychologique des jumeaux. Cependant, j’avais été un peu déçue de la fin (très banale et courue d’avance) qui fait rentrer la petite Fadette dans le rang alors que j’avais tant aimé son indépendance et son esprit.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s