Série noire sur le Chérie Noire

Série noire sur le Chérie Noire

Quatrième de couverture :

Sur le Chérie Noire, pauvre raffiot amarré au milieu des yachts de Saint-Martin, Philémon Frigo cherche un sujet pour son prochain livre. Pressé par son éditeur, Philémon promet d’écrire en trois semaines une biographie de Jean Philibert Loca, légende vivante de la littérature… Et vogue la galère, sur laquelle l’accompagne Souad, la belle secrétaire touareg à la stupéfiante collection de Bikini. Pour la faire frémir, Philémon parsème la biographie de Loca d’invraisemblables rebondissements… Jusqu’à ce que, pour le plus grand bonheur de tous, fiction et réalité viennent se mêler.

.
Mon avis :

Ce roman est purement et simplement une arnaque. Il est vrai que, à lire le résumé, j’aurais dû me méfier, mais voilà, je l’ai lu en diagonale et la descriptions de la secrétaire est passée entre les mailles du filet. Mais faisons donc les choses dans l’ordre en commençant par mon propre résumé dont va découler mon retour.
Philémon Frigo est un écrivain qui, s’il n’est pas auteur à succès, pond toutefois des bouquins qui se vendent pas mal. Mais là, c’est la page blanche depuis des lustres. Alors, quand son éditeur lui donne un ultimatum, Philémon annonce qu’il rédige la biographie de Jean Philibert Loca, écrivain au succès phénoménal et dont on sait très peu de choses. Comment Philémon pourrait-il avoir matière à écrire sur un homme que personne ne connaît ? Parce que lui l’a rencontré – tout du moins, c’est ce qu’il affirme à son éditeur et à sa secrétaire.
Et si je me demandais par où commencer, rédiger ce résumé m’a permis de trouver le point d’entrée pour mon retour : ladite secrétaire. Elle s’appelle Souad Alili, elle est princesse touareg et a accepté le job de secrétaire pour on ne sait qu’elle raison – le roman laisse entendre qu’elle adore son travail et, plus que tout, l’homme lui-même bien qu’elle se garde de le montrer. Pourquoi pas ? En soit, cela ne me pose pas de problème. En revanche, le point de vue à la première personne fait que nous suivons Philémon et qu’il est obnubilé par la jeune femme, ce qui nous amène à un peu de sexualisation du personnage féminin principal ainsi qu’à son exotisation. De plus, on nous dit que c’est une femme intelligente mais elle croit naïvement à tous les racontars de Philémon (ce qui est une bonne chose pour gonfler son viril égo). Quant à l’autre femme du roman, « Manman », elle n’est autre que la mère de Philémon et l’appelle tous les jours à des heures précises. Elle est très protectrice et aussi très raciste. Pour ce qui est de l’écrivain, héros de ce roman, c’est un menteur cupide qui n’arriverait à rien sans ces deux femmes : la mère lui négocie de meilleurs contrats, la secrétaire est prête-plume (« nègre » dans le roman qui a été écrit à l’époque où le terme était encore employé), c’est à dire qu’elle rédige le roman à la place de Philémon qui ne fait que balancer le dérouler de l’histoire sans entrer dans les détails. Un personnage comme on les aime, pas vrai ? Cela dit, c’est vrai que ça aurait pu être intéressant à suivre malgré tout, si l’écrivain n’avait pas été aussi détestable. Et puis il y a autre chose qui m’a déplu.
En quatrième de couverture, dans le résumé, est indiqué que la réalité et la fiction finissent par se rejoindre. Avec tous les rebondissements dont Philémon parsème la biographie, on cherche à savoir et j’ai même fini par me demander si Souad n’allait pas jouer un rôle (peut-être malgré elle, genre Philémon devrait la sauver). Aussi, il y a le titre, Série noire sur le Chérie Noire, qui laisse supposer une éventuelle succession de crimes. Il faut attendre la page 101 de mon édition pour qu’il y ait un mystère (vite résolu). Seulement, le roman fait 123 pages. Et cette intrigue est terminée en même pas trois pages, donnant au passage une image de prostituée à Souad de la part des policiers car, comprenez bien, elle se promenait en bikini sur la plage, seule, au beau milieu de la nuit (et en plus, elle n’est pas Française, imaginez donc !). Enfin bon, là n’est pas le moment où la réalité rejoint la fiction. Non, c’est quand ce que Philémon a fait écrire à Souad devient réel (et qu’il devient donc, au passage, un homme très riche, auteur du futur best-seller). Le livre se conclut merveilleusement bien pour Philémon : on peut raconter de la merde et s’en tirer avec toute la meilleure considération du monde, un gros chèque et une belle femme. Ca ne vous plaît pas ? Eh bien à moi non plus.
Oh, et j’oubliais un mensonge du résumé qui nous fait croire, comme Philémon fait croire à sa Manman, que l’histoire prend place dans au port de Saint-Martin, dans les Caraïbes. Eh bien pas du tout, ça se passe en France, dans un lieu un peu paumé. Alors, finalement, je me demande qui est le plus grand arnaqueur de ce roman : Philémon Frigo ou l’auteur lui-même, Jean-Paul Nozière ?

Série noire sur le Chérie noire, aka un roman que je ne recommande pas.

Série noire sur le Chérie Noire, Jean-Paul Nozière Editions Thierry Magnier • 2022 • 123 pages • 7€ • Genre : travail biographique, littérature jeunesse, mensonges

6 réflexions sur “Série noire sur le Chérie Noire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s