Premières lignes #333

Salutations !
Nouvelles premières lignes aujourd’hui : celles d’un court roman biographique sur la célèbre aviatrice Amelia Earhart, disparue mystérieusement en mer lors de la dernière étape de son tour du monde. Je ne sais pas si la journaliste Cathy White a réellement existé – je n’ai rien trouvé à son sujet –, toujours est-il que ces paragraphes nous présentent les deux femmes et que c’est une bonne entrée en matière.
Merci à Patricia pour m’avoir permis la découverte de ce livre ! Sa chronique est ici (cliquez).

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

2 juillet 1937, 10 heures du matin. Cathy White scrutait le ciel d’un bleu immaculé, en imaginant l’Electra qui venait de décoller, piloté par les mains expertes d’Amelia Earhart, célèbre aviatrice partie pour un tour du monde. La jeune journaliste, qui mesurait la chance qu’elle avait de couvrir un événement aussi exceptionnel, ne manquait pas de conserver précieusement les articles qu’elle avait écrits à son propos.
C’était son premier vrai sujet, le premier d’envergure. Il la rendait franchement fière, il justifiait les années de privations pendant les études, les railleries de son entourage incapable de comprendre son engouement pour un tel métier.

Depuis plusieurs années, Amelia Earhart occupait les grands titres des journaux. Ses compétences de pilote, ses exploits, sa féminité assumée, et maintenant ce tour du monde qu’elle avait entrepris, et qu’elle était sur le point de terminer.
Cathy avait été choisie pour suivre l’événement en exclusivité, aussi l’aviatrice était-elle devenu un modèle pour la jeune journaliste encore inexpérimentée, qui gardait ancrée en elle cette phrase parmi d’autres : « Comme les hommes, les femmes doivent tenter de réussir et si elles échouent, leur échec doit être un défi pour d’autres femmes. »
Message reçu, Amelia. Votre tour du monde était aussi un exploit pour Cathy, et pour cela elle vous serait éternellement reconnaissante.

Amelia Earhart – L’aviatrice qui voulait faire le tour du monde, Pascale Perrier et Isabelle Delorme, 2020.

Amelia Earhart – L’aviatrice qui voulait faire le tour du monde

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

9 réflexions sur “Premières lignes #333

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s