Tsubaki (Premier cycle : Le poids des secrets)

Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki

Quatrième de couverture :

À la mort de sa mère, survivante de la bombe atomique de Nagasaki, Namiko se voit remettre deux enveloppes. La première est adressée à un oncle maternel dont elle ignorait l’existence et qu’elle est chargée de retrouver. La seconde contient une lettre en forme de confession à sa fille, sans laquelle elle n’aurait pu partir en paix. Elle y raconte son quotidien pendant la guerre, son premier amour, et révèle le secret qui l’a poussée à commettre l’indicible.

.
Mon avis :

Comme tous les romans d’Aki Shimazaki, Tsubaki peut se lire indépendamment des autres du cycle dont il fait partie. Cela dit, celui-ci est le premier tome du premier cycle, Le poids des secrets, de quoi commencer les choses dans l’ordre. Dans Tsubaki, c’est l’occasion d’entrer tranquillement dans un récit et, plus que cela, de découvrir des personnages pour lesquels l’on se prend d’affection. Et c’est marrant car c’est la grand-mère, la moins présente physiquement, à laquelle je me suis la plus attachée.
Quand la mère de Namiko meurt, cette dernière reçoit deux lettres que la vieille femme avait écrites. L’une d’elles est pour un homme dont Namiko n’avait jamais entendu parler, l’autre est pour elle ; une confession maternelle révélant quelques secrets de familles – pas des moindres.
J’ai beaucoup aimé retrouver la plume d’Aki Shimazaki et j’ai été touchée par cette histoire. Je ne veux pas en dire trop alors je lâche simplement quelques mots-clés qui forment le socle de ce récit : on a la confession, que j’ai évoqué plus haut, mais il y a également la fin de vie (juste au début du roman, mais il se trouve que c’est un sujet d’actualité au moment où je rédige ce retour), le Japon, son quotidien durant la Seconde Guerre mondiale, la bombe atomique, l’amour, la vengeance, la mort, la famille.
Les romans de Shimazaki sont courts, ils se lisent vite. Ma sœur, qui a découvert par hasard cette autrice (et dont je lui ai rapidement dit que j’avais bien aimé deux de ses romans) et qui me l’a prêté, elle qui lit peu par manque de temps, l’a dévoré. Moi de même. Je vous rassure, Tsubaki ne se lit pas trop vite ; sa durée est parfaite, avec ce qu’il faut d’émotions. Je n’ai pas toujours été en accord avec les actes de certain·es protagonistes, pourtant j’ai compris, et c’est aussi cela qui fait que ce roman fonctionne.

Tsubaki est un roman humain, touchant, que je vous recommande. De mon côté, je compte bien lire le reste du cycle (et je le rappelle, nul besoin de lire tous les tomes pour apprécier pleinement ce roman).

Tsubaki (Premier cycle : Le poids des secrets), Aki Shimazaki Babel • 1999 • 117 pages • 7,10€ • Genre : secrets de famille, bombe atomique, Japon • ISBN : 9782742757909

12 réflexions sur “Tsubaki (Premier cycle : Le poids des secrets)

  1. tampopo24 dit :

    Vu que c’est une période de l’histoire japonaise qui m’intéresse beaucoup, je suis intéressée par ce cycle qui semble s’inscrire dans une histoire plus vaste si je te suis. Tu peux m’en dire un peu plus ?

    J’aime

    • Ma Lecturothèque dit :

      Namiko vit autour de 2000, mais le récit est principalement centrée sur la confession de sa mère, sur un événement qui a eu lieu à Hiroshima durant la Seconde Guerre mondiale. De fait, elle raconte un peu son vécu en tant que jeune femme à l’époque, le travail à l’usine, la peur de se faire attraper par l’ennemi américain, la peur des bombes… C’est court mais on est vite plongé dans cette période, c’est facile d’y entrer, en quelque sorte.

      Aimé par 1 personne

    • Ma Lecturothèque dit :

      J’avais lu « Fuki-no-to » et un autre du même cycle (je n’ai plus le titre en tête) et je trouve que, si l’on veut découvrir un roman d’Aki Shimazaki, on peut le faire en en lisant qu’un. Quand je dis qu’ils peuvent se lire indépendamment les uns des autres, c’est parce que lire la suite n’est pas essentiel pour apprécier un récit. Ainsi, si on n’aime pas, on n’est pas en plus frustré·e parce qu’il faudrait lire la suite ; et si on aime, bon, eh bien il n’y a plus qu’à lire les autres tomes du cycle !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s