Ma sœur, serial killeuse

Ma sœur, serial killeuse

Quatrième de couverture :

.
Mon avis :

Ma sœur, serial killeuse est un thriller nigérian des plus prenants.
Le récit commence alors que Korede fait le ménage après sa sœur, Ayoola. Cette dernière a tué son amant. C’est involontaire, bien sûr, un accident ; Ayoola a eu peur car il s’est énervé, il est bien plus grand qu’elle, bien plus fort, elle a paniqué, elle a voulu se défendre. Toutefois, Korede commence à douter de cette version : comment se fait-il qu’Ayoola avait un couteau sur elle ? C’est le troisième gars qu’elle tue « par accident » ! Va-t-elle continuer à nettoyer après sa sœur encore longtemps ? Pire que tout : Korede doit-elle la laisser mener sa barque au risque de menacer la vie de l’homme qu’elle aime ?
La première chose à savoir, c’est que ce bouquin se lit super bien. La narration, à la première personne, nous permet de connaître les pensées de Korede, de comprendre les dilemmes qui l’habitent et c’est l’une des raisons qui fait que Ma sœur, serial killeuse est addictif. Ce n’est pas simple de faire une pause dans cette lecture car la tension est latente et, jusqu’au bout, tout comme Korede, on doute et l’on n’a aucune idée de comment tout cela va se terminer.
La deuxième chose à savoir, et cela vient probablement du fait que le récit soit à la première personne, c’est que l’on s’attache aux personnages, même à Ayoola que l’on sait être une tueuse. De prime abord, elle n’est pas une personne très appréciable : tout le monde admire sa beauté, elle aime s’amuser et profiter, elle a une certaine naïveté qui semble fausse, tout lui réussit, etc. Elle a l’air parfaite mais nous savons que ce n’est pas le cas et, surtout, trop de perfection est exaspérant – c’est en tout cas le sentiment que nous transmet Korede. D’ailleurs, on prend vite cette dernière d’affection : elle protège sa sœur, elle trime au boulot, elle est méritante, elle veut un bonheur simple avec l’homme qu’elle aime… Ce n’est pas comme pour sa sœur, tout le monde n’est pas sous son charme. Et cela peut paraître étrange mais c’est quand Korede commence à douter que l’on commence à s’attacher à Ayoola.

Je pourrais vous parler encore longtemps de Ma sœur, serial killeuse mais Georgette (ma chatte) en a décidé autrement en s’installant presque sur mon clavier. Il est donc temps pour moi de conclure, quoique vous l’avez certainement déjà compris : j’ai aimé ce roman, j’ai aimé ses héroïnes et les dilemmes de Korede. La fin m’a quelque peu surprise bien qu’elle n’ait rien d’extraordinaire ; c’est une bonne fin, elle est satisfaisante. Bref, je vous recommande grandement ce thriller d’Oyinkan Braithwaite.
Bonne lecture à vous 🔪

Ma sœur, serial killeuse, Oyinkan Braithwaite • Titre VO : My Sister, Serial Killer • Traduction : Christine Barbaste J’ai lu • 2020 (2018 VO) • 234 pages • 7,20€ • Genre : thriller, sœurs, serial killeuse • ISBN : 9782290217337

10 réflexions sur “Ma sœur, serial killeuse

    • Ma Lecturothèque dit :

      Franchement, il se lit très bien et assez vite, mais je comprends le dilemme de la PAL. Disons que si tu le recroises par hasard à la bibliothèque, je ne peux que t’inviter à lui laisser une chance à ce moment-là (les joies du hasard !) ^^
      En tout cas, quand le moment sera venu, je t’en souhaite une bonne lecture.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s