Premières lignes #345

Seeker est depuis longtemps dans ma pile à lire mais ce n’est que récemment que j’ai découvert qu’il s’agit d’un troisième tome. Je n’ai pas les précédents et j’ai donc cherché à savoir si Seeker peut se lire indépendamment des autres – il semble que oui, comme les romans d’Agatha Christie, par exemple. Ma curiosité m’a poussée à en lire les premières lignes ; elles me font sacrément envie (je m’interroge sur la fameuse découverte et sur la survie des uns et des autres) alors je vous les partage.
Bon dimanche à vous.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Prologue

« Nous conseillons à nos clients de ne pas s’aven-
turer aujourd’hui sur les pentes, hormis celles de la
piste bleue. Tout le domaine skiable demeure soumis
à de forts risques d’avalanches. Il serait plus prudent
de rester au chalet ou de passer la journée en ville. »

1398, CALENDRIER DE RIMWAY

Wescott sut qu’il était un homme mort. Et il y avait encore moins d’espoir pour Margaret ou sa fille. Bien qu’il eût suivi les instructions en restant à l’intérieur, il gisait maintenant sous des tonnes de glace et de roc. Tout autour de lui, en perdition dans les ténèbres qui lui semblaient l’ensevelir, il entendait pleurer et crier.
Il tremblait de froid, le bras écrasé, coincé sous une poutre effondrée. Il ne sentait plus la douleur, ni son bras.

Il repensa à Delia. Elle avait toute la vie devant elle… et pourtant, elle avait dû être emportée elle aussi. Il laissa couler ses larmes. Elle avait tant voulu venir.
Fermant les yeux, il tenta de se résigner. De se retrouver à bord du Falcon, où Margaret et lui s’étaient rencontrés. Des années si précieuses qu’elles en étaient inestimables. Il avait su que le jour viendrait où il souhaiterait revenir en arrière et tout recommencer.
Le Falcon
Mon Dieu !
Il réalisa alors que si Margaret n’avait pas pu fuir le bâtiment, leur découverte allait disparaître avec eux. Delia en avait connaissance, mais elle était trop jeune pour comprendre.
Ils n’en avaient parlé à personne ! Personne sauf Mattie… Mattie savait.

Seeker, Jack McDevitt, 2005.

Seeker

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :
Publicité

8 réflexions sur “Premières lignes #345

    • Ma Lecturothèque dit :

      Alors c’est ce que je pensais mais, en allant lire quelques retours et en posant la question, il est apparemment quand même bien préférable de lire au moins le tome 2 avant… Pas cool de la part de la ME (il y a un résumé, semble-t-il, et ça c’est chouette, mais pas assez détaillé). Je vais voir ce que je vais faire.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s